Labrèche et Dorval sans ordonnance

Marc Labrèche et Anne Dorval animent une émission... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, archives LA PRESSE)

Agrandir

Marc Labrèche et Anne Dorval animent une émission à la fois ludique et instructive avec C'est le plus beau jour de ma vie, diffusée sur ICI Première.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

J'ai attendu quelques semaines avant de vous parler de l'émission radiophonique C'est le plus beau jour de ma vie, avec Marc Labrèche et Anne Dorval, sur ICI Première. Mais pour être franc, dès la première diffusion, j'ai été conquis. Ce concept risqué fonctionne à merveille. Il faut bien sûr accepter d'entrer dans leur monde surréaliste et adhérer à leurs codes et à leur humour. En ce qui me concerne, j'entre volontiers.

Il y a des émissions de radio que l'on peut écouter en faisant du ménage ou en montant un meuble IKEA. Celle-ci exige une écoute très attentive. D'ailleurs, elle est parfaite pour la baladodiffusion. On pénètre dans leur univers et on découvre un espace rassurant, douillet et qui sent bon la liberté. Dans ce no man's land inventé pour eux, ils mettent à profit leurs talents de comédiens, de chanteurs et d'intervieweurs, mais surtout, ils font preuve d'une folie débridée et pas un poil mesquine.

Je dis débridée, mais au fond, ce qui est merveilleux avec cette émission, c'est qu'elle donne l'impression d'être totalement improvisée alors que chaque échange entre les deux amis, chaque numéro musical et chaque entrevue fait visiblement l'objet d'une grande préparation.

C'est le «lâcher lousse» au moment de l'exécution et le travail de montage qui font toute la différence.

Cette émission aurait pu être un gros tremplin à de l'humour facile (cet humour qui fait si peur à une certaine tranche d'auditeurs de la radio publique) ou servir d'insupportable théâtre à deux ego surdimensionnés. Il n'en est rien. Labrèche et Dorval sont drôles, attachants, touchants parfois et ils nous apprennent plein de choses. Leur entrevue avec un thanatologue était aussi captivante qu'instructive. Et que dire de celle avec le propriétaire d'un camping gai (nous avons appris avec Anne Dorval ce qu'est un puppy)? Ou celle avec les deux expertes en chants de gorge la semaine dernière?

Le génie de cette émission tient dans sa façon de marier judicieusement des sujets hétéroclites. Un exemple: une entrevue sur l'échangisme, enchaînée avec une version passionnée de Corps à corps de la chanteuse Châtelaine et la lecture, livrée avec brio, d'un poème de Miron et d'un extrait de Don Juan. C'est le fil qui sert à coudre ces morceaux qui est en grande partie responsable du succès de cette émission. Celui qui tient l'aiguille et le fil, c'est Francis Legault, le plus fellinesque des réalisateurs de la radio publique (L'autre midi à la table d'à côté). Remercions-le de nous donner d'aussi bons moments de radio. Et remercions Anne Dorval et Marc Labrèche de nous offrir une part d'eux-mêmes comme ils le font chaque semaine. Ils sont un remède à bien des maux. Et ils sont à prendre sans ordonnance.

L'été à ICI Première

Normalement, les équipes qui débarquent à la radio quand arrive l'été symbolisent un «mauvais moment à passer». Force est de constater que la programmation qui nous est offerte cet été sur ICI Première nous comble à tous points de vue. Cela ne s'était pas vu depuis très longtemps. Les trois segments les plus importants (les matinales de la semaine et du week-end ainsi que le retour à la maison) sont solidement assurés par Patrick Masbourian, Franco Nuovo et Maxime Coutié.

Mention spéciale à Manon Globensky qui dévoile de véritables talents d'animatrice à Midi info et à Jacques Beauchamp à la barre d'Aujourd'hui l'histoire (en reprise). Voilà des émissions qui leur vont comme un gant.

Par ailleurs, les patrons d'ICI Première devraient être rassurés quant à la relève.

Hugo Lavoie, Karyne Lefebvre et Matthieu Dugal sont des atouts intéressants pour eux.

Bref, l'un des beaux plaisirs de l'été est l'écoute de la radio. Celui que nous connaissons en ce moment nous en offre de la très bonne.

Marie-Claude Lavallée se décoince

Je n'ai jamais été un grand fan de Marie-Claude Lavallée. L'animatrice est intelligente, cultivée et sait mener de bonnes entrevues, mais j'ai toujours trouvé énervant son côté coincé.

Marie-Claude Lavallée a quitté Radio-Canada il y a deux ans afin de laisser la place à quelqu'un de plus jeune qui espérait une permanence. Elle est maintenant un oiseau libre.

Le 98,5 FM a eu le cran de la sonder pour lui confier des remplacements. Cet été, elle est dans le fauteuil du retour à la maison. J'avoue que le résultat est plutôt concluant. Sa relation avec les collaborateurs et sa bonne humeur nous montrent une Marie-Claude Lavallée plus relaxe, moins stuck up. Sommes-nous en train de découvrir sa vraie personnalité? À moins que ça ne soit elle qui la découvre.

_______________________________________________________________________________

Précision: Dans sa chronique de samedi, Mario Girard faisait part de ses coups de coeur de l'été sur Ici Première. Isabelle Craig, à la barre de Medium large et Pas banale, la vie!, en faisait partie. Malheureusement, son nom n'est pas apparu dans le texte publié sur La Presse+. Nos excuses.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer