Gestion merdique des ressources humaines

Patrick Lagacé... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Patrick Lagacé

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'homme entre dans la pièce, mi-cinquantaine, gestionnaire de carrière, homme d'action. Mais là, ça ne va plus. Il vient voir son médecin de famille. Elle s'appelle Dre Pascale Breault.

Je ne dors plus, docteure, je suis anxieux, je ne sais pas ce que j'ai, pu le goût de rien...

Toute l'année, des patients comme cet homme viennent s'échouer dans la chaise située devant le bureau de médecins de famille comme Pascale Breault.

Et la Dre Breault écoute, elle ausculte, elle pose des questions, elle écoute encore, elle demande des analyses sanguines...

Des analyses qui ne révèleront rien.

« Je revois alors le patient, dit-elle. Performant. Jusqu'à tout récemment, chef d'une équipe comptant des dizaines d'employés... Réduite à 10, avec les coupures. Il fait le même travail, mais avec le quart des effectifs. Son boss lui a même dit qu'il devrait remplir les tablettes lui-même... »

Malade du travail ? Son patient n'y croyait pas.

« Il ne voulait pas accepter qu'ultimement, comme médecin, je n'ai pas de pilule miracle pour gommer les problèmes de ressources humaines de son entreprise, problèmes qui avaient maintenant des conséquences sur lui. »

Après quelques consultations avec la Dre Breault, l'homme a fini par parler à son boss. Réponse du boss : « Si t'es pas content, remets ta démission. »

C'est le 25 janvier aujourd'hui. Et on va causer pour la cause, la cause étant de « briser le silence entourant la maladie mentale ».

On montrera des gens, connus et moins connus, qui ont fait le geste courageux de parler de leur maladie mentale à leur entourage. De briser le tabou, comme on dit.

On parlera du réseau de la santé et des services sociaux, encore joyeusement démuni face aux dépressifs, bipolaires et autres anxieux chroniques, pour ne nommer que ceux-là.

Mais il faudra bien parler un jour de ce colossal vecteur de maladies mentales : le travail.

***

Un détour, avant de revenir à la Dre Breault. Détour par le bureau d'un autre doc.

Médecin, Serge Marquis a une maîtrise en médecine du travail du School of Hygiene and Tropical Medicine, à Londres. Consultant, conférencier, auteur : depuis 1980, sa pratique touche aux maladies causées par le travail.

Il a lu la lettre que Pascale Breault m'a envoyée. Sa réaction : « C'est représentatif de ce que beaucoup de médecins vivent, elle l'explique clairement. On diminue les ressources, il y a moins de monde pour faire plus de travail. Faire plus avec moins, ça arrête quand ? Elle est où, la limite ? On coupe dans le gras, on coupe dans l'os, on coupe dans la moelle. Peut-on encore couper, rendu dans la moelle ? »

Jusqu'à tout récemment dans l'histoire de l'humanité, rappelle Serge Marquis, la majorité d'entre nous travaillait avec son corps, nous fabriquions des choses de mains.

« En quelques décennies, ça s'est complètement renversé : 75 % des gens gagnent leur vie uniquement avec leur tête. Les problèmes de santé étaient physiques : maux de dos, tendinites, bras arrachés... »

Aujourd'hui, quand le travail blesse, il blesse la plupart du temps l'organe le plus sollicité chez le travailleur moderne : le cerveau. « Les limites sont psychiques, désormais. Et elles s'expriment à travers la fatigue physique, intellectuelle, relationnelle, émotionnelle... »

Une minorité d'entreprises, constate Serge Marquis, sont éveillées aux dangers de surcharger les employés, qui finissent par craquer, rendus malades par le travail.

***

Retour dans le cabinet de la Dre Breault. Les bureaux des médecins de famille comme le sien sont souvent le premier récif où les gens malades du travail viennent s'échouer.

Des gens qui ne pensaient jamais se taper un burn-out, devenir dépressifs, tomber dans les sables mouvants de l'anxiété...

Non, pas eux.

Mais bien sûr, eux aussi...

« On te coupe 75 % de ton staff, on te dit qu'on peut te remplacer n'importe quand. Tu te valorisais par ton travail... Et ton travail devient vide de sens. C'est dur pour l'estime de soi. Et les symptômes apparaissent, tranquillement. Anxiété, perte de plaisir, colère, impatience, irritabilité, perte de sommeil. Et ça déboule. Parfois, jusqu'au suicide. »

C'est donc le 25 janvier. Et on va causer pour la cause, d'un océan à l'autre, et Bell va financer un tas de projets en santé mentale...

Pascale Breault n'a rien contre #BellCause.

«Mais pendant qu'on rapporte à l'individu la responsabilité de sa santé mentale, on oublie le système qui, lui, ne fait pas beaucoup d'efforts pour changer et qui médicalise ce qui est un problème de ressources humaines et de gros bon sens.»

Dre Pascale Breault

En lisant les mots de la Dre Breault, je faisais des recoupements avec les dizaines de témoignages que j'ai pu colliger depuis une semaine, témoignages de gens qui ont eu ces entorses du cerveau que sont les dépressions, les burn-out, les troubles anxieux, etc.

Constat : que d'hypocrisie...

On dit aux citoyens d'aller chercher de l'aide, et ils ont de la misère à en trouver. Six mois d'attente, au public. Strict minimum, si vous avez un régime d'assurances privées*.

On dit aux travailleurs de ne pas avoir honte de leur maladie mentale, mais ils sont encore accueillis comme s'ils avaient la lèpre dans trop de services de ressources humaines, tsé, tout d'un coup qu'on pourrait te pousser à démissionner, ça économiserait du fric...

Pascale Breault : « Ce qui me dérange, c'est qu'on confond problème médical et problème social. Et on fait du premier le traitement du second. Et ça, c'est un gros problème, car on ne cause pas du vrai problème. Et on ne fait rien pour le régler. »

Évidemment que Pascale Breault prescrit des pilules. Elle est d'accord quand on décrie les médecins qui prescrivent trop d'antidépresseurs, trop d'anxiolytiques, trop de somnifères...

«L'absurdité, c'est que les médicaments sont facilement accessibles et remboursés par les assurances, publiques et privées. On ne peut pas en dire autant de la psychothérapie, pourtant démontrée comme efficace, et avec de meilleurs effets à long terme...»

Dre Pascale Breault

Peut-être que ceux qui font de la psychothérapie devraient embaucher les mêmes lobbyistes que Big Pharma, qui sait ?

Un autre jour, un autre patient vient s'échouer dans le bureau de la Dre Breault. Un autre qui tient un autre formulaire d'assurance qui demande à la médecin la cause de l'arrêt de travail...

Des fois, Pascale Breault a juste envie d'écrire cinq mots bien simples : « Gestion merdique des ressources humaines. »

Elle trouve autre chose, bien sûr.

* Absurde précision, mais... Demandez de l'aide malgré tout : le réseau répond de façon inégale et des fois... il répond bien.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer