| Commenter Commentaire (1)

Diffuser «local»

Richard Ashcroft, chanteur du groupe The Verve, fait... (Photo: La Presse Canadienne)

Agrandir

Richard Ashcroft, chanteur du groupe The Verve, fait partie de la riche tradition musicale de Manchester.

Photo: La Presse Canadienne

Ce n'était pas du AC/DC, du U2 ou du Metallica que crachaient les haut-parleurs de l'amphithéâtre avant le match. Pas Gotta Be Somebody de Nickelback, Come Out and Play d'Offspring ni We Will Rock You de Queen. Mais bien Love Will Tear Us Apart de Joy Division, chanson minimaliste aux accents suicidaires du ténébreux Ian Curtis.

Ce n'était pas au Centre Bell. Plutôt à Old Trafford, à Manchester, en Angleterre. Nous y étions il y a 10 jours, Fiston et moi, pour souligner en grand nos anniversaires «ronds» respectifs (10 et 40 ans). On rêvait depuis longtemps de ce pèlerinage à la Mecque du soccer anglais, le «Theatre of Dreams», mythique stade de notre club préféré, Manchester United.

Nous n'avons pas été déçus, grâce à une victoire de 4-0 de nos Diables rouges. Mais assez parlé de foot. Nous suggérons, dans ces pages, plusieurs chansons à diffuser au Centre Bell pendant la série Canadien-Bruins. Je suggère de mon côté que Montréal s'inspire de Manchester, qui ne craint pas d'afficher fièrement son héritage musical.

Au Centre Bell, où on estime qu'entre 20 et 30% des chansons diffusées pendant un match sont francophones, on n'entend pratiquement jamais de musique québécoise avant le début de la partie. Pour la simple raison que ce sont les joueurs du Canadien qui déterminent le menu musical de l'échauffement.

À Old Trafford avant le match - il n'y a pas de musique pendant la partie -, j'ai entendu des chansons non seulement de Joy Division, mais aussi des Smiths, de Verve et des Ting Tings, tous des artistes de Manchester. J'ai évalué à près de 80% le contenu musical local (en faisant exception de Led Zeppelin, qui n'est pas de Manchester, même si son chanteur Robert Plant est originaire de West Bromwich, à quelque 100 kilomètres).

À la mi-temps, tel qu'indiqué dans le programme officiel du match, on a diffusé la nouvelle pièce d'un jeune DJ de Manchester, Ben Pearce, en prenant le soin de bien l'annoncer au préalable, et en invitant ensuite les spectateurs à lire l'entrevue accordée par cet artiste de la relève dans le magazine du club. C'est ce que l'on appelle encourager le talent local... Le Canadien devrait prendre des notes.

Il est vrai que la tradition musicale de Manchester est riche. Des débuts post-punk de Factory Records (l'étiquette de Joy Division) à la fin des années 70 au rock psychédélique teinté d'ecstasy de la scène de «Madchester», 20 ans plus tard (Stone Roses, Charlatans UK, Happy Mondays, Inspiral Carpets), en passant par le romantisme sombre des années 80 (The Smiths, Morissey, New Order), le répertoire «mancunien» est vaste et varié (de Simply Red à Badly Drawn Boy et des Hollies aux Chemical Brothers).

L'empreinte de tous ces artistes est manifeste. L'un des chants scandés dans les tribunes archi-combles d'Old Trafford est d'ailleurs calqué sur l'air de Love Will Tear Us Apart de Joy Division, dont les paroles ont été modifiées afin de rendre hommage au légendaire joueur Ryan Giggs (devenu entraîneur-chef la semaine dernière). «Giggs... Giggs will tear you apart, again!», chantaient en choeur les quelque 75 000 spectateurs présents, sans qu'on ait à les y encourager.

Le but de Loco Locass a beau être la chanson diffusée au Centre Bell après chaque but du Canadien depuis le début des séries éliminatoires, c'est surtout les chansons de U2, AC/DC et Metallica qu'on entend avant les mises en jeu. Je ne sais plus si c'est toujours le cas, mais For Whom The Bell Tolls a longtemps «ouvert» la deuxième période.

J'ai connu ma période «pouèl» à l'adolescence, et réécouter une vieille chanson de Ride The Lightning me fait toujours plaisir, mais il y a assez d'artistes de talent à Montréal, il me semble, pour que le DJ du Centre Bell n'ait pas à user à la corde les vieux albums de Metallica (un groupe de San Francisco, qui n'a plus d'équipe de hockey depuis le déménagement des Seals à Oakland).

Le groupe emblématique de Manchester dont je n'ai pas entendu une seule note à Old Trafford? Oasis. Son leader Noel Gallagher est le plus célèbre partisan de Manchester City, l'autre club de soccer de la ville, qui pourrait bien être sacré champion d'Angleterre la semaine prochaine. La rivalité féroce entre les bleus de City et les rouges de United rappelle celle des Nordiques et du Canadien des années 80...

À défaut de proposer davantage de chansons d'artistes montréalais, le Centre Bell devrait au moins s'assurer que Dream On d'Aerosmith, Good Times Roll des Cars et autres More Than A Feeling de Boston, des artistes de Beantown, soient interdites de diffusion ce soir. Go, Habs, go!




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Musique choc d'ici pour les Glorieux

    Musique

    Musique choc d'ici pour les Glorieux

    Quand le Canadien a annoncé que Loco Locass avait accepté de rafraîchir Le but pour les séries éliminatoires, La Presse a demandé à ses lecteurs... »

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer