Électrons et quinoa, ou l'avenir du dépanneur

Alain Bouchard, roi du dépanneur, fondateur de Couche-Tard... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Alain Bouchard, roi du dépanneur, fondateur de Couche-Tard et président exécutif du conseil d'administration de cette méga-chaîne mondiale

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Imaginez un dépanneur où, en plus des sempiternels chips et beignes, on trouverait de la salade de roquette ou de quinoa, des boissons bios à la rhubarbe ou du jus de carottes...

Imaginez un dépanneur où on s'arrêterait pour boire un cappuccino ou dîner juste assez tranquillement pour attendre que la voiture fasse le plein... d'électricité pendant une quinzaine de minutes.

Farfelu ?

Pas totalement.

Et c'est le genre de sujets dont Alain Bouchard, roi du dépanneur, fondateur de Couche-Tard et président exécutif du conseil d'administration de cette méga-chaîne mondiale, aime bien parler.

« Tout évolue », dit-il, assis dans son bureau de Laval, au bord d'une forêt rougissante d'octobre, en compagnie du journaliste Guy Gendron, qui signe sa biographie, Couche-Tard ou l'audace de réussir, en librairie depuis peu.

« Les jeunes arrivent, ils ont des goûts différents... Les milléniaux nous font réfléchir beaucoup. »

Longtemps, je me suis demandé en regardant les étalages des dépanneurs Couche-Tard ou autres - incluant les Circle K, la marque de ce gigantesque réseau partout ailleurs dans le monde - si on y vend de la malbouffe parce que c'est plus facile (peu de fournisseurs à gérer, des marques déjà prisées, etc.) ou parce que c'est, essentiellement, ce que les clients demandent.

Parce que je ne sais pas pour vous, mais moi, ça me déçoit chaque fois que je dois arrêter ainsi sur le bord de la route pour acheter quelque chose à grignoter et faire le plein. Pourrait-on, peut-être, avoir autre chose que des M & M ou des hot-dogs ?

Assise devant le grand patron, j'ai donc lancé la question. Et il y a répondu méticuleusement en commençant par une anecdote. Une expérience faite il y a plusieurs années, à Rosemère, en face d'une école secondaire.

Lui-même sensible aux bienfaits et au plaisir de l'alimentation un peu « granole » et fraîche - « je suis presque végétarien, grâce à ma femme, on mange plein de légumes et de légumineuses » -, M. Bouchard avait choisi de tester les produits Fontaine Santé, notamment des sandwichs végétariens. « Ça n'a pas marché. Les jeunes n'aimaient pas trop le goût. Les travailleurs ne trouvaient pas cela assez consistant... »

Referait-il le test aujourd'hui ?

« Il faut constamment se moderniser, mais être précisément là où est le client. Si on le devance avec de nouveaux produits et qu'il n'est pas prêt, ça ne marche pas. L'évolution prend sa place quand le client le demande. »

Et le client change, dit-il, et les types de produits offerts dans les dépanneurs ont déjà changé. Couche-Tard au Québec et Circle K partout ailleurs vendent plus de chocolat noir que jamais, un créneau en constante croissance. « On est rendus un des plus gros clients de Lindt », précise M. Bouchard.

De plus, l'eau se vend mieux que jamais, tout comme les boissons vitaminées, alors que les boissons gazeuses traditionnelles sont en baisse. Les boissons énergétiques, du genre Guru et RedBull ? « On en vend, c'est incroyable. »

Et bien sûr, Couche-Tard continue de vendre ses fameuses « sloches », boissons sucrées aux couleurs et noms improbables nées à la fin des années 90 et qui, grâce à des campagnes publicitaires géniales de Bos, ont ni plus ni moins créé une sorte d'aura culte autour de la marque Couche-Tard, à une époque cruciale de son évolution. Et ce phénomène aura été très porteur pour la conquête de la clientèle jeune - un des consommateurs types du dépanneur, avec l'automobiliste pressé et le col bleu, notamment. Parce que le dépanneur, explique M. Bouchard, vend surtout du temps, de l'accès direct, sans attente ou barrages inutiles.

Le jeune n'est pas intimidé, l'automobiliste pressée sait qu'elle aura accès à une bouteille d'eau ou à un Coke Diète sans attendre à la caisse pendant 10 minutes. « On vend des secondes », dit l'homme d'affaires.

En me disant cela, M. Bouchard m'amène goûter au café au lait que préparent les machines suisses des Couche-Tard et dont il y a un exemplaire à la cafétéria de son bureau. Le système est automatique, mais le café est préparé avec du lait frais et il est effectivement tout aussi buvable que le café Starbucks. « Et pas besoin d'attendre, ajoute-t-il, c'est ça, la clé... »

Mais bientôt, le dépanneur pourrait développer un volet beaucoup moins pressé. Ou pressé différemment.

Si la tendance se maintient, on devrait voir avec les années une augmentation du nombre de voitures électriques et une diminution des ventes d'essence, un des produits essentiels au modèle d'affaires de la chaîne. Car oui, cette essence vendue aux pompes attachées aux dépanneurs est un des produits de ces détaillants, au même titre que les hot-dogs ou les confiseries.

Comment M. Bouchard voit-il l'avenir à cet égard ?

On regarde ce qui se passe en Norvège, où la chaîne est solidement installée, où on vend déjà des produits frais et bios et où on compte maintenant entre 10 % et 15 % de nouvelles voitures électriques chaque année, ce qui amène Circle K à s'adapter, même si, paradoxalement, la demande d'essence n'a jamais été aussi élevée, précise l'homme d'affaires.

Constatations : on peut faire pas mal d'argent avec la nourriture vendue pendant l'attente de la charge, dont la plus populaire est de 15 minutes. Mais la non-standardisation des prises électriques complique la vie de tous. Et il faut beaucoup d'espace pour laisser les voitures garées le temps de charger leurs batteries...

Donc, est-ce ce qui s'en vient ? Aura-t-on bientôt des dépanneurs de bord de route avec un « lounge » pour relaxer ? Êtes-vous prêt pour une salade de roquette avec votre sloche « poussin écrasé » pendant que votre Tesla pas-chère-prochain-modèle-on-l'espère fait le plein d'électrons ?

Bientôt dans un dépanneur près de chez vous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer