Poëti, un homme droit

Le 28 janvier dernier, le ministre des Transports... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse)

Agrandir

Le 28 janvier dernier, le ministre des Transports Robert Poëti est redevenu simple député, victime d'un remaniement ministériel orchestré par Philippe Couillard.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je n'ai jamais trop compris pourquoi on avait tassé Robert Poëti de son poste de ministre des Transports dans le dernier remaniement ministériel. Et depuis cette saga des gammicks qui ont toujours cours dans le ministère des Transports, gammicks que M. Poëti tentait de dépister et de combattre, je comprends encore moins.

On a dit à Robert Poëti qu'il fallait faire plus de place aux femmes, plus de place aux jeunes au Cabinet.

OK.

C'est formidable, faire plus de place aux jeunes, aux femmes. Je suis personnellement favorable à un Cabinet paritaire, 50 % de femmes. Le problème n'est pas là.

Le problème, c'est Poëti. Pourquoi lui ? Pourquoi le tasser, lui ?

Il n'avait pas démérité. Il ne s'était pas couvert de honte. Il savait expliquer son ministère aux médias, auxquels il répondait présent quand un viaduc chambranlait, quand un chantier mal géré bloquait le trafic.

Pourquoi le tasser, lui, et pas François Blais, disons ?

M. Blais s'est distingué par son invisibilité comme ministre de l'Éducation, incapable de visiter des écoles montréalaises tombant en ruine, multipliant les déclarations sottes (réinvestir en éducation serait « maladroit », a-t-il un jour déclaré), s'empêtrant dans une réforme des structures ridicule (sensément reniée par son successeur).

J'évoque François Blais, mais il y en a d'autres. David Heurtel fut une catastrophe sur le fond et la forme, un cas d'école pour illustrer ce qu'il ne faut pas faire comme ministre débutant.

Il est encore ministre.

Mais pas Poëti.

Pourquoi ?

Je sais bien qu'il ne faut pas tomber dans les théories du complot, mais avouez qu'il y a une succession de coïncidences qui sont vraiment, vraiment bizarres.

Poëti fait entrer une spécialiste des gammicks dans son ministère. Elle s'appelle Annie Trudel. Elle a été analyste à l'UPAC. Il y a des gens dans la vie qui se spécialisent dans les rituels d'accouplement des merles blancs d'Amérique. Mme Trudel, elle, se spécialise dans les gammicks au ministère des Transports. Ce sont ses merles blancs d'Amérique à elle. Elle les scrute depuis 2010, ces tours de passe-passe chez cet important « donneur d'ouvrage », comme on dit.

Entrée au Ministère, c'est ce qu'Annie Trudel fait, forte du mandat ministériel qui est le sien : elle scrute. Elle fouille, elle analyse, elle pose des questions. Elle trouve des réponses déplaisantes. C'est son job.

Mme Trudel est l'émissaire de M. Poëti. Trudel dérange, au MTQ. Elle le sait, elle l'a dit, la chose est documentée : des éléments au MTQ tentaient de lui nuire. Peut-être la preuve que les questions de l'analyste étaient bonnes...

Trudel va même prévenir Poëti que la sous-ministre - Mme Savoie, celle-là même qui est allée dire qu'elle n'avait pas d'ordres à recevoir d'un ministre, ça montre l'état d'esprit - est en train de s'arranger pour le faire tomber, lui, le ministre...

Et c'est ce qui arrive !

Poëti est en effet sommairement exécuté, d'un point de vue politique, ce soir-là, dans cette chambre d'hôtel : le premier ministre le tasse de son cabinet.

On savait que le ministre renvoyé n'avait pas démérité. On sait désormais, en détail, que ce ministre-là a été super proactif pendant qu'il était le titulaire des Transports, pour essayer de nettoyer le Ministère des vices qui ont été documentés par l'UAC de Duchesneau, par le Vérificateur général et tout au long des travaux de la commission Charbonneau, sans oublier les enquêtes médiatiques.

Et c'est lui qu'on évince ? !

Je pose donc la question, encore : pourquoi lui ? Je la pose parce que depuis deux jours, je n'ai pas entendu de réponse satisfaisante.

Sachant comment fonctionnent les rouages des coulisses du pouvoir, on peut penser que le PM n'a jamais su, avant de le larguer, à quoi M. Poëti s'affairait, dans les entrailles de son ministère historiquement pourri. Je suis prêt à lui concéder cela.

Mais si cela est vrai, ça veut dire que dans la haute fonction publique et dans le personnel politique des Transports et dans celui de M. Couillard, on s'est arrangé pour que le PM dirige ses torpilles vers M. Poëti.

Le résultat est le même, qu'importe qui a orienté les torpilles, qu'importe qui a appuyé sur le bouton pour les lancer : c'est un homme droit qu'on a coulé. Un homme qui exerçait son rôle avec plus de pugnacité que son successeur, Jacques « J'ai confiance en ma sous-ministre jusqu'à ce qu'on me dise que je ne dois plus lui faire confiance » Daoust.

S'il s'agissait de n'importe quel autre dossier, Philippe Couillard pourrait plaider qu'il ne savait pas, pourrait dire que dès qu'il a su, il a agi...

Mais cette saga révélée par le journaliste Louis Lacroix a des échos de tout ce qui puait, dans les affaires qui ont miné le même ministère des Transports, sous le gouvernement Charest.

On fait les gorges chaudes devant la question de l'identité, qui plombe les péquistes.

Mais les libéraux ont autant de misère, sinon plus, avec les questions d'intégrité. Intégrité ? Je parle de tout faire pour protéger l'intégrité de l'appareil d'État, pour le soustraire aux influences des uns et aux gammicks des autres. On l'a vu sous le gouvernement Charest, lamentable à cet égard.

Les dessous du congédiement de Robert Poëti montrent que l'intégrité est encore un merle blanc que les libéraux ne savent pas gérer, même sous le gouvernement Couillard.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer