| Commenter Commentaires (42)

Philippe Couillard et la police politique

Je l'ai écrit cent fois: la Sûreté du Québec est une police politique. Pas au sens classique, pas comme la Stasi est-allemande qui persécutait les opposants du pouvoir. Non, la SQ se contente de faire tout ce qu'elle peut pour éviter au gouvernement en place - qu'importe sa couleur - des embarras.

La Sûreté du Québec est le seul corps de police qui jouit du niveau 6 en matière d'enquête dans la Loi sur la police. Le niveau 6 accorde un certain nombre de prérogatives qui ne sont pas accessibles aux corps de police municipaux. Comme les enquêtes touchant la corruption d'officiels publics (fonctionnaires, élus, personnel politique).

Avant la création de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), c'est uniquement la SQ qui pouvait déclencher, conduire et mener à bien des enquêtes criminelles touchant des officiels.

Et avant la création de l'UPAC, la SQ a passé les menottes à combien d'officiels pour corruption?

Le bilan de la SQ était très proche de zéro.

Et quand on met bout à bout des témoignages de membres de la SQ à des journalistes, des faits révélés par les médias et le bilan proche de zéro de la SQ en matière de lutte contre la corruption, ça crève les yeux: la police provinciale, avant la création de l'UPAC, n'a jamais voulu emmerder le pouvoir politique.

Je sais que la haute direction fait la danse du bacon chaque fois que j'écris que la SQ est une police politique. Je ne le fais pas par méchanceté. Je le fais pour souligner cette adéquation: pas de police politique, pas de commission Charbonneau.

Si la SQ, dans les années 1980, 1990 et 2000, avait activement joué son rôle de shérif dans l'écosystème politique, le Québec ne se serait pas tapé ce psychodrame de corruption-collusion-copinage et personne ne dirait que la SQ protège le pouvoir.

Avec le changement de gouvernement à Québec, c'est écrit dans le ciel: le DG de la SQ va perdre son job. Philippe Couillard dit qu'il veut revoir le mode de sélection du DG de la SQ: il parle d'un comité de nomination, quelque chose qui ressemblerait au pipeline qui produit des juges...

C'est mieux que le régime actuel, mais ce n'est pas suffisant. Tant que le DG de la SQ ne sera pas nommé par l'Assemblée nationale - comme le vérificateur général -, les officiers de haut rang de la SQ vont comprendre que leur survie et leur avancement dépendent de leur proximité avec le pouvoir politique.

Virer Mario Laprise pour le remplacer par une autre nomination un peu moins politique ne changera rien à l'ADN de la SQ, qui va continuer à être trop collée sur le pouvoir du moment.

Mes collègues Larouche et Renaud nous apprennent que le nom de Jacques Duchesneau, ex-caquiste et surtout ex-directeur de la police de Montréal, circule à Québec pour remplacer le DG Laprise.

J'ai le plus grand respect pour la probité de Jacques Duchesneau et pour sa capacité à mener la SQ. Mais il est issu de la police de Montréal, un «bleu» qui ne sera pas facilement accepté chez les «verts», comme on désigne les policiers provinciaux.

M. Duchesneau ferait en revanche un bon DG pour assurer l'intérim avant la nomination d'un chef qui, lui ou elle, serait désormais nommé par l'Assemblée nationale.

La seule façon de casser l'obéissance de la SQ au pouvoir politique, c'est de ne plus laisser le pouvoir politique nommer son chef.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer