Québec et l'immense problème du CIO

Avec une facture frôlant les 50 milliards, Sotchi... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Avec une facture frôlant les 50 milliards, Sotchi a remporté la palme des Jeux d'hiver les plus coûteux de l'histoire.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Régis Labeaume assure ne pas être en mode olympique. S'il visitera Lausanne le 11 avril prochain, dit-il, c'est pour écouter ce que Thomas Bach, président du Comité international olympique (CIO), aura à lui dire. Fort bien. Mais il ne faut pas s'y tromper : à la même époque l'an dernier, le maire de Québec aurait sûrement refusé l'invitation.

« Je ne veux pas de Jeux olympiques à l'heure actuelle, ça ne me tente pas du tout, m'avait-il dit dans un entretien téléphonique. Pourquoi autant de pays européens n'ont pas été intéressés par les Jeux de 2022 ? Parce que l'ère de la démesure n'est pas terminée. »

Fondamentalement, le mouvement olympique n'a pas changé depuis ce temps. L'Agenda 2020, un ensemble de mesures adoptées par le CIO pour réduire la facture des villes candidates et des villes choisies, produira peut-être les effets espérés. Mais la preuve reste à faire. L'exemple du Japon, où le projet de Stade olympique des Jeux d'été de 2020 a été revu en catastrophe afin de contenir l'escalade des coûts, ne donne pas le signe d'une ère nouvelle.

Alors, comment expliquer l'étonnante nouvelle de jeudi ? La réponse est simple. Le CIO a un immense problème sur les bras : aucun pays occidental ne semble intéressé à accueillir les Jeux d'hiver.

Dans ce contexte, Thomas Bach n'a pas le choix. Il sollicite lui-même des candidatures, ce qu'aucun de ses prédécesseurs n'aurait envisagé. Les princes du sport international ont l'habitude d'être courtisés, et non pas l'inverse. Le CIO fait l'apprentissage de l'humilité, une caractéristique jusque-là absente de ses gènes.

M. Labeaume, reconnaissons-le, avait prévu cette évolution. « Un jour, ils nous appelleront ! », avait-il lancé dans la foulée du 1er octobre 2014, une date-clé dans l'histoire récente du mouvement olympique.

Ce jour-là, le gouvernement norvégien a refusé d'appuyer la candidature d'Oslo à l'organisation des Jeux de 2022. Le CIO a encaissé cette décision comme une droite au visage. Elle survenait en effet après le désistement de la Suisse, de l'Allemagne, de la Suède et de la Pologne.

Du coup, seuls le Kazakhstan (Almaty) et la Chine (Pékin) demeuraient en lice, un cauchemar pour Thomas Bach. Lorsque les Jeux d'hiver n'intéressent aucun pays démocratique, où les citoyens peuvent exprimer librement leur adhésion ou non au projet, c'est signe d'un problème profond.

Au lieu d'en prendre note, le CIO a plutôt exprimé sa colère. Il a reproché à la Norvège « d'avoir raté l'occasion d'investir dans son avenir et de montrer au monde ce qu'il a à offrir ».

Toute l'arrogance de l'organisme s'est dévoilée dans ce communiqué vitriolique. Il faut du culot pour blâmer un gouvernement ayant simplement conclu que sur le plan socio-économique, l'affaire ne tenait pas la route.

***

La présence du ministre Sam Hamad aux côtés de Régis Labeaume, lors de l'annonce de jeudi, est significative. Le projet a manifestement fait l'objet de discussions au plus haut niveau du gouvernement du Québec. Thomas Bach aura donc droit à une écoute attentive lorsque le maire de la capitale s'arrêtera à son bureau.

On devine déjà que le président du CIO rappellera à son visiteur quelques mesures concrètes de l'Agenda 2020. Parmi elles, la réduction des coûts d'une candidature ; l'invitation faite aux villes à proposer leur conception des Jeux plutôt que d'appliquer mur à mur le modèle conçu à Lausanne ; l'utilisation maximale des infrastructures existantes ; et la mise en place de structures temporaires et démontables pour les équipements devant être construits.

Avec le Centre Vidéotron pour le hockey et le vieux Colisée pour le patinage de vitesse courte piste et le patinage artistique, Québec possède des atouts. Et Jeux olympiques ou pas, le maire souhaite toujours construire un anneau de glace destiné au patinage de vitesse longue piste.

La région compte aussi des endroits fabuleux pour les épreuves de planche à neige et de ski acrobatique. On imagine facilement les compétitions de ski de fond au pays de la famille Harvey, le curling au Pavillon de la jeunesse et les salles de presse au Centre des congrès.

Cela dit, la situation n'est pas parfaite. L'absence d'une montagne adéquate empêche la tenue de la descente de ski alpin. Et personne n'aura le goût d'investir des dizaines de millions, ni de saccager l'environnement, pour construire des tremplins de saut à ski, une piste de bobsleigh, de luge et de skeleton promis à l'oubli après les Jeux.

C'est à ce chapitre que l'Agenda 2020 fournit un argument de choix à Thomas Bach. Les portes sont maintenant ouvertes à la tenue d'épreuves en dehors de la ville ou du pays hôte. Québec pourrait refiler à Lake Placid, Calgary ou Vancouver, qui possèdent déjà les installations requises, les compétitions problématiques.

Sur le plan géographique, Lake Placid représente un meilleur choix. Mais cela suppose l'implication du gouvernement américain, ce qui ajouterait un interlocuteur au projet. Pour le CIO, il serait plus simple de discuter avec un seul pays, rendant ainsi les deux villes de l'Ouest canadien des partenaires tout aussi logiques.

***

À l'évidence, Québec 2026 ne serait pas un projet farfelu. Mais le très délicat enjeu de « l'acceptabilité sociale », évoqué avec raison par le maire Labeaume, est crucial.

Non seulement les coûts des Jeux olympiques dépassent toujours les prévisions, mais les investissements liés à la sécurité augmenteront sans cesse au fil des années. En 2026, combien en coûterait-il à nos gouvernements pour fournir la protection nécessaire ? Et vaudrait-il la peine de dépenser autant d'argent à ce seul poste budgétaire ?

Si le projet avance, les citoyens auront sûrement l'occasion de se prononcer. Car il serait politiquement impossible pour le maire Labeaume d'aller de l'avant sans consulter les gens par référendum.

Mine de rien, les échéances arriveront très vite. Le choix de la ville hôte sera fait en 2019. Cela suppose que le Comité olympique canadien (COC) appuie la candidature de Québec dès l'an prochain, afin de donner le temps aux organisateurs de préparer leur dossier, une tâche colossale. Et qui sait : Calgay et Vancouver seront peut-être aussi tentés par l'aventure. Auquel cas le COC devrait choisir quelle ville canadienne irait de l'avant.

Pour l'instant, une seule chose est sûre : le CIO est véritablement dans le pétrin, comme en fait foi l'opération démarchage de Thomas Bach. Mais puisque M. Labeaume avait prévu l'appel du président du CIO dès 2014, il aurait été impoli de lui raccrocher la ligne au nez.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer