Dur à suivre, PKP

Patrick Lagacé et Yves Boisvert croient Pierre Karl... (La Presse, Martin Chamberland)

Agrandir

Patrick Lagacé et Yves Boisvert croient Pierre Karl Péladeau quand il dit qu'il choisit ses enfants, en quittant la politique.

La Presse, Martin Chamberland

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je n'avais jamais vu Pierre Karl Péladeau comme ça, ni en personne ni à la télé. Il était abattu. Le filet de voix qui a porté les mots de sa démission détonnait avec son ton habituel, combatif en toutes circonstances.

D'où j'étais, perché sur une chaise à 15 pieds de lui, j'avais une vue imprenable sur ses yeux humides, sur son teint blême, sur sa mine d'enterrement.

Plus tard, un ami qui brasse des affaires à Montréal et qui a côtoyé PKP m'a confié ne pas le croire une seule seconde... Les enfants ? Une excuse, m'a-t-il dit, une sorte de prétexte bien commode : « Le plan, c'est qu'il retourne chez Québecor, voyons donc... »

Je fais écho à ces propos parce que je sais que beaucoup de cynisme circule au sujet de celui qui a toujours projeté une image de force depuis les débuts de sa vie publique. De lock-outs en guerres de mots en congédiements de proches collaborateurs, PKP a maintes fois prouvé qu'il ne se laissait pas guider par les sentiments dans la conduite de ses affaires. Quand PKP évoque ses enfants pour justifier sa démission-surprise, disons qu'il y a beaucoup de sceptiques dans la salle...

Moi, je le crois.

S'il jouait la comédie, hier, M. Péladeau est mûr pour le TNM. Même les plus durs d'entre les durs peuvent être émus à la seule pensée de leurs enfants.

Et qu'on aime son style ou non, qu'on soit d'accord avec l'idée d'un Québec souverain ou pas, il est indiscutable que PKP est un père aimant et présent.

Je le crois, donc. Mais...

Mais bien qu'on puisse faire des suppositions sur les « véritables » motifs de son départ comme chef jusqu'au Grand Soir, je trouve qu'il est plus utile d'analyser ce que l'on sait de Pierre Karl Péladeau, de ses travers, de ses habitudes, de ses manies. Et la démission-surprise de M. Péladeau a été à l'image de ce qu'on connaît de l'homme, depuis qu'il a succédé à son père à la tête de Québecor, depuis qu'il est devenu un homme public.

Voici un homme qui a fait la guerre à Radio-Canada, avant de se déclarer radio-canadien une fois chef du PQ. Qui n'a pas hésité à porter personnellement le projet d'une chaîne télévisée de droite - SUN News - suintant le patriotisme canadian, avant de devenir chef d'un parti prônant la séparation du Québec.

Se lançant en politique en 2014, il a dit que la souveraineté était une de ses convictions « les plus profondes ». Il a pourtant donné généreusement au Parti libéral de Jean Charest, jusqu'au maximum permis de 3000 $.

Voici un homme qui écrivait des lettres ouvertes fustigeant le trop grand pouvoir des syndicats quand il était patron, ce qui le mettait à droite de la droite du spectre politique... avant de s'en déclarer le meilleur ami, une fois en politique, montant à l'arrière d'un pick-up pour encourager des syndiqués lock-outés, dans sa circonscription.

Voici un homme dont les médias pourfendaient « un Québec dans le rouge », mais dont l'entreprise a appuyé un amphithéâtre subventionné à hauteur de 400 millions de fonds publics à Québec, entreprise qui gère ledit amphithéâtre. Mais qui a défendu l'interventionnisme étatique dès son entrée en politique...

Chef du PQ, son parcours a été tout aussi parsemé de zigzags. Ce poste, il le voulait. Sa fougue légendaire l'a poussé, on le sait, à se taper des passes d'armes avec certains de ses rivaux pendant la course à la direction, même s'il était assuré de gagner.

Pourtant, moins d'un an après son couronnement comme chef, boum, coup de théâtre, il démissionne avec ce teint blême, ce filet de voix dans la grisaille de mai.

Je crois donc M. Péladeau quand il dit qu'il choisit ses enfants, en quittant la politique.

Mais je crois aussi que consacrer ses considérables énergies à devenir chef du PQ pour larguer le poste moins d'un an après, qu'importe les raisons invoquées, c'est parfaitement cohérent avec le parcours de cet homme parfois dur à suivre.

Au final, PKP largue un poste pour lequel il était peu doué, n'en déplaise à ses plus ardents supporters. Il aura plus de temps pour se consacrer au meilleur poste possible, celui de papa. Ce rôle, je sais qu'il y tient. Ça crève les yeux.

Les plus ardents péquistes que j'évoquais plus haut peuvent se consoler, ils ne sont pas seuls dans la tristesse aujourd'hui. Les libéraux sont tristes, eux aussi. Leur plus grande peur, depuis des mois, était justement que PKP ne se rende pas aux élections de 2018.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer