L'hiver

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Foglia
La Presse

Je me dépêche de bâcler cette chronique. Vous n'imaginez pas tout le travail qui m'attend dehors. Vous n'avez pas entendu Mme Jocelyne, au Téléjournal? Quarante centimètres à Frelighsburg. Elle se trompait, en plus. C'est pas 40 cm, c'est au moins 250 cm. Au moins.

Puisqu'on parle de Jocelyne et de ses cousines les autres madames Météo, les avez-vous entendues nous avertir de cette tempête-là? Pas un mot. La pire tempête en cinq ans et elles ne l'ont pas vue venir. À quoi servent-elles? Pourquoi continuer de les interroger sur le temps qu'il fera?

Qu'on leur parle d'autre chose. Demandons-leur si Subban jouera demain soir à Detroit. Demandons-leur si elles mettent du riz ou des coquillettes dans leur bouillon de poulet. Ne leur demandons plus quel temps il fera.

Vous connaissez l'histoire d'Io? Io était cette jeune et belle prêtresse chargée par Zeus de prédire le temps. Un jour que Zeus devait aller pique-niquer sur le mont Olympe avec sa femme Héra, il demanda à Io s'il devait apporter un parapluie. Ben non, va faire super-beau, le rassura Io.

Il a plu ce jour-là comme vache qui pisse. Zeus, courroucé, transforma Io en génisse. C'est ainsi qu'Io la génisse est devenue la patronne des météorologues. Ah, monsieur le chroniqueur, comme vous en savez, des choses!

Je sens que vous allez encore m'accuser de ne pas aimer l'hiver. C'est vrai et ce n'est pas vrai. J'aime et je n'aime pas l'hiver. Ce qui me tape, c'est pas la neige, c'est le trip de nordicité que font quelques-uns. La nordicité! Cette identité congelée par défaut de ceux qui n'en ont pas d'autre. Ils se sont tout d'un coup avisés qu'ils étaient du Nord, que cela devait bien venir avec un peu de philosophie et de culture. Ils sont alors déclarés nordicistes, boréalistes, mais en fait, ce ne sont que des suceux et des suceuses de banquise. Ils ont divisé le monde en ceux qui aiment l'hiver et vont jouer dehors et les moumounes collées sur le poêle à rêver d'Hawaii.

Je suis pour un hiver doux, je ne suis pas pour pas d'hiver du tout. Si j'avais le choix, je déménagerais pour les quatre prochains mois dans un endroit où la neige ne recouvre pas la civilisation. Pas très loin. New York, tiens.

* * *

J'ai pelleté les trois galeries, l'entrée, le devant du garage, l'allée qui mène au compost, celle qui mène à la shed à bois et environ 223 km de sentiers pour les minous. Quand j'ai eu fini, j'ai recommencé parce que, le temps que je finisse, avec la poudrerie, l'entrée s'était rebouchée.

C'est alors qu'un pick-up s'est arrêté dans le chemin. Mme X, c'est ici?

Oui.

Je viens livrer la souffleuse.

Voyez bien que je n'en ai plus besoin!

Voilà un mois, ma fiancée m'a lancé comme ça: On devrait s'acheter une souffleuse. Qu'est-ce que t'en penses?

Je n'en pensais rien.

Le monstre était maintenant à mes pieds, impressionnant comme une petite moissonneuse-batteuse, des fils partout, des manettes, des boutons. Et ça, c'est quoi?

C'est le choke, m'a dit le monsieur.

Il y a aussi le bouton push-push pour amorcer l'essence. L'obturateur. La commande de transmission. La commande d'orientation de la cheminée d'éjection. La commande de la vis sans fin qui envoie la neige dans ladite cheminée. Le levier de vitesses, quatre vitesses en marche avant, deux en marche arrière. La commande d'orientation des roues...

Je n'aurai jamais assez de mains!

Vous allez voir, c'est facile. Tirez sur la corde, ici.

Il y a une corde en plus?

Il me vient une idée: pourquoi les dames Météo, au lieu de nous dire qu'il neige quand ça fait quatre jours qu'on le sait, pourquoi ne se rendraient-elles utiles en donnant des cours de souffleuse?

CHOIX SPORTIFS - Notre cahier des sports invite les lecteurs à voter pour l'athlète de l'année au Québec (cyberpresse.ca/athlete2010). Dix propositions. JJ Anderson, surf des neiges. Alexandre Bilodeau et Jenn Heil, ski acrobatique. Georges St-Pierre, combat extrême. Jean Pascal, boxe. Clara Hughes et Charles Hamelin, patinage de vitesse. Joannie Rochette, patinage artistique. Alex Harvey, ski de fond. Erik Guay, ski alpin.

Si je votais pour celui ou celle des 10 que je crois l'athlète le plus complet, j'hésiterais entre Harvey et Pascal.

Si je votais pour l'athlète qui a obtenu les meilleurs résultats en 2010, en tenant compte et de son rang et de l'universalité de sa discipline, Erik Guay est tout seul avec son Globe de cristal en super-G.

Si je votais pour les athlètes qui m'inspirent le plus de sympathie, j'hésiterais entre Alex Harvey et Clara Hughes. Si je votais pour l'athlète qui m'inspire le moins de sympathie? Ah ah! Vous ne devinerez pas.

Si je votais pour celui qui va très certainement devenir l'athlète québécois de 2010 selon nos lecteurs: Georges St-Pierre, je le crains (mais c'est pas lui qui m'inspire le moins de sympathie, je ne savais pas qui il était la semaine dernière).

Si je votais pour souligner la performance en 2010 d'athlètes très, très exceptionnelles même si je ne suis pas du tout un fan de leur sport: l'équipe canadienne de nage synchro (formée de 11 Québécoises sur 12), troisièmes au dernier championnat du monde en Chine.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer