| Commenter Commentaires (3)

Le retour réussi de Patrice Bernier

Après une saison difficile sous les ordres de... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Après une saison difficile sous les ordres de Jesse Marsch, Patrice Bernier est devenu en 2013 le coeur de l'Impact.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au début des années 2000, un jeune joueur de soccer de Brossard est embauché par une équipe professionnelle européenne. Au cours des neuf saisons suivantes, il obtiendra du succès sur le Vieux Continent, un exploit considérable.

«Aux joueurs de hockey, le passeport canadien ouvre beaucoup de portes en Europe, lance Patrice Bernier. Au soccer, c'est l'opposé! Il pèse très lourd. Je suis débarqué là-bas totalement incognito. C'est valorisant d'avoir réussi à faire ma marque.»

Bernier, le meilleur joueur de l'Impact cette saison, prend quelques minutes de répit après l'entraînement de l'équipe au cégep Marie-Victorin.

À 33 ans - «À cet âge, on nous prend parfois pour des dinosaures!» -, il possède assez de métier pour ne pas s'emballer trop vite devant le remarquable début de saison de l'équipe. Ce qui ne l'empêche pas de rêver.

«Avec la qualité de notre groupe, on peut faire quelque chose de bien cette saison, peut-être même de grand, dit-il. Quand on est jeune, on ne le réalise pas toujours, car notre carrière sera encore longue. Lorsqu'on est plus vieux, et qu'on sent cette possibilité, ça augmente les attentes.»

Le jeu solide de Bernier, en défense et en attaque, est remarqué aux quatre coins du circuit. Et dire qu'en mai dernier, au moment où sa saison initiale en MLS prenait une mauvaise tournure, Bernier s'est demandé si sa place était vraiment à Montréal. Et s'il ne devrait pas retourner en Europe au plus tôt.

* * *

L'aventure européenne de Patrice Bernier a commencé en 2003. Plus bel espoir du soccer québécois, il a obtenu un essai avec une équipe norvégienne, le Moss FK. Après quatre jours d'entraînement, on lui a offert un contrat.

Un an plus tard, Tromso, une équipe de première division, a acquis ses services. C'est dans cette ville de 70 000 habitants, située dans le cercle arctique, qu'il s'est établi au cours des trois saisons suivantes.

«Ce fut une belle expérience de vie, aux plans sportif et culturel, dit-il. L'été, il n'y a pas de noirceur. Il faut s'habituer, sinon on perd ses repères pour l'heure du coucher.

«L'hiver, il fait noir toute la journée. Il tombe beaucoup de neige, mais le Gulf Stream rend le froid très supportable. La nature est magnifique, je n'ai jamais rien vu d'aussi beau. Ce furent trois années extraordinaires.»

Après quatre saisons en Norvège, Bernier a déménagé en Allemagne, où il a porté les couleurs de l'équipe de Kaiserslautern, à une heure de Strasbourg. À la mi-saison, l'arrivée d'un nouvel entraîneur n'a pas joué en sa faveur.

«J'ai apprécié mon année là-bas, dit-il. Au soccer, l'Allemagne, c'est un autre monde. C'est comme le hockey ici, peut-être même pire ! Les gradins sont pleins, et les journaux suivent les équipes de très près. Notre stade accueillait 50 000 spectateurs et c'était rempli pour les grands matchs.»

En 2008, Bernier a été embauché par une équipe danoise, le FC Nordsjaelland. Il s'est installé à Copenhague, une ville qu'il adore.

«Sur le terrain, c'est là-bas que j'ai eu le plus de plaisir. Le coach était fanatique du FC Barcelone et s'inspirait de son jeu court, rapide et axé sur la possession du ballon.»

La malchance a ensuite frappé le joueur québécois, qui a subi deux fractures d'une jambe en 2011. Peu après son retour à la santé, Jesse Marsch, premier entraîneur de l'Impact en MLS, l'a rencontré à Copenhague. Les pourparlers ont été longs, mais Bernier a accepté l'offre de l'organisation. Du coup, il est devenu la tête d'affiche de l'équipe.

* * *

Hélas, Marsch a hésité à faire confiance à Bernier. Il l'a utilisé durant les quatre premières rencontres, avant de lui accorder un «repos» lors d'une semaine où l'équipe jouait deux matchs.

L'ennui, c'est que ce congé s'est prolongé. Bernier n'a pas apprécié, même s'il n'a jamais manifesté publiquement ses doléances.

«Les joueurs de haut profil de l'équipe voyaient mon jeu et ne comprenaient pas davantage, explique-t-il. J'ai conclu que ce mariage avec l'Impact et l'entraîneur n'était pas fait pour durer. Jouer au soccer, c'est ma vie. Je n'étais pas venu à Montréal pour rester sur le banc.»

Bernier a demandé à son agent de contacter la direction de l'Impact afin de s'informer des plans à son endroit. Pas question pour lui de simplement servir l'image de l'équipe en parlant français aux médias. Dans son esprit, un départ de Montréal était déjà dans les cartes. «C'est ça, le monde du sport...», dit-il.

Avant que son agent ne fasse signe à Nick De Santis, Bernier a fait partie de la formation partante dans une rencontre au Colorado. Il a marqué un but et réussi une aide. «J'ai joué ce match à ma manière...»

Dès ce moment, Bernier a retrouvé son poste régulier. Mais l'affaire a laissé des traces. Et explique en partie le départ de Jesse Marsch à l'issue de la dernière saison. Joey Saputo et Nick De Santis n'ont jamais compris sa mise à l'écart.

Moins d'un an plus tard, Patrice Bernier s'impose comme le coeur de l'Impact et un des joueurs les plus fiables du circuit. Après une période de doute, il sait maintenant que son retour à Montréal est réussi.

Partager

publicité

Commentaires (3)
    • Marsch était le seul, je dis bien le seul, à Montréal, à ne pas voir Bernier. On ne le reverra pasentraîneur-chef de ci-tôt, ce March-là. Comme le mentionne @dono, la liste des niaiseries est longue.
      Et non, M.Cantin, NDS et Joey n'ont pas agit avec émotion et injustice avec Marsch comme vous le mentionniez au début de l'année. Il ne méritait pas de continuer.
      Comme le mentionnait Henry l'an passée, Bernier est de loin le meilleur joueur de cette équipe. J'ai plus confiance au pif de Henry que celui de Marsch en ce qui a trait au talent footballistique...
      Francis Côté

    • Bernier est le MVP de la ligue jusqu'à maintenant. Il est tout simplement incroyable. Il est superbe à voir jouer. Même certains articles du site de la MLS le mentionne alors ce n'est pas simplement du chauvinisme. Je crois qu'il a été sur l'équipe d'étoiles de la ligue à toutes les semaines ou 3 semaines sur 4. Bravo à lui autant pour ses qualités athlétiques mais surtout humaines.
      @benoitb
      Voulez-vous qu'on parle des autres décisions de Marsch:
      Faire un échange pour aller chercher Ricketts, faire un échange pour aller chercher Braun, faire un échange pour aller chercher Wahl, faire un échange pour aller chercher Arnaud (quoique cette année, il joue très bien), choisir Wenger au lieu de Mattocks (le temps nous dira qui avait raison mais jusqu'à maintenant, avantage Mattocks) sans oublier la saga Brian Ching. Ah oui, allez chercher Fucito et Neagle contre Johnson. Je sais que Johnson ne serait pas venu au Canada mais il me semble que nous aurions pu avoir beaucoup plus.
      Au bout du compte, c'est NDS qui a pris les décisions finales mais Marsch avait beaucoup de poids dans les décisions. Juste comme ça, toutes ces décisions ont été corrigées sauf pour Arnaud et Wenger alors, à moins que NDS ait une double personnalité, il a probablement corrigé les choix de Marsch.

    • Maintenant, avec ce genre d'aveu de Patrice Bernier, et avec l'excellent départ 4-0 de l'Impact sous l'ère Schallibaum, j'espère que tous les vierges offensés qui criaient au scandale lors du départ de Marsch l'année dernière, viendront faire leur Mea Culpa!!
      Même si la nature humaine fait qu'un faible pourcentage admettra avoir été dans le champs!
      Jesse Marsch, c'était faible tactiquement (mais je continue à le dire, c'était un "homme" extraordinaire! Un grand humain). C'était au niveau football sa faiblesse...
      Je lui souhaite de faire ses classes dans un futur rapproché (et ne pas répéter certaines gaffes, comme se passer de son joueur par excellence durant plusieurs rencontres!)

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer