À table avec... Philippe Dubuc: acheteur québécois

Philippe Dubuc compte ouvrir une nouvelle boutique de... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Philippe Dubuc compte ouvrir une nouvelle boutique de vêtements pour femmes au printemps, dans le Vieux-Montréal.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Philippe Dubuc adore le temps des Fêtes.

Celui qui nous enseigne, saison après saison, l'art de décliner les tons sombres, les lignes simples ou alors les élans de coupe un peu bruts, à mille lieues des grelots et de l'esthétique de la fée des étoiles, accueille l'arrivée de décembre les bras ouverts.

«J'aime l'hiver, lance-t-il sans ambages. Pour un créateur, c'est inspirant.»

Quand il fait froid, on rajoute des pièces, on empile, on met évidemment des manteaux, mais aussi des pulls, des chapeaux, des écharpes. Et c'est sans parler des chaussettes.

D'ailleurs, si je comprends bien, les chaussettes de designers cool sont en haut de sa liste pour le père Noël. «Pas besoin de dépenser des millions, dit-il, pour se faire plaisir.»

Nous sommes au Titanic, pour le lunch, rue Saint-Pierre dans le Vieux-Montréal, à deux pas de la nouvelle boutique homonyme du designer. Après des années rue Saint-Denis, où étaient centralisées toutes les activités de l'entreprise, Dubuc, une des griffes québécoises aujourd'hui les plus connues notamment par son rayonnement à travers la chaîne Simons, a décidé de changer d'air.

Toute la vente au détail se fait maintenant rue Saint-Pierre, juste en arrière du Centre Phi, et la partie atelier est rendue rue Marie-Anne, dans un loft. Le créateur, qui a été obligé de déclarer faillite il y a près de 10 ans, avant de retrousser ses manches et de repartir à neuf, essaie un nouveau modèle d'organisation. Dans le Vieux-Montréal, il devrait y avoir, au printemps, des produits pour femmes. «Je ne veux pas en dire trop encore, mais ça va être axé sur un look dans lequel je suis bon. Et c'est rare qu'on se trouve bon, non?»

J'ai demandé à Philippe Dubuc de venir luncher parce que souvent, quand je le croise, il me parle avec passion de l'importance d'encourager les entreprises montréalaises. Pour lui, Toronto ne sera jamais aussi intéressant que Montréal, côté shopping. New York? Paris? Pourquoi aller si loin quand on a tant ici? En ces temps de magasinage intense, je trouvais le sujet à propos.

Y a-t-il uniquement des produits québécois ou achetés chez des détaillants québécois sur sa liste de Noël de ce grand monsieur à la barbe toute blanche malgré ses 48 ans? Et comment fait-il alors pour acheter ses chaussures de course? Car Dubuc est un joggeur, un autre, qui aime bien aller évacuer le stress sur le mont Royal en écoutant de la musique et en ne pensant à rien.

«C'est vrai que je crois beaucoup à l'achat local», explique-t-il. Pour chaque geste de consommation, il y pense, que ce soit à l'épicerie ou chez le quincaillier. Il se demande d'où vient ce qu'il achète et qui est ce marchand. «Évidemment on est tous libres d'acheter ce qu'on veut, admet-il. Mais moi, j'achète ce que j'aime et souvent, ça vient d'ici.»

Dubuc aime le design local, notamment ce qu'on propose maintenant dans toutes sortes de marchés mettant de l'avant les artisans d'ici, comme le Souk à la SAT qui s'est tenu récemment. Ou le Cabinet éphémère d'Ogilvy, où sont mis de l'avant des designers québécois, dont lui, mais aussi plusieurs autres. Même quand vient le temps de faire des courses dans une grande surface, il essaie de privilégier les chaînes d'ici plutôt que certaines détenues par des intérêts étrangers. «Le produit n'a pas besoin d'être obligatoirement fabriqué ici», dit-il. «En fait, je n'ai pas de règle coulée dans le béton. Je fais juste y penser.»

Selon lui, certains consommateurs seront toujours adeptes des grandes marques américaines ou européennes. «Pourtant, la réalité, tient-il à ajouter, c'est que ce n'est pas parce que ça vient d'ailleurs que c'est mieux. On accote les plus grands.»

C'est souvent le marketing, croit-il, qui est alors plus efficace.

Cela dit, selon lui, une partie de la bataille est déjà gagnée parce que les Québécois aiment consommer québécois. Il n'est pas du tout le seul à penser ainsi. «C'est comme pour les films ou la télé. Ici, on consomme beaucoup plus québécois que les Ontariens consomment ontarien.»

Grâce à la chaîne Simons avec qui il travaille depuis 17 ans, ses vêtements sont vendus partout au Québec... «Les clients sont là et m'appuient. Si ce n'était pas d'eux, d'ailleurs, je ne serais pas encore ici.»

Est-ce que ce sont des avocats, des hommes d'affaires, des comédiens? «Moi, j'habille les gens qui veulent être bien habillés.»

Au temps des Oscars, l'atelier s'active pour vêtir les Jean-Marc Vallée et autres vedettes québécoises en route pour le tapis rouge. À Cannes, c'est Antoine Olivier Pilon. Le Québec aime bien Dubuc.

Élevé à Sainte-Thérèse dans une famille à tendance artistique, avec une mère qui détestait le gaspillage, Dubuc a appris, dit-il, à créer avec peu de moyens. C'est ce qu'on dit souvent des Québécois: ils sont créatifs car ils doivent travailler avec des moyens modestes.

Ainsi, une veste devient hyper luxueuse car elle est doublée avec des retailles d'étoffes somptueuses. «Si on savait tout ce qu'on peut faire avec des bouts de tissu.»

En fait, si on savait tout ce qu'on peut inventer, point. Malgré les échecs, le designer revient toujours, négocie les courbes, se réinvente, se recentre. «J'espère que je peux être inspirant», dit-il. Lui, en tout cas, est inspiré par le cinéaste Xavier Dolan, qui travaille fort, réinvestit dans ses films, continue toujours. «La vie est trop courte pour perdre son temps», note Dubuc. «Moi, je lève mon chapeau à tous ceux qui font quelque chose.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer