Elle n'avait aucune chance

La députée sortante de La Pinière (Brossard) Fatima... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

La députée sortante de La Pinière (Brossard) Fatima Houda-Pepin, qui se présentait comme indépendante, n'a pas réussi à battre la machine libérale qui l'a fait élire pendant 20 ans.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Pierre Foglia
La Presse

Elle savait bien sûr! Six mandats, près de 20 ans comme députée de La Pinière, elle sait forcément comment ça marche. Elle savait qu'elle allait se faire planter.

Fatima Houda-Pepin est arrivée très tôt à la cafétéria de l'Académie Marie-Laurier, petite école primaire privée de Brossard, où elle avait convié ses amis et supporters. Tout de blanc vêtue, très détendue, manifestement déjà prête à expliquer sa défaite...

Trois raisons, a-t-elle dit à la centaine de partisans présents. Première raison, ce fut une élection atypique devenue référendaire, mon adversaire, M. Barrette a répété pendant un mois qu'un vote pour Fatima était un vote pour le PQ et pour la séparation. Cette fausseté a eu un grand écho dans plusieurs communautés de notre circonscription, en particulier dans la communauté chinoise, très influente...

Seconde raison, a-t-elle poursuivi, l'aide apportée à mon adversaire par le maire de Brossard et surtout son chef de cabinet Yves Lemire, ce dernier qui rêve d'un retour à Québec a livré à M. Barrette une élection «clés en main», avec l'espoir d'un retour d'ascenseur.

Pour finir, la candidate défaite s'en est prise à l'imam de la mosquée de Brossard, d'obédience saoudienne semble-t-il, et qui aurait puni Mme Houda-Pepin pour sa motion à l'Assemblée nationale contre les tribunaux islamiques et la charia.

Elle a fini son allocution par une annonce: la mise sur pied d'un groupe de réflexion sur la politique autrement. «J'ai constaté durant cette campagne combien les politiciens s'éloignent de la population, cette campagne a été menée à coups de slogans, d'images totalement fabriquées par des agences de relations publiques qui influencent démesurément les partis. Le groupe de réflexion que je compte mettre sur pied se propose de penser la politique autrement, je vous en dirai beaucoup plus bientôt.»

En fait, dans cette circonscription de La Pinière (Brossard) se posait une question toute simple: la députée sortante Mme Fatima Houda-Pepin, qui se présentait comme indépendante après avoir été chassée du caucus libéral, battrait-elle la machine (libérale) qui l'a fait élire pendant 20 ans?

On a su très tôt que ce ne serait pas le cas.

La machine libérale a gagné, la machine a fait battre cette ardente... libérale, pour faire élire un transfuge de la CAQ, le bon docteur Gaétan Barrette.

Amusant? Pas pour Mme Houda-Pepin bien sûr, mais un peu quand même.

À la grande épicerie du Marché du Village hier après-midi, les huit premières personnes auxquelles j'ai demandé si elles étaient allées voter étaient d'origine asiatique. Vous avez voté pour le docteur Barrette?

Qui?

Le docteur Barrette...

Ils ont voté libéral sans même savoir le nom du candidat libéral. Je pensais avoir plus de Houda-Pepin chez Renaud-Bray, là aussi j'ai eu quatre libéraux sur quatre.

C'est tout simple, donc, Mme Houda-Pepin a été emportée comme les autres par la vague libérale, mais dans une circonscription d'avance très, très libérale. Elle n'avait aucune chance.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer