Sébastien trompe sa femme

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sébastien voulait me parler de ma chronique sur Ashley Madison, celle où je disais que le piratage de ce site pour personnes cherchant des aventures extraconjugales annonçait quelque chose comme la fin de la vie privée. Justement, Sébastien voulait me parler d'un truc très privé.

Sébastien trompe sa femme.

Sa vie est pourtant parfaite, c'est lui qui le dit. Des enfants adorables, aussi beaux qu'intelligents. Un job super payant, qui le stimule. Une femme qui l'a aidé à toucher ce bonheur-là, avec qui il aime s'endormir, avec qui il veut vieillir. «Sauf que le sexe avec elle a toujours été très ordinaire. Mais sinon, tout le reste est parfait.»

Sébastien n'est évidemment pas son vrai nom, il m'a demandé de le changer. Si sa femme l'apprend, Sébastien le sait, il est cuit. Ce sera fini, la crise, la séparation, la fin de la famille.

«Mais si je ne fais rien, à moyen terme ce sera fini.

- Fini?

- Oui. Sauter la clôture, voir d'autres femmes, c'est une façon d'évacuer une certaine pression. De me libérer, pour que je puisse vieillir avec ma femme de façon heureuse. Si je veux que ça dure, il faut que j'aille voir ailleurs.»

Il a ouvert son compte Ashley Madison devant moi, m'a montré les conversations qu'il a avec ses correspondantes. Il en voit certaines. D'autres, non, ça ne va pas plus loin que les courriels.

Les détails de ses séances de guiliguilis sont absolument inintéressants, je ne vous embêterai pas avec ça. L'infidélité, c'est comme l'amour: parfaitement unique, bêtement universel.

Ce qui n'est pas inintéressant, c'est le portrait que trace Sébastien de ces femmes avec qui il échange, qu'il rencontre parfois. En couple, elles vivent un désir en berne, flanquées de types pour qui tout est plus intéressant qu'elles, où la communication se résume à parler des enfants et à se faire rappeler de ne pas oublier d'acheter de la margarine en passant devant le IGA, ce soir...

Sébastien ne se reconnaît pas dans ce désert conjugal. Lui, tout est parfait. Sauf le sexe...

Je sais que plein de gens hurlent à ce stade de la chronique, je vous entends dire que Sébastien est un écoeurant. J'entends plus de voix de filles que de gars, aussi...

Permettez que je répète: 32 millions de personnes étaient membres d'Ashley Madison. Trente-deux millions de courailleux. Pardon? Vous dites qu'il y avait de faux comptes dans le lot? Sans doute. Ajoutons alors les autres entremetteurs numériques facilitant l'infidélité - et Facebook... - et c'est combien de millions de personnes qui veulent courailler, vous pensez?

Ici et aux États-Unis, l'essentiel de la couverture médiatique du piratage d'Ashley Madison s'est concentré sur le côté technique de l'affaire. En gloussant un peu, parce que c'est du cul, parce que c'est du tabou, parce que c'est donc drôle de découvrir que huit flics de la SQ avaient des comptes sur Ashley Madison, sans oublier des milliers de fonctionnaires...

Mais à peu près rien sur le fond: pourquoi tant de gens sont-ils prêts à risquer leur couple, leur famille, leur bonheur pour goûter furtivement une autre bouche, pour toucher une autre paire de fesses?

Aux États-Unis, le chroniqueur Dan Savage parle depuis des années de l'impossibilité relative de la monogamie totale et intégrale. Savage est convaincu que la monogamie est un arrangement qui peut fonctionner pour des couples, mais pas pour tous les couples: «Ce qu'on dit, c'est que si on est en amour avec quelqu'un, on ne voudra pas baiser avec quelqu'un d'autre. [...] Et si on rencontre quelqu'un qui nous attire, on se dit qu'il faut laisser notre chum, notre blonde, car si on les aimait, on ne serait pas attiré par quelqu'un d'autre...»

Ce qui est complètement cinglé. Ou inhumain, plutôt.

Pour Savage, la clé dans un couple n'est pas la monogamie comme fin en soi. La clé, c'est ce que les Anglais appellent commitment, ce mot mal traduit par «engagement» et qu'on peut résumer par: être là, être vraiment là.

Je reviens à Sébastien... Il m'a dit quelques fois dans l'entrevue que ses escapades étaient une façon d'assurer la survie de son couple, de s'arranger pour vieillir avec sa femme...

Sinon, s'il n'a pas cette soupape, il fera ce que tant de gars de son entourage ont fait.

Rencontre une fille.

Confond la passion physique pour un coup de foudre, le désir pour de l'amour.

Laisse sa blonde, met un X sur sa vie de famille.

Réalise six mois plus tard que la passion physique ne dure pas.

Regrette sa vie d'avant...

«Et je ne veux pas faire ça», dit Sébastien. Alors il trompe sa femme, via Ashley Madison...

Et là, encore une fois, je vous entends hurler d'ici...

Quand vous aurez fini de hurler, je vous invite à consulter quelques références, ci-après, sur la question de l'amour, de la fidélité et de la monogamie...

Tout ce qu'on y raconte, c'est la partie submergée d'un iceberg dont Ashley Madison n'est que la pointe visible.

On s'en reparle.

> Fichier balade de This American Life- Monogamy

> Dan Savage, sur la monogamie:cbc.ca/radio

> Helen Fisher, Pourquoi parfois nous aimons, pourquoi parfois nous trompons: ted.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer