Cessons de les glorifier involontairement

Patrick Lagacé... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Patrick Lagacé

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De l'Arizona où je le joins au téléphone, Tom Teves me demande si l'attaquant de la Grande Mosquée de Québec a été arrêté.

« Oui, réponds-je, dès dimanche soir.

 - Alors cessez de publier son nom et sa photo, MAINTENANT. »

J'appelais Tom Teves parce qu'avec sa femme Caren, il a lancé le mouvement No Notoriety, qui milite pour que les médias cessent de glorifier involontairement les salauds comme celui de Québec, en couvrant leur vie et leurs actes de long en large.

Les Teves sont bien placés pour savoir de quoi ils parlent : leur fils Alex, 24 ans, est au nombre des 12 victimes du massacre dans un cinéma d'Aurora, au Colorado, en 2012.

« C'est ce qu'ils veulent : devenir célèbres, dit M. Teves. Ce sont pour la plupart des perdants, ils n'ont aucune emprise sur leur vie, et dans leur tête, tuer des gens leur apportera une forme de célébrité, leurs 15 minutes de gloire. »

Tom Teves m'a dit ce que le FBI répète depuis des années et ce que des chercheurs américains et européens ont pu observer en décortiquant la psyché de ces tueurs de masse et les statistiques de tueries de masse : la couverture de ces tragédies - et de leurs auteurs - cause un effet de contagion.

Traduction : les fêlés qui entrent dans des lieux publics pour abattre des gens avaient tous des modèles, modèles qu'ils admiraient et qu'ils ont cherché à émuler avant de frapper, eux aussi.

Tom Teves : « Le loser qui a tué mon fils à Aurora était obsédé par la tuerie de l'école Columbine. Il avait même conçu un fichier Excel à propos de tueries. Il a dit au psychiatre, après sa capture, que puisqu'il ne pouvait pas faire sa marque dans le milieu académique, il allait la faire en tuant des gens... »

Aux États-Unis, la campagne No Notoriety lance un défi aux médias, qui se lit comme suit : 

1) Limiter la diffusion du nom de l'auteur d'un massacre, après qu'il eut été arrêté.

2) Refuser de diffuser les manifestes des tueurs et le détail de leurs motivations, pour privilégier en lieu et place les noms et les histoires des victimes et des héros d'une attaque.

3) Reconnaître que la recherche de l'infamie, d'une notoriété négative, est un facteur de motivation pour les personnes qui tuent de cette façon : la couverture médiatique accroît cette motivation.

4) Faire la promotion des experts en santé mentale et en sécurité publique qui peuvent prévenir ces massacres.

5) Reconnaître qu'une fois l'assaillant attrapé ou abattu, son nom et sa photo n'ont pas de pertinence réelle dans la couverture journalistique.

Comme journaliste, ce que suggère Tom Teves est antinomique : nous voulons publier le plus de détails possible sur les événements que nous couvrons. C'est en nous. Et c'est tellement vrai qu'en 2014, quand j'ai donné la parole au psychiatre américain Dietz Park, en croisade contre la glorification involontaire des tueurs de masse, La Presse a choisi une image d'un tueur de masse pour illustrer ma chronique, où je ne nommais pas l'individu !

« Nous sommes réalistes, dit Tom Teves. Le premier jour, c'est difficile de ne pas publier ces informations. Après ? Non. Il n'y a pas de pertinence. Après, vous pouvez, dans ces reportages, nommer la chose - je refuse de dire que ce sont des personnes - une seule fois et ne pas le répéter. Après, vous pouvez trouver des termes génériques. Moi, j'utiliserais le mot ‟lâche". Et si vous montrez sa photo, montrez-le mort ou montrez-le menotté, mais pas autrement. »

Si les médias québécois acceptaient le défi de Tom Teves et de la campagne No Notoriety, le nom du fêlé qui a attaqué la mosquée de Québec ne serait mentionné, à partir de maintenant, qu'en passant.

Sa photo ne serait plus diffusée.

Et les termes « loup solitaire » ou « tueur » ne seraient plus utilisés : des esprits troublés qui pensent commettre un massacre peuvent être motivés par ces termes qui sont connotés négativement... pour des esprits sains.

« Je vous pose la question, lance Tom Teves. À partir de maintenant, si vos médias cessent de nommer cet individu, s'ils agissaient de façon responsable et cessaient de diffuser sa photo, ça changerait quoi ? »

Je cherche une réponse, je balbutie... Tom Teves répond pour moi : 

« Ça ne changerait RIEN. »

Et il fait la liste des pratiques médiatiques et journalistiques qui, ces dernières décennies, ont changé : on ne couvre plus les suicides (sauf exception), on ne nomme plus les victimes d'agressions sexuelles, des gens pris en otage en zone de guerre sont l'objet de black-out médiatiques, etc.

«Ces lâches sont motivés par le désir de célébrité. Plus on parle d'eux, plus on motive d'autres personnes qui pensent à commettre ces actes.»

Tom Teves

Traduction, bis : en continuant à nommer le coucou qui a tué six Québécois à Québec dimanche, en continuant à montrer sa photo, en continuant à lui affubler des étiquettes comme « tueur », il est fort possible que nous contribuions involontairement à sa glorification et à inspirer d'autres perdants à chercher, eux aussi, leurs 15 minutes de gloire.

Personnellement, je ne les nomme plus, quand je parle de ces événements épouvantables, comme Poly ou Dawson, ni dans cette chronique ni ailleurs.

Mais il y a tout près de zéro réflexion dans le monde journalistique québécois là-dessus, je veux dire sur la façon de couvrir ces lâches, une fois qu'ils ont été capturés ou tués. Personne ne se pose la question que Tom Teves m'a posée. On devrait.

Je demande à Tom Teves si sa campagne No Notoriety pour que les médias cessent de glorifier involontairement des fêlés a commencé l'année même de l'attaque du cinéma à Aurora, en 2012, ou bien l'année suivante...

Sa réponse : « Sir, la campagne a commencé quand j'étais en train de ramasser le corps d'Alex à la morgue. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer