| Commenter Commentaires (25)

Nouveau pont: un hommage au Québec moderne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le débat est fini, Yves. Le nouveau pont s'appellera Champlain. La tempête fut vive, mais courte. Un consensus s'est dégagé pour conserver ce patronyme. Le gouvernement fédéral devra agir en conséquence. L'entêtement serait une erreur.

Tu le sais, je me suis prononcé en faveur du pont Maurice-Richard. Mais je me rallie à la tournure des événements. Le rôle de Champlain est éloquent. Ses réalisations, immenses, sont transmises aux générations montantes dans les cours d'histoire. Et on a donné son nom à des dizaines de lieux au Québec. En revanche, voilà pourquoi nommer le nouveau pont en l'honneur de Maurice Richard, un héros national du Québec, n'aurait pas effacé la place du grand explorateur dans notre mémoire collective. L'héritage de Champlain est déjà bien ancré.

***

J'ai défendu l'idée du pont Maurice-Richard parce que j'aimais l'idée que cet ouvrage, aux lignes contemporaines, rende hommage à une légende du Québec moderne. J'aimais l'idée qu'on souligne ainsi nos extraordinaires avancées depuis les années 50.

Maurice Richard symbolise le combat des Canadiens français, comme on nous appelait alors, pour maîtriser leur destin. Ne minimisons pas l'importance historique de l'émeute du 17 mars 1955, lorsque les Montréalais en colère se sont soulevés contre la décision de suspendre Maurice Richard. Il s'est agi d'un appel spontané à la liberté.

Quelques jours plus tard, dans Le Devoir, André Laurendeau écrivait ceci: «... Maurice Richard est une sorte de revanche (on les prend où l'on peut.) [...] Un peu de l'adoration étonnée et farouche qui entourait Laurier se concentre sur lui: mais avec plus de familiarité, dans un sport plus simple et plus spectaculaire que la politique. C'est comme des petites gens qui n'en reviennent pas du fils qu'ils ont mis au monde et de la carrière qu'il poursuit et du bruit qu'il fait...»

Ces mots du grand journaliste rappellent combien Maurice Richard a été un précurseur au Québec. Aujourd'hui, les succès internationaux de nos artistes, de nos gens d'affaires et de nos sportifs ne nous étonnent plus. Mais n'oublions pas que Maurice Richard a creusé le moule dans lequel les autres se sont coulés.

J'aimais aussi l'idée qu'on honore le plus montréalais des grands Québécois. Maurice Richard est né et a grandi à Montréal. Il s'est battu pour la gloire de la cité. Ce pont sera la nouvelle signature de Montréal, une ville se définissant par des valeurs qu'il personnifiait: fierté, détermination et créativité.

J'aimais l'idée qu'on honore un gars du peuple. Le fils d'Onésime et Alice, né dans un quartier ouvrier, s'est bâti de lui-même. Rien ne le prédisposait à ce parcours exceptionnel dans lequel tant de Québécois ont trouvé inspiration.

Maurice Richard n'a jamais fait de grands discours. Il n'a jamais demandé le vote de quiconque. Mais les gens se le sont approprié parce qu'à travers le hockey, il a incarné nos luttes et nos espoirs. Et à l'époque, la patinoire était un rare endroit où les Canadiens français pouvaient devenir d'authentiques héros.

Si le hockey est une composante fondamentale de notre culture, ce n'est pas simplement parce que ce sport est populaire, mais aussi parce qu'il fait partie de nos racines profondes, qu'il contribue à nous définir.

Dans son éditorial du Devoir, André Laurendeau ajoutait: «Et puis, il ne s'agit tout de même que de hockey. Tout paraît destiné à retomber dans l'oubli. Mais cette brève flambée trahit ce qui dort derrière l'apparente indifférence et la longue passivité des Canadiens français».

André Laurendeau a vu juste, sauf sur un élément: rien n'a sombré dans l'oubli. Maurice Richard est devenu un symbole identitaire fort, un jalon dans notre longue route vers l'affranchissement.

À sa mort, en mai 2000, plus de 100 000 personnes lui ont rendu hommage en défilant devant son cercueil. Tous ces gens sont-ils venus seulement parce qu'il a marqué des buts spectaculaires?

Bien sûr que non! Cette réaction viscérale, ce désir de le saluer une dernière fois allait bien au-delà de son rayonnement sportif. Maurice Richard, comme disait Félix Leclerc, c'était le Québec debout.

***

Cette semaine, les commentaires lacérant l'idée de nommer le pont en l'honneur de Maurice Richard, parfois avec une condescendance irrespectueuse de sa mémoire, m'ont troublé. M'étais-je trompé à ce point?

Aujourd'hui, Yves, je te dis ceci: si je respecte le désir de conserver le nom de Champlain, je suis heureux d'avoir défendu le pont Maurice-Richard.

Avec fierté, ce nouvel ouvrage aurait célébré l'émergence du Québec moderne en lui donnant le nom du plus rassembleur de tous les Montréalais.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Nom du nouveau pont: la famille Richard hésitante

    National

    Nom du nouveau pont: la famille Richard hésitante

    Stupéfaite de la véhémence de la réaction populaire devant la perspective de voir occulter la mémoire de Samuel de Champlain, la famille de Maurice... »

  • YVES BOISVERT | Nouveau pont: Champlain, l'inventeur de pays

    Yves Boisvert

    Nouveau pont: Champlain, l'inventeur de pays

    Au jour de sa mort, Champlain avait déjà été limogé, Philippe. Et si les Français avaient construit un pont au-dessus du Saint-Laurent en 1635, sois... »

  • Pas de pont Maurice-Richard

    Montréal

    Pas de pont Maurice-Richard

    Le nom de Maurice Richard ne fait plus partie de la réflexion à Ottawa pour le nom du nouveau pont sur le Saint-Laurent. Le ministre Denis Lebel a... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer