Si l'école était importante (4)

Des centaines de parents ont formé lundi dernier... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Des centaines de parents ont formé lundi dernier des chaînes humaines autour d'écoles publiques, dont l'école Saint-Marc, afin d'envoyer au gouvernement le message de cesser de saigner les écoles.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lundi dernier, dans le froid et le crachin, ils étaient trois fois plus que le 1er mai pour former des chaînes humaines autour d'écoles publiques, 100 d'entre elles. Des parents qui ont bousculé leur horaire matinal pour envoyer un message au gouvernement : cessez de saigner les écoles.

Le ministre de l'Éducation François Blais a été invité à commenter ces chaînes humaines. Pour lui, si j'ai bien compris, tout cela n'est qu'une échauffourée inévitable dans le contexte des négociations pour le renouvellement des conventions collectives entre les syndicats de profs et l'État. Je cite M. Blais : 

« Je comprends qu'on fait peur aux gens, qu'on leur dit : "C'est terrible, ce qui va se passer : vos enfants vont être dans des classes surabondées." Mais on n'est pas du tout là, on ne sait même pas si ça va se produire. On mêle beaucoup de choses, des compressions qui doivent être faites à court terme avec des enjeux syndicaux d'un tout autre ordre. »

Quant aux éliminations de postes d'orthopédagogues et de travailleurs en éducation spécialisée, il les a assimilées à des « scénarios catastrophes » qui circulent en ces temps de compressions post-budget Leitao et de bras de fer syndicaux.

J'ai décidé il y a quelques semaines de commencer à écrire sur l'école, pour une raison bien simple : je crois que l'école est l'institution la plus importante d'une société. Tout part de là. Ces chroniques me valent d'abondantes interactions avec un aréopage d'une belle diversité de personnes liées à l'école : profs et ex-profs, parents, directrices, travailleurs en adaptation. Pris individuellement, leurs témoignages ne sont que des anecdotes.

Mis en parallèle, ces témoignages se recoupent, ils peignent un portrait qui raconte un désastre se déroulant en silence et au ralenti.

Les employés sont soulagés de raconter ce qu'ils voient, mais doivent le faire anonymement : les commissions scolaires font régner une omerta sous le couvert du « devoir de loyauté ».

Marion Duchesne est mère d'un enfant de 11 ans, dyspraxique. Dans sa commission scolaire de la couronne nord, en quatre années, le seul service adapté auquel son fils a eu droit consistait en une séance d'orthophonie en deux semaines, en groupe. C'est parfaitement à l'image des choix budgétaires qu'ont faits les commissions scolaires depuis plusieurs années, à la faveur des compressions péquistes et libérales : on coupe dans l'adaptation scolaire.

Chaque matin, Mme Duchesne part de Terrebonne pour déposer son fils à l'école spécialisée Lucien-Guilbault, à Montréal, où son fils a fait des progrès importants. Il a gagné « deux années en une », dit Mme Duchesne, un constat partagé par d'autres parents d'enfants inscrits dans ces écoles adaptées.

D'autres parents se tapent quotidiennement de tels trajets de fou pour déposer leur enfant dans une école adaptée, par exemple vers l'école Vanguard, près de l'aéroport Trudeau, dans l'ouest de Montréal. Pas le choix, sinon leurs enfants auraient des moignons de services dans leurs écoles de quartier, où on coupe, coupe, coupe les services spécialisés pour atteindre l'équilibre budgétaire.

En cela, je cite Véronique, une orthopédagogue : « Je travaille quatre jours cette année, m'écrivait-elle récemment. L'an prochain, je n'aurai qu'une journée et demie, pour le même travail, dans trois écoles. » La lisant, j'entendais l'écho d'une prof au secondaire : « Nous avons dû nous battre pour garder nos trois techniciennes en éducation. Nous allons les garder... mais aucune ne sera à temps plein. »

Vous lisez ceci. Peut-être que vous vous dites que ça ne vous concerne pas. Parce que votre petit pou, lui, n'en a pas de dyspraxie, de dyslexie, de déficit d'attention. Erreur, ça vous concerne aussi.

Parce que ces élèves à besoins spéciaux, ils accaparent évidemment le temps et l'énergie de l'enseignante de votre petit trésor : on les balance dans les classes ordinaires, en supprimant les services adaptés et en fermant les classes adaptées (comme à Laval).

Je cite Cyrile Michaud, père d'un enfant qui a fait sa maternelle l'an passé : « Trois institutrices en trois mois. La première, expérimentée, passait une bonne partie de son temps à gérer trois, quatre élèves difficiles, par manque d'orthopédagogues, pédopsychologues, de disponibilité en classe d'accueil, name it. Elle avait moins de temps pour les autres élèves, qui tournaient en rond. Après deux mois, elle est tombée en arrêt maladie. »

Deux suppléantes inexpérimentées se sont relayées pour remplacer cette enseignante, me dit ce père : la classe s'est mise à faire du surplace. Il a inscrit son fils à l'école anglaise, dans la commission scolaire English-Montréal. Il en avait le droit : sa conjointe est Ontarienne. Un autre qui vote avec ses pieds.

L'attachée de presse de François Blais m'a assuré que pour se faire une idée de ce qui se passe dans les écoles, son patron parle à toute sorte de monde, dans ses fonctions de ministre. Je n'ai pas de raison d'en douter.

Mais quand je lis les déclarations du ministre sur les « scénarios catastrophes », comme s'il s'agissait d'un bête spin syndical qui n'aura pas de portée dans le réel, je me dis que François Blais devrait diversifier de toute urgence ce qui compose l'échantillon de gens à qui il parle pour avoir une idée de l'état réel de l'école, et de l'École, au Québec, en 2015.

Car quand je consulte mon échantillon, il n'y a pas de scénario catastrophe se conjuguant au futur. Il y a une catastrophe. Et elle se conjugue au présent.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Patrick Lagacé | Si l'école était importante...

    Patrick Lagacé

    Si l'école était importante...

    L'éducation est prétendument une priorité des Québécois. On se répète ça, comme un mantra. L'éducation est une priorité, l'éducation, c'est... »

  • Patrick Lagacé | Si l'école était importante (2)

    Patrick Lagacé

    Si l'école était importante (2)

    Les 60 000 enseignants du Québec sont en renégociation de convention collective. Les offres de Québec sont faméliques sur le plan des augmentations... »

  • Patrick Lagacé | Si l'école était importante (3)

    Patrick Lagacé

    Si l'école était importante (3)

    Imaginez la chose, une seconde. Des parents dévoués décident d'unir leurs forces pour manifester contre les compressions qui débouchent fatalement... »

  • PATRICK LAGACÉ | Si l'école était importante (7)

    Patrick Lagacé

    Si l'école était importante (7)

    Des centaines de profs, de parents et de professionnels ont commencé à m'écrire depuis que j'ai entrepris cette série ponctuelle sur l'école, au... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer