Les poqués

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avant de commencer cette chronique, je vais vous demander un truc. Cliquez sur le lien qui suit, qui va vous mener à un reportage de Radio-Canada montrant des hommes qui viennent d'apprendre la fermeture du centre Mélaric d'Argenteuil, au beau milieu de leur thérapie pour dépendance à l'alcool, à la drogue.

>>> Le reportage de Radio-Canada

C'est fait ?

Moi, j'ai braillé.

J'ai braillé précisément à cette phrase : « Toute ma vie on m'a dit que j'étais un bon à rien, que je valais rien ; pour une fois estie que y a des intervenants qui croyaient en moi... Toutes mes cartes s'écroulent, je sais pas ce que je vais faire. »

***

Début 2015, Québec a annoncé une réforme de l'aide sociale. Dès le printemps 2015, les centres privés ont sonné l'alarme : cette réforme va nous rentrer dans le corps.

Le coeur du problème ? Québec a réduit à environ 200 $ le chèque mensuel d'aide sociale d'un prestataire qui entreprend une thérapie pour dépendance à l'alcool ou à la drogue. La logique ? Logés, nourris, ils n'ont pas besoin des quelque 700 $ mensuels habituels...

C'est sans compter que ces centres se financent en partie avec le chèque d'aide sociale de leurs clients, bien souvent pauvres : t'es un poqué ou tu ne l'es pas... Ainsi, un « lit » au privé peut être financé par Québec à hauteur, disons, de 50 $ par jour : ça couvre le gîte et le couvert. Mais la thérapie, le chauffage, les salaires : c'était payé par les quelque 15 $ par jour prélevés sur le chèque de BS des clients...

Québec, en janvier 2015, a mis fin à ces « largesses » de l'aide sociale. Mais avant de viser particulièrement l'austère machette libérale, juste un rappel : le 27 mars 2013, j'ai signé une chronique intitulée « Agnès à la chasse au BS », sur la ministre péquiste Maltais dont une réforme du BS visait - elle aussi - les plus poqués des poqués, j'ai nommé les assistés sociaux dont la dépendance les fait échouer en centres de désintox.

La chasse au BS est une activité prisée des libéraux et des péquistes.

Depuis le printemps dernier, les centres privés hurlent, pestent, préviennent de fermetures imminentes. C'est ce qui se passait depuis quelque temps, en silence. Mais ce n'est que mardi que le sort de ces maisons a percé le mur de l'indifférence, avec ces images déchirantes tournées par Radio-Canada à Argenteuil.

Mercredi, chez Paul Arcand, la ministre déléguée à la Santé Lucie Charlebois a ferraillé ferme pour que le mot « poqué » ne soit pas utilisé dans l'entrevue pour parler de ces hommes qui, à Mélaric, braillaient leur vie devant l'interruption de leur thérapie. « Personne vulnérable », a-t-elle corrigé...

Elle a aussi dépensé beaucoup de salive pour ne pas concéder que la réforme du BS pilotée par son gouvernement, dont l'effet domino fait brailler des poqués, permettra en fin de compte d'économiser... 6 millions. Oui : SIX millions de dollars.

« Poqués » ou « personnes vulnérables », ce sont de vraies larmes qui coulent des yeux de vrais êtres humains, qui vivent de vrais drames. Si Mme Charlebois a de l'empathie pour les gars de Mélaric, elle devrait le dire à son faciès : ça ne paraît pas depuis le début de sa parade médiatique.

L'écosystème des centres privés qui traitent la dépendance fonctionne avec des bouts de chandelles, des thérapeutes payés modestement, de la compassion et, jusqu'à la réforme, avec des moignons de chèques du BS. Disons que si vous voulez vous mettre riche, vous feriez mieux d'ouvrir une garderie privée subventionnée...

Mme Charlebois insinue que ces centres sont mal gérés, que l'un facture ceci pendant que l'autre ne facture pas cela. La vérité, c'est que cet écosystème de centres privés de traitement des dépendances est une béquille peu dispendieuse sur laquelle l'État est bien heureux de s'appuyer. Si Mme Charlebois trouve cet écosystème si mal géré, peut-être devrait-elle suggérer qu'il s'intègre à l'offre de services de l'État ?

***

Mais au-delà du cas de Mélaric, c'est cet écosystème-là qui a été mis à mal par le gouvernement dont Mme Charlebois fait partie. Et pendant que la ministre rechigne sur les mots des animateurs de radio, des toxicomanes vont retourner à la rue ou en prison, parce que 10 % des places dans le privé ont fermé, depuis quelques mois. Ou bien ils vont aller cogner à la porte de centres de traitement qui ont déjà de longues listes d'attente.

Dans les trois cas, c'est une belle recette pour recommencer à boire, pour recommencer à se geler. Mais c'est parfait, on a sauvé 6 millions...

Une dernière chose. Le directeur d'un centre privé - que je ne nommerai pas, ces gens ont une peur bleue des représailles du ministère de Mme Charlebois - a confié il y a quelques mois au fonctionnaire attitré à son dossier qu'il ne voyait pas où il pouvait couper, pour assurer la survie de son établissement...

Réponse du fonctionnaire : 

- Pour nourrir les clients, tu vas à l'épicerie ?

- Ben, oui... Chez Maxi, c'est moins cher.

- Tu pourrais aller à la banque alimentaire...

Ce qui me fait penser : quand le ministre de l'Économie Jacques Daoust a récompensé Bombardier pour sa mauvaise gestion en lui faisant cadeau de 1,3 milliard, a-t-il demandé à la famille Beaudoin d'aller manger plus souvent chez St-Hubert ?

Ne me répondez pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer