Une fable sur l'impunité policière

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un cliché incontournable de la peinture à numéros journalistique : dire d'une arrestation qu'elle est « musclée ». Dès que quelques policiers unissent leurs efforts pour arrêter quelqu'un, c'est « musclé ».

On regarde une arrestation « musclée », et c'est troublant. Heille ! Ils sont trois sur lui ! Ils sont quatre !

Oui, c'est troublant, on a l'impression que c'est de l'acharnement, mais il y a une science derrière tout ça. Si un policier doit maîtriser seul une personne, il risque de devoir y mettre toute la gomme en s'improvisant champion de lutte gréco-romaine et, partant de là, c'est bonjour les ecchymoses et bonjour les os cassés. À quatre policiers, même si c'est contre-intuitif, même si c'est troublant à regarder, les risques de blessures à la personne maîtrisée sont moins grands. C'est pour ça qu'ils s'y mettent à trois, à quatre.

***

Ce qui nous amène à l'arrestation de Xavier Amodeo, 20 ans, en marge de la manifestation du 1er mai dernier, arrestation filmée d'au moins deux points de vue différents. Les images ont circulé dans les médias. Vous avez sans doute vu ces images.

Que les policiers s'y mettent à deux pour arrêter Xavier Amodeo, c'est la procédure. Un troisième policier pour prêter main-forte à ses deux collègues : on est encore dans les règles de l'art.

Mais quand ce troisième flic envoie un, deux et ce qui ressemble à un troisième coup de poing à la tête de Xavier Amodeo, nous ne sommes plus dans les règles de l'art, nous ne sommes plus dans la tentative « musclée » de maîtriser quelqu'un en lui évitant les blessures.

Nous sommes dans la brutalité policière, nous sommes dans le défoulement constabulaire pur et simple. Quins, mon p'tit crisse...

Appuyons sur Pause, ici, pour aborder deux points. Le premier est pratique, le second est philosophique.

Primo, Xavier Amodeo résiste-t-il ? Peut-être. Peut-être qu'il n'offre pas la meilleure des collaborations, si on se fie aux images. Mais dans le grand totem des individus difficiles, on est loin d'un taupin des Hells Angels qui ne veut pas obtempérer. Deux policiers bien entraînés, entourés d'autres policiers prêts à venir en renfort, contre un grand maigre : Xavier Amodeo allait être maîtrisé, c'était une question de secondes.

C'est vrai, Xavier Amodeo aurait pu rester chez lui, on risque moins d'être battu par la police. D'ailleurs, voyez comme les Nord-Coréens ont compris ça, ils ne manifestent jamais.

Deuzio, ne faisons pas de cette affaire de brutalité policière un référendum sur les manifestations. Même si on est contre les manifs, même si on est contre la vision de la vie épousée par Xavier Amodeo et ses camarades du 1er mai, ce n'est pas une raison pour donner une passe gratuite à la police pour taper sur des citoyens quand ce n'est pas nécessaire.

Appuyons sur Play, ou plutôt sur Rewind...

Chaque fois que des citoyens qui manifestent se plaignent de brutalité policière - et ils le font souvent, ceux qui manifestent -, il est facile d'ignorer leurs récriminations. Qui a vu la scène, n'est-ce pas ? Socialement, on donne le bénéfice du doute à la police, et il est assez clair que la police engouffre parfois - souvent ? - deux ou trois fourgons cellulaires dans ce bénéfice du doute.

Pour qu'une affaire de brutalité policière fasse des remous, ça prend quoi ?

Eh oui, ça prend une vidéo de l'événement.

Chaque fois que des policiers se sont mis dans le pétrin pour des affaires de brutalité policière à Montréal ces dernières années, il a fallu que leurs gestes soient captés sur vidéo. Oh, une exception : l'agent Dimitri Harris, qui a interrompu le printemps dernier un appel présumément urgent pour faire demi-tour et brutaliser un concierge d'école qui avait dit au policier de faire attention en brûlant le feu rouge...

Dans l'affaire Amodeo, on a deux vidéos.

Je gage que ce ne sera pas suffisant pour que l'agent soit sanctionné.

***

Ce n'est pas un référendum sur la pertinence des manifestations. Un flic qui perd les pédales comme celui qui perd les pédales sur les images filmées vendredi est une menace pour nous tous, pas seulement pour les « méchants » manifestants avec qui on peut être en désaccord.

Rappelez-vous Stéfanie Trudeau, matricule 728. Avant qu'elle soit accusée de voies de fait simples sur des citoyens, elle s'était déjà gagné une célébrité mineure, le printemps précédent, pour avoir été filmée poivrant des passants aux abords d'une manif, sans raison. Et ce soir-là, sur Papineau, la brutalité de 728 était protégée par la certitude qu'elle pouvait agir avec impunité. C'était sans compter les images et l'audio qui ont immortalisé sa violence.

Ce n'est pas un référendum sur Xavier Amodeo. C'est une fable sur l'impunité. L'impunité, c'est le pire des opiums pour un policier. Un jour, il frappe sur un manifestant qui emmerde tout le monde. Le mois suivant, lui ou un de ses confrères frappera sur vous, le citoyen sans reproche.

Pourquoi ?

Parce qu'il le peut. C'est ça, l'impunité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer