| Commenter Commentaires (56)

La colère n'est plus ce qu'elle était

Les manifestants ne sont plus de jeunes familles... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Les manifestants ne sont plus de jeunes familles avec poussettes, mais de jeunes hommes et femmes qui hurlent, vocifèrent contre les policiers, quand ils ne leur lancent pas des objets.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Difficile de ne pas s'imaginer l'ancien premier ministre Jean Charest assis confortablement dans son salon, en train de regarder les nouvelles à la télé, sourire en coin. L'an dernier, c'est vers lui que tous les regards étaient tournés pendant qu'augmentait et se durcissait, de jour en jour, le soulèvement populaire étudiant dans les rues de Montréal. Aujourd'hui, une sorte de scénario vaguement semblable est en train de se produire, mais il n'a plus rien à faire. Le témoin politique a été passé à d'autres.

On a changé de gouvernement, mais notre quotidien a d'incroyables relents de déjà-vu.

Dans le Plateau, on s'amuse même à faire des blagues sur le ronronnement des hélicoptères de la police dont on se serait ennuyé à l'heure du dodo.

À Montréal, toutefois, nombreux sont ceux qui n'ont aucune envie de rire.

Les commerçants qui, chaque soir de manifestation, se voient de nouveau en train de frémir devant l'arrivée de la foule en se demandant si leur vitrine sera cette fois visée par les vandales.

Les automobilistes, les piétons, les cyclistes, qui tombent encore, comme l'an dernier, sur des rues bloquées, bouchées, prises d'assaut, difficiles à naviguer, peu importe comment, surtout quand le grabuge commence.

Les policiers, pour qui cette fin d'hiver ressemble à une vaste journée de la marmotte, avec ses soirées sur les dents, les injures, les têtes brûlées, les décisions qui ne font jamais l'affaire de personne. «On n'est jamais trop corrects», disait hier le porte-parole de la police de Montréal, Ian Lafrenière. Plutôt toujours trop lents, trop musclés, trop tolérants, trop sévères, trop indulgents...

///

Les manifestations de 2013 ne sont plus celles de 2012. Certes, celles qui ont entouré la tenue du Sommet sur l'enseignement supérieur, il y a quelques jours, ressemblaient en esprit à tous ces mouvements de rue qui ont fini par forcer la société à entendre les revendications contre la hausse des droits de scolarité, l'an dernier.

Mais ce qui se passe maintenant, ce qui s'est passé mardi, est différent. On navigue dans les mêmes colères que celles qui ont donné lieu à Occupy Montréal (pardonnez-moi, Office québécois de la langue française, mais c'est ainsi que le mouvement est connu dans le monde). On entend presque des échos de Seattle, de Davos, de Porto Alegre... Certainement des indignés espagnols et de leurs cousins du reste du monde.

On pense même aux manifestations de hockey des dernières années, ces mouvements incompréhensibles de grabuge survenant après les victoires autant que les défaites, après des matchs cruciaux.

La révolte est tout à fait parente avec celle qui a fait germer le printemps 2012, mais elle ne se limite pas à cela.

Dans la rue, les manifestants ne sont plus de jeunes familles avec poussettes, mais de jeunes hommes et femmes qui hurlent, vocifèrent contre les policiers, quand ils ne leur lancent pas des objets, frappent des clôtures ou crient à pleins poumons une rage dont on se doute qu'aucune gratuité scolaire ne saurait apaiser. Plutôt que des policiers, ce sont peut-être des psychologues qu'il faudrait envoyer pour les écouter. Pourquoi tant de gens si fâchés?

Évidemment, chercher à régler le problème en parlant de droits de scolarité et de répression policière n'y fera rien.

Sociologues, historiens, anthropologues, travailleurs sociaux, à vos postes. On dit quoi à des jeunes si enragés contre tout et rien, contre le capitalisme, le chômage, la richesse des autres, leurs voisins, leur proprio, leurs parents, l'injustice dans le monde, la maladie, les aberrations de notre société moderne? Des gens qui ont beaucoup à dire. Et qu'il faut écouter. Mais dont l'exaspération n'a rien de clair.

///

Il n'est pas particulièrement inédit de voir des jeunes exprimer violemment leur désarroi. À travers les sociétés, les continents, les âges, on en a vu et revu. La transition de l'enfance à cet âge adulte où l'on se voit intégré, inclus, voire rangé, produit ce genre de tensions qui, selon le contexte historique ou politique, provoqueront ou non des mouvements sociaux aux éclats variés.

Actuellement, au Québec, cette colère est canalisée dans la rue. L'an dernier, elle avait un cadre clair pour s'exprimer, pour injecter une énergie que d'aucuns auront trouvé constructive.

Maintenant, elle se perd dans un flou aussi agressif que contreproductif.

D'ailleurs, le long des parcours des manifestants, la sympathie des badauds de 2012 n'est plus là.

Ne reste que des commerçants en colère, des policiers à bout. Et des élus qui, dans la rue l'an dernier, au pouvoir aujourd'hui, ont maintenant le champ libre pour nous montrer comment, eux, savent parler à cette jeunesse si fâchée.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer