| Commenter Commentaires (9)

Les 24 heures de Mommy à Cannes

Anne Dorval, Xavier Dolan et Suzanne Clément ont... (Photo: Reuters)

Agrandir

Anne Dorval, Xavier Dolan et Suzanne Clément ont eu du mal à cacher leur joie, hier à Cannes.

Photo: Reuters

22 mai, minuit
Deux heures à peine après la projection de presse de Mommy en compétition officielle au Festival de Cannes, Xavier Dolan recueille les premiers commentaires sur son film sur son fil Twitter. Ils sont très largement favorables.

0h10

Dolan envoie un texto au délégué général du Festival, Thierry Frémaux, pour lui demander s'il a lu la critique du Guardian de Londres, qui accorde quatre étoiles à son film et ne tarit pas d'éloges («Prodigies don't get much more prodigious than this», écrit Peter Bradshaw). «Ce qui est formidable avec Thierry, c'est qu'il croit en nous!»

0h45

En compagnie de son directeur photo André Turpin, Dolan fait des essais pour la répétition technique, au Grand Théâtre Lumière. «Quand les projections officielles se terminent, on se retrouve dans la grande salle et on projette des extraits du film afin de s'assurer de la qualité de l'image, du niveau du son, etc.», m'explique le cinéaste.

1h

Couchée tôt, Suzanne Clément se réveille, prend connaissance de ce qui s'est écrit sur le film. «Après avoir lu deux ou trois trucs, je me suis dit que j'étais mieux de m'arrêter si je voulais dormir, que ce soit favorable ou défavorable. J'ai fermé mon ordinateur et je me suis recouchée!»

1h30

Xavier se rend chez le distributeur français Diaphana avec des amis, dont sa productrice Nancy Grant. «C'était leur soirée «chiffres» parce que le film des frères Dardenne sortait et ils surveillaient les entrées en France. C'était festif! Marion Cotillard et les frères Dardenne qui ont le diable au corps sur la piste de danse, c'est du lourd quand même!»

2h

Dolan rencontre Marion Cotillard, l'une des favorites au prix d'interprétation féminine, et «les frères» - comme on les appelle -, qui lui disent qu'ils ont vu tous ses films. «Ils m'ont même parlé d'une scène où il pleut sur Fred [Suzanne Clément dans Laurence Anyways]!»

2h45

Dolan est de retour à la chambre de l'hôtel Five, où loge l'équipe du film près de la Croisette. La musique d'une grande fête cesse au rez-de-chaussée. Anne Dorval, dont la chambre est au troisième, peut enfin dormir.

3h30

Xavier Dolan se couche à son tour, après avoir finalisé le plan de salle pour la projection officielle du lendemain soir. «On ne peut pas asseoir un tel avec tel autre; c'est compliqué comme un mariage!»

6h45

Anne Dorval se réveille, espérant accueillir sa fille, qui habite Londres et qui doit la rejoindre à Cannes, avant la conférence de presse du jour. «Elle est arrivée juste à temps. Je voulais qu'elle voie ça.»

8h

Xavier Dolan se prépare à entamer une série d'entrevues pour les journaux et les radios, avant la conférence de presse officielle. «Sur le chemin, vers la plage du Majestic, me dit-il, j'ai mangé une banane. Plus tard, j'ai pris une assiette de saumon. Une bouchée ne goûtait pas frais, comme un poisson périmé. Je suis allé me faire vomir aux toilettes. Montée des marches en soirée: playing safe

9h

Anne Dorval et Suzanne Clément se font coiffer et maquiller en prévision de la conférence de presse de midi. Elles sont toutes les deux très élégantes. «J'ai fait des emplettes à Paris. Chez Balenciaga et Yves Saint Laurent. Je vais devoir hypothéquer ma maison. Mon comptable va m'engueuler. Je vais être obligée de lui dire que je suis une artiste et que je ne connais pas les chiffres!», me dit Anne Dorval en riant.

11h45

L'équipe du film arrive au photo call, traditionnelle séance photo qui précède la conférence de presse des films de la compétition. Ils rient. Dolan est laissé seul devant les photographes, dans un complet vert. Il tente de garder son flegme, mais sa lèvre inférieure tremble. Lorsque c'est terminé, il soupire de soulagement.

12h

Le directeur photo André Turpin (Incendies, Tom à la ferme) arrive à la conférence de presse avant le reste de l'équipe. Il parle du son incroyable au Grand Théâtre Lumière, lors des essais de la veille.

12h20

La salle de conférence de presse est archicomble. Dolan est ému au moment de parler de ses actrices et amies Anne Dorval et Suzanne Clément.

12h40

Première «scène de ménage» entre Dolan et Anne Dorval, à propos de sa participation au choix des costumes. Elle complète ses phrases. Ils discutent comme s'ils étaient seuls au monde, devant des dizaines de journalistes internationaux. Ils sont touchants.

13h30

À la fin de la conférence de presse, Dolan est pris d'assaut par des admirateurs et signe des autographes.

14h

À la plage du Majestic, Suzanne Clément et Anne Dorval mangent une bouchée avant un marathon de quatre heures d'entrevues. Je remarque une actrice fétiche d'Almodovar, dont j'ai oublié le nom. «Lola!», lui lance Suzanne Clément. Elles s'embrassent. C'est Lola Duenas. Laurent Lucas reluque le buffet (à 78 euros la tête de pipe, ce n'est pas donné).

14h15

Xavier Dolan arrive à son tour, après avoir changé de tenue à l'hôtel. «Il vous reste combien de films à voir en compétition?», me demande-t-il. Deux, que je lui réponds, en mangeant du gratin qu'Anne Dorval m'a refilé en douce. Il y a 18 films et 7 prix au palmarès. Ses chances sont réelles d'y figurer. Je le laisse à la plage pour ses entrevues. «Depuis hier, les ventes du film ont bondi, et le prix aussi!», confirme la productrice Nancy Grant.

15h

Je rencontre des Québécois en vacances sur la Côte d'Azur, près du Palais, qui me demandent si je n'ai pas par hasard une invitation pour la projection officielle du soir. C'est la question du jour. «C'est comique de voir tous ces gens tenant des pancartes où il est écrit Mommy», me dit une collègue anglophone.

15h45

Je tente moi-même désespérément d'obtenir une invitation pour la projection gala du soir. Mes demandes à gauche et à droite restent sans réponse.

16h25

Sur Twitter, le quotidien français Le Monde pose l'autre question du jour: «La Palme pour Mommy de Xavier Dolan?»

17h15

Dolan et ses acteurs enchaînent toujours les entrevues en bord de mer. On a pris du retard. Dolan passe devant moi, accompagné de son attachée de presse française qui le guide littéralement par la main, comme un petit garçon, vers sa prochaine entrevue. «Je suis désolée, dit-elle. Avec l'accueil d'hier, nous avons eu énormément de demandes de médias français.»

17h30

«On espérait que le film soit un coup d'émotion pendant le Festival. Ce que j'ai reçu comme écho hier, c'est ce que Tom Waits appelle Sea of Love», dit Dolan, me confiant qu'il a trouvé dur d'être complètement écarté du palmarès de la Mostra de Venise avec Tom à la ferme, l'automne dernier. «Même si le prix de la critique internationale a été un baume.»

18h25

«La montée des marches, je pense que c'est la déclaration d'amour de Xavier à ses acteurs, sa façon de nous déclarer son amour», me dit Anne Dorval. Suzanne Clément acquiesce.

18h40

Fin de la ronde d'entrevues pour les comédiens. Anne Dorval retrouve avec bonheur son agente. Elle espère avoir le temps d'une sieste à l'hôtel. Des journalistes font toujours le pied de grue pour rencontrer Xavier Dolan.

18h45

L'animateur Herby Moreau, un homme plein de ressources que la Providence a mis sur mon chemin, me donne discrètement un billet pour la projection officielle du soir. «Tu ne peux pas manquer ça. T'as un complet? Un noeud papillon? Des souliers noirs? Je connais quelqu'un que l'on a refoulé parce qu'il avait des souliers bruns!» Oui, que je lui réponds. S'ils acceptent les complets fripés, je suis en business...

19h25

Anne Dorval et Suzanne Clément se font maquiller par l'équipe officielle du Festival, commanditée par Dior, une petite attention pour toutes les comédiennes de la sélection officielle. Avant de se rendre au cocktail prétapis rouge.

20h45

J'arrive sur le tapis rouge exactement au même moment que l'équipe de Tu dors Nicole, ravie par l'accueil du film à la Quinzaine l'avant-veille. Julianne Côté me demande si on m'a déjà dit que je ressemblais à Tom Hanks. Ben oui... Juste derrière, il y a Charlotte Gainsbourg, Asia Argento et Robert Charlebois.

21h20

L'équipe du film arrive au son de Reckoner de Radiohead. Le père de Dolan, Manuel Tadros, a les yeux rougis d'émotion. Sa mère aussi est présente, sauf erreur. Anne Dorval est accompagnée de sa fille. C'est une affaire de famille. «Je te tiens», dit Xavier à Anne Dorval en lui tenant la main, dans un souffle de nervosité.

21h25

Le carnaval des animaux de Saint-Saëns fait place à Sky Full of Stars de Coldplay, choisie par Dolan lui-même pour la montée des marches. Anne Dorval porte une robe noire Chanel haute couture dont il n'existe qu'un exemplaire. Antoine Olivier Pilon porte un complet Dubuc. Suzanne Clément, une robe du designer Maxime Simoens. Vous avez tout ou presque...

21h30

Xavier Dolan embrasse Thierry Frémaux. Anne Dorval replace une bretelle sur son épaule en arrivant au sommet des marches. Le cinéaste est souriant et ému. L'équipe entre dans la salle comble de 2300 places. Le film peut commencer.

22h50

Grande salve d'applaudissements devant un effet de réalisation très ingénieux, exactement au même moment que la veille à la projection de presse.

23h45

Générique de fin, sur une chanson de Lana Del Rey. Début de l'ovation debout. Certains crient «La Palme!» à la corbeille, où je suis assis.

23h50

En pleurs, Dolan enlace Anne Dorval qui l'embrasse à son tour. Puis il embrasse sa mère, et son père. Il dit «Je t'aime» à Suzanne.

23h58

L'ovation de 13 minutes, d'une intensité remarquable, prend fin.

Minuit

La salle se vide dans un silence de pleurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer