Price, le grand ado

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Réjean Tremblay
La Presse

«Ok separatist Habs fans, stop booing Price. I know it's idiots of your type.»

Ce brillant commentaire a été écrit sur Twitter par Jason Davidson, sports producer de la Société Radio-Canada à Toronto. Cette insanité a été rendue publique pendant le match entre les Bruins de Boston et le Canadien, jeudi.

Je vous traduis pour que vous sachiez ce que certains de la CBC pensent de vous: «OK, les fans séparatistes du Canadien, cessez de huer Price. Je sais que ce sont des idiots de votre genre.»

Ça me fait de la peine. Carey Price n'en avait déjà pas assez à porter sur ses épaules d'adolescent, voilà qu'il devient un symbole politique dans le Canada anglais. Décidément, quand t'es mal parti...

Donc, c'est Pauline Marois qui va se réjouir, les séparatistes se manifestent maintenant dans cet antre du fédéralisme qu'est le Centre Bell. Coudon, y aurait-il des colonnes vertébrales qui se redresseraient?

Ben non, que Pauline se rassure. Un tata a le droit d'écrire. La preuve, diront certains pervers à l'esprit mal tourné, j'écris dans ce journal. Mais quand ses twits se retrouvent sur un site portant couleurs et signatures de la CBC et de Hockey Night in Canada, c'est un peu gênant que 65% de la population francophone du Québec se fassent traiter «d'idiots». Surtout qu'ils font vivre la CBC avec leurs impôts.

Il faudra donc que les fédéralistes enterrent les séparatistes lors de la prochaine présence de Price devant le filet à Montréal. Pour éviter ainsi de troubler le ROC.

Ce qui rendrait service, ce serait que Price en arrête quelques-uns, mais ça, c'est du sport.

Cela dit, je ne pensais pas qu'on plongerait dans un lacrymodrame aussi vite avec Carey Price. Mais le 31 savait, malgré son âge mental, que les fans attendaient son entrée en scène avec une impatience pas très indulgente. C'est normal, Pierre Gauthier, complice dans le traitement de faveur éhonté qu'on a donné à Price depuis son repêchage, a échangé Jaroslav Halak pendant l'été. Halak, c'était celui qui avait offert deux printemps de fièvre aux partisans par ses performances solides et souvent spectaculaires. Halak, c'était le grand favori du public. Gauthier savait aussi que les gens seraient impatients. Je suppose qu'il s'en fout totalement.

Price a raté son entrée. Pire, il a été en dessous de tout. Quatre buts sur les huit premiers tirs, c'est pas fort les chars.

De nombreux fans l'ont tourné en dérision. Mon point de vue sur les huées et les applaudissements moqueurs est connu. Je n'aime pas. Le fait d'acheter un ticket ne donne pas tous les droits. Et je n'ai pas aimé qu'on tourne Price en bourrique.

Par contre, l'ado ne s'aide pas. Il s'est poussé sans rencontrer les journalistes après le match. Quand on sait à quel point certains confrères sont mollassons devant les joueurs du Canadien, ce n'est plus de la stupidité ou du mépris, c'est de la lâcheté. Et le lendemain, même si dans un sens il avait raison d'envoyer promener les fans en leur disant de se calmer le pompon, ça montrait quand même qu'il n'avait rien appris. Ç'aurait été si simple de reconnaître qu'il avait connu un match difficile et qu'il allait en tirer les leçons qui s'imposaient.

Mais notre grand ado est encore bien jeune. Il ne semble pas profiter de ce que lui offre l'Organisation. C'est dommage. Il est bien entouré, le Canadien met trois relationnistes à sa disposition, il a un coach personnel et toute la Ligue nationale sait qu'il est le chouchou de la direction depuis qu'il est avec l'équipe.

Et puis, le Canadien a fait le geste suprême dans son cas. Il a échangé son gardien numéro un, celui qui a conduit l'équipe en finale de conférence contre toute attente et contre toute logique, pour éviter un stress inutile à Price. Le jeune garçon était incapable de gérer la compétition que lui livrait Halak dans son propre vestiaire. Cette fois, il est tout seul. Personne ne peut espérer lui enlever le poste.

Price est bien jeune. Ceux qui soutiennent que son chien est mort avec le Canadien oublient qu'il n'a que 23 ans. Dans son cas, son éclosion dépend de sa maturité et de sa confiance en lui. Il ne faut pas confondre fanfaronnades et vraie confiance en soi. Price est fanfaron mais parfois, ça ne fait que camoufler un grand vide dans l'estomac.

Il va vieillir. Le problème, c'est qu'il y a urgence en la demeure. Pour que le Canadien participe aux séries, le gardien doit voler plusieurs victoires. Vieillir tout en volant des victoires, s'agit juste d'espérer que c'est faisable.

Sinon, le printemps va être gris et pluvieux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer