Aussant, dans la pénombre

Partager

(Nicolet) Ils étaient 48, assis en rond sur des chaises pliantes, dans la cour de François Fleurent, un soir frais de la semaine dernière, à Nicolet. Ils étaient 48, assis dans la pénombre, près du fleuve, à écouter Jean-Martin Aussant, député de Nicolet-Yamaska, ex-péquiste et chef d'Option nationale.

Une assemblée de cuisine, comme on dit. Des citoyens qui posent des questions. Et le candidat Aussant qui répond, candidement. De son ton un peu monocorde, sans effets de toge.

«Je n'ai pas quitté le PQ sur la question du Colisée de Québec. J'ai quitté à cause de son message sur la souveraineté. Qui se résume à ceci: «Nous sommes souverainistes avant l'élection; nous le serons après si c'est opportun.» Dans Option nationale, on parle de souveraineté. Quitte à ce que ça nous fasse perdre.»

«La gratuité scolaire n'est pas une dépense. C'est un investissement. Une société s'enrichit en laissant les gens étudier. Avec des balises, bien sûr. Pas question d'échouer à 12 cours. Et il y aurait des tests d'entrée.»

«Aux débats, les chefs s'accusent. Ils ne suggèrent rien. La politique qui suggère plutôt que d'accuser: ça s'en vient. Les nouveaux députés, même au PLQ, ont soif de ça. Je suis optimiste.»

Le chef d'Option nationale (ON) n'est pas le tribun le plus divertissant de l'hémisphère Nord. «Il n'a pas le charisme le plus évident à remarquer, me dit Mathieu Thomas, premier d'une longue série de militants d'ON à m'avoir écrit pour que je parle d'Aussant. Il n'est pas ratoureux ou charmeur. Sa formation en économie l'amène à faire appel à l'intelligence des gens, plutôt qu'à leurs émotions.»

Mais Aussant est impressionnant.

Son parcours scolaire (études de maîtrise et de doctorat au Québec, en Angleterre, en Espagne; en actuariat, affaires et économie), son parcours professionnel (économiste, consultant en finance) et sa démission du PQ (qui l'aurait assurément fait ministre, advenant son élection): tout cela est impressionnant.

Je suis impressionné... Mais dubitatif.

Car Aussant a eu raison de partir: il se sentait étranger au PQ. Mais dans le spectre politique, à tout prendre, le PQ est encore à la gauche du PLQ et de la CAQ. Aussant a donc eu raison, mais dans notre système uninominal à un tour, il risque de perdre son siège dans Nicolet-Yamaska: le dernier sondage local le met à une égalité statistique avec le candidat caquiste Donald Martel. Sous la bannière péquiste, Aussant gagnerait dans sa circonscription.

Peut-être que j'ai tort, au fond. Peut-être que la vieille politique, c'est ça: voter pour le moins mauvais des mondes. Peut-être qu'Aussant et sa bande de militants dévoués qui s'agitent dans la pénombre médiatique sont à l'orée d'une nouvelle ère politique.

Jacques Parizeau dirait que j'ai tort: il a donné 200$ à la campagne de Jean-Martin Aussant.

Et «Monsieur» l'a fait savoir, en ce week-end où des centaines de militants d'Option nationale ont cogné à des milliers de portes, dans Nicolet-Yamaska, pour aider leur chef.

Option nationale propose de nationaliser les ressources naturelles du Québec et de les développer selon le modèle norvégien du pétrole: l'État comme maître d'oeuvre, qui encadre le privé, pour engranger un maximum de bénéfices. Ce modèle a fait de la Norvège un des pays les plus riches du monde.

Évidemment, la Norvège est assise sur du pétrole, une ressource hyper-payante. Aussant est convaincu que le Québec peut faire de même avec ses forêts, ses mines, son gaz de schiste. En cela, il s'éloigne du débat sur les ressources, généralement limité à des pourcentages de redevance.

À l'écouter, on voit que la nationalisation aurait le mérite d'éviter des zones d'ombre, comme avec le pétrole de l'île d'Anticosti.

«Ce qui est dérangeant avec les claims de pétrole de l'île d'Anticosti, c'est que beaucoup de gens dans ces firmes privées actives à l'île étaient dans la division d'Hydro-Québec qui a décrété qu'il n'y avait pas de pétrole là-bas.»

Si Aussant est élu, le 4 septembre, il ne sera pas le seul à parler de nationalisation. Mais il sera le seul à le faire du point de vue d'un progressiste qui a travaillé dans l'antre du capitalisme, qui connaît le fric et ses rouages, lui qui a bossé comme VP de la célèbre firme Morgan Stanley, à Londres.

C'était en février dernier. Aussant participait à un débat sur la réfection de la centrale nucléaire de Gentilly-2, à la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec. Tout l'écosystème politico-business est pour la réfection: c'est 700 jobs à la centrale, sans compter les contrats locaux pour la réfection.

Mais le député Aussant s'oppose à la réfection de Gentilly-2, qui est dans sa circonscription. Et il l'a dit à l'écosystème politico-business.

«J'ai eu l'air d'un extraterrestre en m'opposant à la réfection de Gentilly-2, a expliqué Aussant à l'assemblée de citoyens. Mais au final, ça va coûter de 6 à 7 milliards, sans compter la gestion des déchets, pour une technologie désuète: c'est 10 millions par emploi. Ça n'a aucun sens, économiquement. Ailleurs, pour le même argent, en Ontario par exemple, on a investi dans des secteurs énergétiques d'avenir: solaire, éolien, biomasse. Mais là-bas, on parle de 20 000 emplois.»

Martina Bastien, qui assistait à l'assemblée de cuisine, m'a dit plus tard que le député ne s'est pas fait d'amis. «Il s'est fait dire que le job d'un député, c'est de défendre les jobs de son comté.»

Réponse du chef d'Option nationale: «Il faut voir plus loin que la prochaine élection.»

Impressionnant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer