L'ivrognerie naturelle des Ontariens

Rob Ford... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Rob Ford

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Notre chroniqueur a souvent dénoncé des commentaires ignorants portant sur le Québec, dans les médias canadiens-anglais. Amalgames stupides et raccourcis impossibles à imaginer à propos d'autres groupes de citoyens se faufilent souvent dans les chroniques de journaux respectés et respectables. Il tente ici l'exercice d'écrire sur un scandale qui secoue Toronto avec la même mauvaise foi...

Je lis avec la même consternation amusée que vous tous les déboires éthyliques de Rob Ford, le maire de Toronto. Pourtant, personne n'ose montrer du doigt l'éléphant dans la pièce. Non, je ne parle pas de Rob Ford.

Je parle du problème d'alcool des Canadiens anglais en général et des Ontariens en particulier. Disons les choses franchement: si on les compare aux Québécois francophones de souche, les Anglais ne savent pas boire. Ils tolèrent mal l'alcool. L'alcool les rend fous.

Évidemment, vous ne lirez pas cela dans les médias de Toronto. Un réflexe identitaire mêlé de chauvinisme les aveugle. Je vais donc devoir me sacrifier courageusement au nom de la vérité.

J'ai découvert en 1991 que l'Anglais ne sait pas boire. J'étais étudiant en première année à l'Université d'Ottawa. Issu d'une société québécoise tolérante par rapport à l'alcool, j'avais commencé à boire quelques gouttes de Baby Duck à 9 ans, du vin à 16 et vécu ma première brosse à 17 ans (cinq Laurentide tablette, à la paille).

L'Anglais est issu d'une société qui ne tolère - pardonnez le jeu de mots! - pas l'alcool de la même façon. Prenez l'Ontario: on n'y vend pas de bière dans les dépanneurs! L'Ontarien achète sa bière dans un «Beer Store» refoulé aux limites des villes.

Le parent canadien-anglais type se méfie de l'alcool comme le prince saoudien se méfie de la femme au volant. Il le diabolise d'ailleurs de la même façon. Boire avant l'âge de 19 ans - l'âge légal pour boire de l'alcool dans la plupart des provinces canadiennes - risque de faire pousser des cornes à leurs enfants, dans l'imaginaire des parents canadians.

Il réprime donc toute consommation d'alcool. L'alcool mène à la drogue (voyez Rob Ford). L'alcool mène au sexe (les Anglais et le sexe, on abordera ça une autre fois...).

Résultat, quand l'adolescent canadien-anglais quitte le domicile familial pour aller au collège ou à l'université, sa première escale n'est pas le IGA local, mesdames et messieurs. Non. C'est le «Beer Store».

S'en suivent des beuveries épouvantables, où les jeunes boivent à même le baril de bière. Ce n'est pas beau à voir.

C'est ainsi qu'à l'Université d'Ottawa, selon mon décompte de l'époque, 8 étudiants sur 10 surpris à vomir dans les buissons du campus le jeudi soir gémissaient en anglais. Les deux autres? Généralement un Franco-Ontarien. Mais lui aussi, il gémissait en anglais...

Ce qui nous mène tout droit à Rob Ford, n'est-ce pas...

Rob Ford a fumé du crack, alors qu'il était «sur une brosse» (traduction libre), de son propre aveu. Je ne vois qu'un parallèle québécois: André Boisclair. Il a sniffé de la coke, alors qu'il était jeune ministre.

Cela l'a-t-il empêché de piloter avec brio son ministère? Absolument pas. CQFD: les édiles québécois savent boire et ils savent se geler de façon responsable.

Pourquoi? Ma théorie: le cégep. Nous avons le cégep. Les Anglais n'ont pas de cégep, ce sas vers la vie adulte, l'endroit douillet où l'ado se métamorphose doucement en adulte, un draft, un joint à la fois...

Et il revient vomir à la maison, le soir venu, sous le regard attendri de ses parents.

Être privé d'alcool à l'adolescence traumatise l'Ontarien toute sa vie durant. Pour vous en convaincre, il n'y a qu'à voir l'ivrognerie des partisans torontois qui débarquent à Montréal pour un match Canadien-Maple Leafs.

Je lis que l'appui à Rob Ford a bondi de cinq points dans un sondage, après que le chef de police de Toronto eut révélé avoir visionné la «décevante» vidéo de son maire en train de fumer du crack...

Cet appui peut sembler surprenant pour un Québécois. Mais en Ontario, c'est compréhensible: les Ontariens se reconnaissent dans Rob Ford et ses frasques éthyliques. D'où ce bond dans les sondages.

La semaine prochaine, je vous expliquerai comment les sénateurs déchus Mike Duffy et Pamela Wallin expliquent l'avarice naturelle et atavique des Anglais dans ce pays, un autre tabou que les médias de Toronto n'osent pas aborder.

Je déconne dans cette chronique. Ce qui n'est pas le cas quand nombre de Prix Nobel qui chroniquent dans des journaux anglos pontifient sur une société sur laquelle ils ne se renseignent que bien souvent in English only.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer