Starbuck

Pierre Foglia
La Presse

Je me suis attardé à lire votre plan de cours et je ne peux croire qu'en 2012, un texte aussi insipide et ennuyeux que Le malade imaginaire de Molière soit donné à étudier à cette génération du vidéo et du texto...

C'est un père de famille qui écrit à la prof de français de son fils en première année au cégep de Lanaudière. En marge du conflit qui nous occupe depuis des mois et qui, au-delà des droits de scolarité, prétend remettre en question tout le système d'éducation, ce courriel - signé: un père désespéré - et la réponse de la prof disent assez que lorsqu'on aura réglé le conflit étudiant, on n'aura rien réglé du tout, on n'aura même pas touché à l'essentiel.

L'essentiel? Revenons à la lettre du papa. Il se décrit comme un parent responsable qui, dans les circonstances agitées que l'on sait, essayait d'aider son ado à reprendre ses cours, en particulier son cours de français, et c'est ce faisant qu'il a découvert Le malade imaginaire dans le plan de cours de la prof. Il est alors saisi d'un immense découragement, pour la première fois de sa vie de parent, il baisse les bras: j'étais désespéré, sans voix, pour la première fois de ma vie, je me suis vu incapable de l'aider. Je me suis senti désarmé devant des mots, des expressions, des réflexions, des analyses d'une lecture indigeste QUI S'ADRESSE PLUS À DES ÉTUDIANTS EN ART ET LETTRES ou à des futurs enseignants ou écrivains qu'à des étudiants qui doivent malheureusement passer par le cégep et des cours obligatoires pour accéder à l'université.

Les majuscules sont de moi. En fait, ce qu'il faudrait mettre en majuscules, c'est cette idée qui sous-tend le discours du monsieur, que la culture est une spécialité pour étudiants en arts et lettres, qu'on aille surtout pas emmerder les futurs ingénieurs du Plan Nord avec ça, quand ils s'ennuieront le dimanche après-midi à Fermont, ils iront se relouer Starbuck et puis voilà, c'est bien, Starbuck, vous l'avez vu?

On parle couramment des enfants de la réforme, on oublie les parents de la réforme qui viennent avec. Si on baisse la barre d'un cran à chaque réforme, ce n'est pas seulement pour s'ajuster au niveau des enfants, mais aussi à celui des parents (et de la population en général) qui se contrefoutent que leur rejeton ne lise aucun livre et ne sache rien, n'ont-ils pas des ordinateurs qui savent tout? Ce parent-ci l'a très bien compris puisqu'il réclame une nouvelle réforme, cette fois au collégial...

Il termine sa lettre à la prof en disant qu'il a fait son gros possible pour aider ses deux ados à réussir leurs études secondaires, il y est parvenu mais ouf, ça n'a pas été facile. J'ai pu les raccrocher grâce au football, mais cette fois - à cause de ce foutu Malade imaginaire -, cette fois il me faudra un miracle ou peut-être une nouvelle réforme au niveau collégial...

Ai-je rêvé ou le thème de l'accessibilité à des études supérieures n'a été considéré que sous l'angle économique? L'angle académique? Je n'ai entendu aucun des trois leaders étudiants constater et déplorer que n'importe qui peut maintenant accéder à l'université sans avoir lu un foutu livre. Sans être capable de saisir une phrase à deux étages. Ça semble ne déranger personne.

Au fait, pourquoi l'université? Je veux dire, si vous préférez le football. Ou la coiffure. Ou la maçonnerie. Qu'est-ce que la réussite scolaire? La réussite tout court? Oui, je vous reviens avec les menuisiers, les électriciens, les plombiers, les coiffeuses, les policiers, les informaticiens qui, la plupart, trippent sur leur job comme des fous et qui, eux, n'en manquent jamais, de job. Oui, je vous la ressers chaque fois celle-là, vous oubliez pourtant la seconde partie de mon discours qui est la vraie raison de ce discours: les cours de philo devraient être obligatoires surtout pour les plombiers, les flics, les ingénieurs et les joueurs de football.

Madame! Madame! J'en ai rien à foutre du malade imaginaire parce que je serai ingénieur des mines et je vais travailler au Plan Nord. Le dimanche, à Fermont, quand je vais m'ennuyer, je vais relouer Starbuck. Vous avez vu Starbuck, madame? C'est pas mal bon.

À quel âge doit-on commencer à former un ingénieur? C'est une question que n'a pas posée non plus le conflit étudiant, elle est pourtant centrale. On initie maintenant les ti-culs du primaire à la théorie des ensembles, sauf qu'à 24 ans, quand ils sortent de l'université, y'en a pas un crisse, et ne pensez pas que j'exagère, pas un crisse qui fait la différence entre culture et loisir, entre émancipation et consommation.

Le malade imaginaire obligatoire? Absolument. Pour s'exercer - oui, comme au football - à différents niveaux de lecture. S'amuser à différents niveaux d'humour. Et aussi, comme a répondu la prof au monsieur: parce que c'est une oeuvre qui critique l'ordre établi.

Madame Bovary aussi, obligatoire. Et des textes beaucoup plus difficiles. Faire le contraire de ce que tout le monde dit. Le contraire de la réforme. Les faire avancer, les ingénieurs comme les coiffeuses, dans le béton frais de la pure littérature, dans des textes dont l'objet est... le texte. Le cerveau est un muscle qu'on doit exercer comme un quart-arrière au football exerce son bras pour lancer de plus en plus loin avec de plus en plus de précision.

À quoi sert l'éducation? À plein de choses, mais avant toutes choses, à former des hommes, des femmes pas trop cons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer