| Commenter Commentaires (12)

Oprah à Montréal : opération séduction pour un réseau

Oprah a littéralement figé sous le tonnerre d'applaudissements... (Photo: fournie par evenko)

Agrandir

Oprah a littéralement figé sous le tonnerre d'applaudissements de ses 15 000 fans réunis au Centre Bell. «Wow!», s'est-elle écrié en essuyant une larme devant les débordements de la foule.

Photo: fournie par evenko

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pourquoi sommes-nous ici? C'est toujours la même question qu'Oprah Winfrey lance en entrant sur scène au son de Higher ground de Stevie Wonder, qu'elle soit à Edmonton, Ottawa, Hamilton ou Calgary.

Et hier soir dans un Centre Bell bourdonnant de 15 000 fans, elle n'a pas fait exception, sauf que la salle chauffée à bloc par l'animatrice Jamie Orchard et par Mitsou, pour qui Oprah est rien de moins que la femme la plus puissante de la planète (merci pour Hilary et pour Angela Merkel), Oprah n'a pas pu poser sa question tout de suite, prise de court par l'enthousiasme tonitruant de ses fans de l'Ouest-de-l'Île comme de la Rive-Sud et de Laval.

Vêtue d'une longue jupe vert pomme, d'un chemisier blanc, de talons dorés et portant au poignet un énorme bracelet en diamant, Oprah a littéralement figé sous le tonnerre d'applaudissements. « Wow! «, s'est-elle écrié en essuyant une larme devant les débordements de la foule. « J'adore Montréal, je suis très contente d'être à Montréal. « L'étendue de son français s'arrêtant ici, elle a lancé en anglais: « Montréal, vous m'impressionnez! «

Puis, remise de ses émotions, Oprah a retrouvé son aplomb et a lancé sa question: « Why are we all here? (Pourquoi sommes-nous ici?) «

Pour ma part j'aurais pu répondre: parce que c'est mon métier. Quant à mes voisines du parterre ou des derniers balcons qui avaient payé entre 95$ et 350$ le billet, elles auraient pu ajouter: nous sommes ici pour toi Oprah, pour te voir, pour boire tes paroles, pour apprendre de tes leçons et tant pis si tu ne fais pas de la claquette ou de la danse poteau comme Madonna, nous serons toujours prêtes à te suivre, peu importe le prix.

Avec le soutien de trois télésouffleurs installés stratégiquement près d'elle et qui n'ont fait que bonifier son talent inné de conteuse, Oprah s'est mise à arpenter la scène et à nous faire le récit de sa vie. Ses succès comme ses échecs, ses forces comme ses failles, les moments charnières de sa vie qui l'ont sauvée et remise sur le droit chemin, tout y est passé. Mieux encore: tout coulait de source, naturel et sans effort, livré par une communicatrice hors pair, pourvue d'un grand charisme mais aussi d'une saine autodérision qui la rend si sympathique, humaine et attachante aux yeux de ses semblables.

Empruntant autant aux preachers de Mississippi, où elle est née, qu'aux stand up comics de Chicago, où elle s'est révélée au monde, Oprah offre des leçons de vie et de détermination simples et inspirantes, qui invitent les femmes à trouver qui elles sont et à découvrir leur raison d'être sur Terre. Oprah, pour sa part, a découvert presque par accident à l'âge de 16 ans qu'elle voulait être... Barbara Walters. Et pendant des années, elle n'a fait qu'imiter son idole jusqu'au jour où elle a fait une erreur en ondes et a décidé de l'assumer. «Ça été mon premier moment de vérité à la télé et la première fois que je ne faisais pas semblant. Un moment déterminant pour la suite des choses.»

Plus tard dans la soirée, elle nous a raconté son enfance pauvre et malheureuse, les abus sexuels dont elle a été victime dès 9 ans et sa fausse couche à 14 ans.

Mais le moment le plus touchant fut sans contredit quand elle a évoqué sa grand-mère qui ne souhaitait qu'une chose pour la petite Oprah: qu'elle se trouve de bons et de braves Blancs chez qui travailler.

«Si j'avais cru qu'une femme était définie par ses limites, je ne serais pas ici ce soir, a-t-elle lancé. On devient ce que l'on croit. Dommage que ma grand-mère ne soit plus de ce monde pour voir que j'ai fait ce qu'elle m'a dit: je me suis trouvé des bons Blancs... qui travaillent maintenant pour moi.»

La soirée était en partie commanditée par les Cosmétiques Lise Watier. L'entreprise qui célébrait ses 40 ans hier soir, avait acheté une cinquantaine de places dans les premières rangées. Mais au lieu de remercier son commanditaire, Oprah a préféré faire une fleur, une très grosse fleur, aux thés de David's Tea, dont elle est tombée amoureuse. Les pénuries du Chai de Saigon, son thé préféré, sont à prévoir d'ici la fin de la semaine.

Quant au but réel de cette soirée de deux heures qui s'est terminée par les questions du public relayés par George Stroumboulopoulos, le but se résume en trois lettres: OWN, le réseau d'Oprah qui ne décolle pas comme prévu et qui a besoin d'une masse critique d'abonnés au Canada.

Lorsque le logo de OWN est apparu sur l'écran derrière Oprah, tout est devenu clair. Si nous étions tous là hier soir, c'était peut-être pour trouver notre raison d'être sur Terre, mais c'était aussi pour aider Oprah et son réseau de télé.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Une soirée avec Oprah Winfrey

    Arts

    Une soirée avec Oprah Winfrey

    Grosse journée pour Lise Watier. La femme d'affaires recevra tout d'abord un prix pour sa présence cette année au sein du Top 100 des femmes les plus... »

  • Nathalie Petrowski | Divines idoles à prix fort

    Nathalie Petrowski

    Divines idoles à prix fort

    Gemma, une gothique britannique quadragénaire, était tellement nerveuse de rencontrer son idole, la chanteuse pop Katy Perry, qu'elle a calé trois... »

publicité

Commentaires (12)
    • On sait aussi que beaucoup de la gens féminine adore cette femme d'affaire qui, reconnaissons-le, a fait beaucoup de chemin dans son parcours comme communicatrice et animatrice dans un pays qui a longtemps vécu des problèmes de ségrégation. Ce que je trouve dommage avec ces personnes de notoriété et qui ont connu un extrême succès dans les affaires, dans les communications, etc., c'est à quel point elles gèrent d'une façon même maladive leur "image". Toutes personnes qui assistaient jadis aux enregistrements de ces émissions d'Oprah à Chicago (CBS ou NBC) n'avaient pas le droit d'entrer sur le plateau avec un cellulaire dans leur poche ou appareil photo... dans le but de protéger l'image d'Oprah. J'ai déjà eu la chance et le bonheur de rencontrer un chanteur de grande renommée du Québec, un artiste, un icône de la chanson Québécoise, il y a quelque temps et je n'ai jamais eu à rendre mon cellulaire ou appareil photo...et encore moins à débourser $1,000 pour la prise de la photo d'usage, photo souvenir!! Démonstration de la très grande différence de la mentalité Américaine et Québécoise.

    • Comme agent masculin j'ai de la difficulté, comme bien d'autre, à comprendre l'engouement des gens, comme disait l'autre, pour ces personnes de notoriété, du monde des affaires et/ou des communications, sans parler de la race politique. En lisant l'article de Mme Petrowski je me sentais plutôt mal pour Mme Lise Watier un des principaux commanditaires. Surtout quand on apprend que Mme Watier a dû payer quelques $1,200 (comme bien d'autres) pour poser avec Oprah. Ce que je déplore de ces rencontres souvent réservées aux personnes bien nantis (aux gens d'affaires corporatifs, aux journalistes, aux médias, aux auteurs, aux chroniqueurs, aux producteurs et animateurs, etc.) c'est justement le prix d'entrée souvent "exhorbitant" qui élimine du même coup beaucoup de personnes venant du monde de la "petite entreprise". C'est malheureux aussi qu'on en fasse tout un cirque. Si Oprah dit qu'elle "aime" tant Montréal...pourquoi ses visites ont été aussi rares depuis les derniers 20 ans? Je pense qu'on a compris le jeu...c'était un autre exercice de marketing pour Harpo!

    • Je ne suis pas amateur d'Oprah, mais je réspecte que d'autres gens l'aiment, et s'ils veulent payer $300 pour la voir, ça me dérange pas de tout. Pourquoi est-ce que vous semblez choquée, Mme Petrowski? Est-ce le fait que le Québec est plus diverse que vous le croyez? 15,000 gens prête à payer des gros sommes pour voire une vedette Americaine en anglais, c'est choquant? La société québecoise est diverse. Réveillez-vous un peu.

    • Bon article Mme Petrowski. Mme Oprah est une femme d'affaires et c'est certain qu'elle veut que OWN soit lucratif!
      J'ai souvent écouté mme Winfrey et ce que je déplore dans tout cela c'est qu'elle n'a jamais eu aucun intérêt pour le Canada. Lors de ses émissions quotidiennes, elle n'a jamais eu aucun intérêt envers le Canada ou plus particulièrement le Québec, pas de mention et jamais de visite. Et aujourd'hui, elle a besoin de nous pour sa business... Je passe.

    • J'aime Oprah depuis des années et j'admire qu'une femme comme elle aie accomplie autant. Votre critique à son égard fait très "cheap shut", ce qui est normal chez vous puisque tout ce qui e vit pas ici n'est pas bon. Petite vie, petite misère et abaissons les grands puissants qu'importe comment ils y sont arrivés,..Et, étant vraie fan, je suis abonnée à OWN, bien avant sa conférence. À bonne entendeur Salut

    • Curieux, madame Petrowski, que vous ne fassiez pas la moindre allusion à cette tournée mercantile avant tout. Faisons le compte : une moyenne disons de 200$ le billet (entre 95$ et 300$, ça fait à peu près ça) payés par 15000 personnes, pardon moutonnes, au Centre Bell, ça fait la somme astronomique de 3 Millions de $! Idem à Edmonton, Ottawa, Hamilton, Calgary.
      Oprah peut bien verser sa grosse larme de crocodile (commanditée par Naya, je suppose?).
      Une sorte d'arnaque avec victimes consentantes qui ont besoin de se faire dire, en somme, ce que bien des femmes d'ici, qui ont réussi leur vie sans la monnayer à ce prix, peuvent leur dire, si seulement elles les écoutaient. Reflet de notre époque où tout passe par le spectacle télévisuel et le vedettariat.
      J'espère que Madame Watier se mord les doigts aujourd'hui de sa commandite, et a compris que Oprah n'est décidément pas sa tasse de thé.
      Parlez-nous plutôt de femmes moins clinquantes qui ont "réussi" leur vie et aidé les autres sans pour autant attirer l'attention de toutes ces groupies bobos en mal de modèles cathodiques.

    • Bien bonsoir
      Hier, j'étais dans l'auditoire pour une chose très simple. Voir une femme qui a réussi à défaire les plafonds de verres sur sa tête, tant par sa famille que par la grande famille humaine que nous somme. Juste ça valait la peine de mon déplacement et plus encore cela ma fait un bien énorme de voir une des femmes ayant le plus beau des fond de teints celui qui ne coule jamais et qui est appliqué à la perfection contredire les soient disants études sans nuance venant de qui que ce soit. La réussite est humaine elle n'a pas de barrière pas de couleur il faut juste se connecter a sa puissance point. J'ai choisi d'y être et j'assume. Chercher à me culpabiliser pour diverses raisons sociales non merci chacun son dada. Soyez assurés pour l'ensemble des mamans présentes y compris moi nos enfants avaient le ventre bien remplis. Un mirroir fantastique.

    • En réponse à Verlouis - Wow - quelle ignorance et quel jugement porté sur les 15 000 personnes présentes hier soir! Cette philanthrope inspire les gens à devenir de meilleures personnes. C'est justement à cause de cette grande dame que j'ai appris à donner de mon temps et de mon argent pour aider les autres, et qu'une vie sans service n'est pas une vie bien vécue, elle l'a même répété hier soir. Et toi? Tu fais quoi à part déverser ton venin de façon anonyme. Ta mère t'a pas appris que si tu n'as rien de bon dire que tu est mieux de te taire? J'en ai vraiment marre des gens comme toi qui profitent de ce type de forum pour toujours dire du mal.

    • Je vais passer pour un extra-terrestre mais je ne l'ai jamais écoutée de ma vie.
      Moi, c'est Claire Lamarche....
      George n'ira pas travaillé pour elle. Il va aller à CNN cet été.

    • Je ne comprendrai jamais l'engouement des gens pour Oprah Winfrey. Je la trouve fausse, froide et loin des gens. Il est intéressant d'apprendre que Oprah a pris pour modèle une autre reine du baloney, la transcendante Barbara Walters.
      Et quelle manque d'élégance de la part de madame Winfrey d'avoir passé sous silence la commandite de Madame Wattier. That ain't very classy, Oprah.

    • Quel aplaventrisme désolant! Est-ce que l'on ne devrait pas penser contacter le pape François afin d'entamer tout de suite le processus de béatification de cette grande dame? Et pourquoi ne pas faire cela au même Centre Bell?
      Si les 15,000 fans (surtout des femmes) avaient plutôt donné le montant de leur billet à un organisme de charité comme les Petits déjeûners, combien d'enfants auraient le ventre plein au lieu de foutre tout cet argent dans la sacoche d'une madame milliardaire?

    • Article intéressant. Par contre, presque chaque site fait de la promotion, incluant le vidéo paru ici. J'ai beaucoup aimé la soirée avec Oprah.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer