| Commenter Commentaires (56)

La voix : détournement de voix

L'émission La voix est un succès grâce au... (Photo: fournie par Productions J)

Agrandir

L'émission La voix est un succès grâce au talent des concurrents, ainsi qu'à la fébrilité et l'enthousiasme de ses juges. La spontanéité de Marie-Mai, assise auprès de Jean-Pierre Ferland, est un bonheur.

Photo: fournie par Productions J

Partager

Le concept est simple. Quatre juges, le dos tourné à la scène, écoutent la voix d'un chanteur. Ils ne savent pas s'il est beau ou laid, blond ou brun, noir ou blanc, sexy ou pas sexy, svelte ou bedonnant, jeune ou vieux. Si les juges sont séduits par sa voix, ils choisissent le chanteur. Avant de se retourner pour voir à qui ils ont affaire.

«Le seul critère, c'est la voix, et rien que la voix», précise l'une des animatrices des coulisses de l'émission La voix, adaptation d'un succès mondial diffusée à TVA depuis dimanche. Ce critère unique est ce qui fait non seulement l'originalité et l'intérêt, mais la beauté de ce concept. Et qui distingue La voix de la plupart des téléréalités.

La voix, dans son essence, est une réplique à la superficialité de la téléréalité. Par ses seules cordes vocales, un artiste peut faire valoir son talent, qu'il corresponde ou non aux standards de beauté d'émissions débiles du type Occupation double.

La voix, une émission archiefficace, a fait ses preuves partout. Pour TVA, il s'agit d'un succès assuré. À preuve, les quelque 2,5 millions de Québécois à l'écoute dimanche soir. Grâce autant au «talent à revendre» - comme on dit au «vrai réseau» - de ses concurrents qu'à la spontanéité, la fébrilité et l'enthousiasme de ses juges (à commencer par l'irrésistible Ariane Moffatt).

Malheureusement, comme l'a souligné hier dans ces pages mon collègue Hugo Dumas, La voix est aussi enrobée d'une «boule gluante de pathos», servie en surdose, qui suinte le racolage lacrymal. On a ainsi appris, dimanche, qu'une concurrente avait été anorexique, qu'un autre avait été un enfant de la DPJ, que ces jumelles blondes avaient été victimes d'agression sexuelle et que ce chanteur à la voix de Louis Armstrong avait souffert de dépendance au jeu.

En livrant en pâture à ses téléspectateurs de tels détails de la vie privée de ses concurrents, La voix s'investit à fond dans le «human interest», comme disait Michel Chartrand. Et profite des malheurs de ses participants, au détriment de leur talent, pour se faire du capital chez BBM.

Ce faisant, l'émission - qui s'intitule La voix, pas Le vécu - opère un détournement de sens de son concept initial (déjà détourné, il est vrai, ailleurs). Le téléspectateur ne doit pas être séduit que par la voix d'un concurrent, à l'instar des juges, mais par son histoire personnelle. Ce que les anglos appellent cyniquement le «narrative»: le bagage narratif de tout un chacun. Plus il est larmoyant, plus il est susceptible d'émouvoir le téléspectateur.

Le tout est monté et diffusé comme de l'émotion «en canne», de la même façon que le sont les rires dans les sitcoms américaines. Afin de produire un effet d'empathie sur commande. Et de faire pleurer au deuxième mouvement de violons. C'est entendu. Il y a quelque chose d'indécent dans cette volonté d'alimenter la curiosité malsaine des téléspectateurs pour mieux les émouvoir. C'est dans ces moments que La voix se prend pour Échos Vedettes. Sauf que La voix ne met pas en scène des vedettes. Et que la voix des concurrents, sans échos, devrait suffire amplement à émouvoir l'auditoire.

Stéphane Laporte, qui a adapté ce concept pour le Québec, a défendu le parti pris misérabiliste de La voix, notamment sur les réseaux sociaux. En faisant valoir que l'on connaît la vie de la Môme Piaf, de Corneille, de Céline ou de Seal (ah bon?). Et que ce qu'ils ont vécu a nourri leur art. Forcément. Je ne suis pas seul à estimer que l'on en sait trop, malgré nous parfois, sur la vie intime des artistes.

Marcel Cerdan est mort en avion, le génocide rwandais a décimé des familles entières, René-Charles avait un frère jumeau-éprouvette congelé dans une clinique de fertilité. Cela est de notoriété publique (même si j'aurais préféré l'ignorer). Mais pourquoi faut-il qu'un homme de 51 ans ou une femme de 20 ans ait à dévoiler des pans entiers de son passé pour s'assurer de participer à un concours de chant télévisé? En quoi cela fait-il d'eux de meilleurs chanteurs?

L'un des contrecoups les plus malheureux de la célébrité est certainement le renoncement partiel à la vie privée. Cela est entendu, accepté à contrecoeur, par des gens qui pratiquent un métier public. Ils seront reconnus dans la rue. On parlera d'eux. Certains médias seront à l'affût des ragots qui les concernent.

Faut-il pour autant nourrir volontairement la machine à potins en contraignant des inconnus à se mettre à nu, soi-disant pour l'intérêt supérieur du téléspectateur? Que Meredith ait «un accent», comme l'a remarqué Jean-Pierre Ferland, fait partie du jeu de La voix. Mais qu'elle ait été victime de taxage avant d'être défigurée par un chien? Vraiment?

Il s'agit à mon sens de voyeurisme déguisé en intérêt biographique. L'ingrédient principal de la téléréalité, voulant qu'il soit nécessaire de tout savoir sur les gens que l'on découvre au petit écran. Avant même d'apprendre à les connaître.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

Commentaires (56)
    • Un journaliste de la Presse, peut-t-il aimer une émission de TVA. Vous devriez regarder Radio-Can avec le même oeil, qui est pourtant une entreprise d'état payée avec nos taxes et nos impots. Regarder toujours les mêmes animateurs-trices, qui avec le temps, commence à nous taper sur les nerfs. J'adore les émissions de variété de TVA et les émotions en font partie, on s'ennuie pas avec eux. Bravo aux productions J, ils font un boulot SUPER. Les pathos, comme vous dites, eh bien! ça fait partie de la vie, si vous êtes mal à l'aise avec cela, traitez vos émotions.

    • Bof... Toujours cette plate utilisation d'une plateforme médiatique privilégiée pour taper sur le même clou de la 'télévision-qui-va-trop-dans-l'intime'. Changez de disque, ou trouvez-vous des sujets un peu plus substantiels. Vous devenez impudique avec votre pudeur.
      P.S.: Je déteste ce genre de sentimentalisme populiste de bon ton dans ce genre d'émission, comme vous. Mais votre pudeur de renfrogné crypto-catholique me les casse à la longue. N'y-a-t-il pas des sujets plus intéressants à discuter ?

    • Je suis entièrement d'accord avec vous! Ma fille de 16 ans a voulue faire les auditions, pour l'expérience. Elle n'a pas aimé son expérience, mais a tout de même été décue de ne pas avoir été appelée. Je l'ai réconfortée en lui expliquant que son histoire de vie était trop banale pour la télé de toutes façons. Elle a eu une enfance normale, bien encadrée, pas de problème majeur...C'est plate ça pour la télé!!! Sa vie est peut-être "plate" pour la télé, mais sa voix...quelle merveille! Vous l'entendrez un jour, mais dans des contextes plus sains et repectueux de la personne. Je vais faire lire votre article à ma fille; elle aimera!

    • J'ai suivi la version américaine THE VOICE et c'est cet aspect-là de l'émission qui me dérangeait le plus. Je fermais le son. Je ne voulais pas entendre toute l'horreur que les candidats avait vécue. Quand j'ai vu que la même chose se répétait chez nous, je me suis dit que ça fait partie du concept et que c'est très important pour vendre l'émission. Le banquier avait aussi ce côté mélodramatique.

    • Bravo pour vos propos tenus dans cette chronique monsieur CASSIVI . Elle n'est pas méprisante comme certains l'affirment, loin s'en faut. J'apprécie que ne preniez jamais de raccourcis intellectuels et que vous nous exposiez clairement vos pensées. On adhère ou non à votre analyse mais on en sort enrichi de toute façon ! Ici, il est clair que l'on mise sur le côté racoleur et non pas uniquement sur le talent et cela est à l'image de notre culture qui est maintenant presque uniquement basée sur les critères de l'industrie culturelle alors que la liberté inhérente à l'art se voit de plus en plus entravée ou, à tout le moins, sans moyens pour s'exprimer.

    • Avant de tout savoir sur la Môme, Piaf avait chanté quelques chansons tout de même.Elle ne s'est pas lancée sur scène en hurlant qu'elle avait mangé de la misère. Non. Ce qui comptait c'était son amour de la musique et le désir d'exprimer ce qu'elle était à travers sa musique. Et c'est ce qu'on devrait entendre des concurrents. Les productions de Mme Julie et compagnie ont la fâcheuse habitude de sous estimer l'intelligence du public.
      M.chabot

    • Le concept est bon, mais l'enveloppe qu'on lui a ajouté est pathétique. J'ai écouté, mais je n'écouterai plus puisque je suis agacé par les détails sur la vie privé d'inconnu et la façon dont tout cela est livré. Cette chaîne vous dirait que : TVA, c'est vrai! Pierre Bruno devrait bientôt ouvrir son bulletin avec les résultats du show de la veille.
      TVA, c'est vrai.... ouf!!! Pas pour moi merci!

    • Au moins l'émission est 100000x meilleure que Star Académie. Le concept est meilleur. Le tout est bien plus intéressant. Enfin une compétition sans restriction et sans discrimination. Les coachs sont amusants et attachants. Ça m'intéresse jusqu'à présent, ce que Star Académie ou autre show du genre n'a jamais réussi à faire. Vrai que le mélodrame est abusé... mais bon, c'est quand même tolérable, jusqu'à présent...

    • clase1
      Malgré tout ce que vous pourrez dire, vous ne pourrez jamais aller à l'encontre de la volonté de 2,600,000 spectateurs.
      --------------------------------------
      McDo vend des millions et des millions de Big Mac à travers le monde, est-ce que les Big Mac sont de la haute gastronomie pour autant ?
      TVA c'est pareil.

    • Il faut ne faut pas oublier que les participants décident d'en parler, lors du questionnaire d'inscription, c'est le participant qui décide de la réponse, sans mentir, il peut écrire n'importe quel événement de sa vie... L'équipe de recherche vérifie les faits énoncés, ils n'ont pas le temps de faire une enquête sur chacun d'eux... Leurs malheurs ne sont pas écrit dans leur front... Les participent décident de raconter ce moment plutôt qu'un autre et les producteurs en profitent, car les téléspectateur en général adorent ça... L'être humain adore etre ému, interpellé, touché par un témoignage... c'est de la TV, que ce soit le paticipant ou le producteur, les 2 savent très bien l'impact que peut avoir l'histoire... Le participant décide en grosse partie ce que nous avons le droit de savoir sur lui et il faut qu'il soit à l'aise d'en parler! Plusieurs pensent que c'est plus facile si on touche le public! Qui doit-on blâmer? Le participant d'essayer d'attirer l'ampathie du public, le producteur de ce servir de cet extra gratuit et efficace ou nous d'être 2,5 millions à regarder et d'en parler lundi au bureau en parlent que la fille anorexique était bonne ou bien le gambler était excellent, car évidament on n'a pas retenue leurs noms... mais l'histoire on s'en souvient.

    • Bien. Mais seigneur... Si J'AVAIS*

    • tant qu'à y être y auraient pu ressortir Nathalie Simard , chu sur qu'elle les clancherait tous et toutes

    • @ kasimir35
      Simplement parce que pendant que le peuple écoute ce genre de divertissement insipide, il ne s'instruit pas ni ne se tient au courant de ce qui compte dans la vie réelle au Québec. Évidemment ce n'est en écoutant les nouvelles à cette même chaîne qu'il risque d'apprendre quelque chose de sérieux.
      Occupation double, la voix, star académie et le banquier, vous appelez ça en avoir pour votre argent vous?
      @clase1
      Est-ce que vous connaissez le principe de l'argument fallacieux. L'argument du nombre en est un¸du type argumentum ad populum: Plus de 2 600 000 clients qui regardent, ça ne veut en aucun cas dire que le produit est de qualité puisque que le jugement de ces gens peut être biaisé ou bien ils peuvent aimer un produit de piètre qualité. C'est cet argument de masse que nous sert cette chaîne insignifiante qu'est TVA.
      Écoutez la si ça vous chante mais s'il-vous-plaît n'allez pas blâmer les autres d'appeler un navet ce qu'il est: Un navet. Je ne pense pas que le Québec avance avec une télé de la sorte, il est peut-être temps d'arrêter de "mettre son cerveau à off" devant la télé.

    • Bravo pour votre chronique qui sent à plein nez le fait que votre journal est en rivalité avec
      Québécor. Nous prendre pour des idiots ou quoi?
      Malgré tout ce que vous pourrez dire, vous ne pourrez jamais aller à l'encontre de la volonté de 2,600,000 spectateurs.

    • Faire pitié... prendre en pitié...

    • Tout-à-fait d'accord avec vous. Les émissions racoleuses comme celle-là, ou comme"On prend tous un train pour je ne sais trop où", moi le seul fait d'être exposé à leurs publicités ça me fait hérisser les poils de bras. Bravo pour cette chronique éclairée.

    • Moi aussi je suis d'accord avec l'opinion de M. Cassivi. En passant, je crois plutôt qu'il est originaire de la Gaspésie et non du Nouveau-Brunswick.
      Moi aussi, ça m'a dérangée d'entendre parler des problèmes que chacun d'eux a vécus. C'est inutile comme information. Ils vont là pour chanter et non pour raconter leur vie. Attendez de voir très prochainement dans 7 Jours et Écho-vedettes ce que nous avons entendu dimanche et ce que nous serons encore obligés d'entendre dans les prochaines semaines. Juste à cause de ça, moi je retournerai vite à Tout le monde en parle.

    • J'ai juste entendu l'entrevue réalisée avec la p'tite fille et la famille de la p'tite fille qui avait tellement de douleur... J'pensais qu'à cette émission, on devait entendre des voix, juste des voix, pas des témoignages larmoyants... Je trouve lamentable qu'Ariane Moffat se prête à un tel jeu dans cette production lamentable... Et Stéphane Laporte descend d'un cran dans l'estime que je pouvais lui porter. Tant qu'à Jean-Pierre Ferland, c'est un grand quand on écoute ses chansons seulement. Autrement, ça fait longtemps qu'il fait vieux mon'oncle libidineux. C'en est gênant. Il devrait définitivement rester en retraite, on garderait un meilleur souvenir de lui.
      Je serai certainement pas parmi l'auditoire de ce mélo dégoulinant... Beurk...

    • @Sim01
      Et pourquoi on aurait pas du pain et des jeux? Pourquoi on serait toujours pris à regarder des émissions sérieuses? On la paie cette télévision via nos impots, on peut-tu en avoir pour notre argent?
      Moi je regarderai pas La Voix, mais je respecte les autres. Cassivi n'a jamais su ce qu'était le respect. Tellement snob qu'on dirait qu'il descend de la cuisse de Jupiter et pourtant...c'est juste un gars du Nouveau Brunswick

    • Moins ça change plus c'est pareil ! Que tu lises Therrien, Dumas, et maintenant Cassivi même genre de critique; je voudrais dire plutôt du bashing TVA avec l'appui de leur fan club respectif. Raz le bol des gens qui dénigrent les autres parce qu'ils ne pensent pas comme eux et se croient supérieurs parce qu'ils regardent soi disant des émissions culturelles . Le plus beau c'est de voir les chroniqueurs entretenir cette contreverse. En passant M.Cassivi le concept est le même partout ailleurs TVA n'a pas changé la formule

    • La voix? Quelle voix? Les commentaires des juges (allo, Jean-Pierre Ferland) ne portaient que sur la beauté des filles. C'était tellement sexiste et gênant, j'ai regardé l'émission en me cachant le visage avec les mains (à bien y penser, c'est sur mes oreilles que j'aurais dû mettre mes mains!). Il FAUT que quelqu'un dise à Monsieur Ferland d'arrêter de parler aux filles de la sorte, c'est carrément déplacé. Ce que dit ou fait le mononc' saoul au party de Noël, c'est une chose, quand c'est à la télé, c'en est une autre...
      Enfin, que dire de Charles Lafortune qui s'exclame à un participant: « Toi tu es vraiment représentatif de ce qu'est la voix, on ne regarde vraiment pas le physique.» Aussi bien lui dire qu'il est laid, pourquoi pas? Ouf, on ne m'y reprendra pas la semaine prochaine!

    • @ soulpapa 11h17: Je crois que vous êtes pile dessus !

    • @akpatok
      Le conditionnel après "Si" est très souvent correct. Contrairement à la croyance populaire, les "Si" ne mangent pas toujours les les "-raient".

    • Oui, j'ai trouvé qu'il y avait de belles voix lors de cette émission, mais je trouve TRÈS exagéré la réaction des juges. C'est d'un ridicule de les voir se pâmer et de flatter les concurrents d'autant de compliments et autres... Pourquoi toujours aller chercher des émissions qui existent dans d'autres réseaux et non pas se servir des talents des nôtres pour travailler sur de nouveaux concepts. C'est la même chose pour les émissions de cuisine. Quand il y a une émission de ce genre à un canal, les autres s'empressent d'en mettre eux aussi.

    • J,ai bouffé des nouilles toutes ma jeunesse, le dimanche c'était du jambon j,ai eu une paire de pantalon et une seule chemise pour faire mon secondaire quatre.J,ai du quêter chez monsieur le curée....j,ai bouffé chez a l,'aceuil Bonneau et Stéphane pis ces sapré émotions de pleurnichards a la noix qui garnissent son compte en banque .Si c'est ça la télévisions québécoise bin je met mon drapeau en berne ...

    • Les versions britanniques et australiennes sont plus axées sur l'expérience musicale des participants. Il arrive parfois que l'un d'entre eux tienne absolument à nous faire partager sa 'sob story' mais c'est peu fréquent. Je vais donc m'en tenir à ces deux émissions. La version Québécor semble calquée sur l'américaine, 'drama, drama, drama...'

    • Du TVYA à son meilleur... Ça ne m'étonne pas du tout d'eux! Ils nous passent 4-5 émissions spéciales sur Céliiiiiiiine durant l'année même si elle n'a rien d'intéressant (ou d'intelligent) à dire mais c'est pas grave le public de TVYA aime ça quand même et ça tape le 3 millions de téléspectateurs. TVYA plus près de vous...

    • j'irais même plus loin que mon commentaire de 11h47. Pour que cette émission et ce concept soit rigoureux, il aurait fallu que les participants soient retenus juste avec un démo sur cd sans qu'on les aient rencontrés en personne.

    • @yval0415 Vous avez tout à fait raison, j'avais oublié cette règle qui d'ailleurs s'applique à un bon nombre de locutions du même genre. Ainsi, peut-être devrions-nous plutôt recommander l'utilisation de "lors même" qui accepte le conditionnel mais est peut-être un peu ampoulé ou plus simplement "alors que", comme dans "alors que j'aurais préféré ne pas le savoir". Je vous remercie de m'avoir permis de passer de longues minutes à potasser le subjonctif que j'aime tant et qui est si mal aimé de nos jours. Ainsi, un des mes profs à l'université nous annonce-t-il régulièrement en début de cours: "cette semaine, il faut que vous lisez ..."

    • C'est ça la tv et en voilà de la très bonne. La prochaine frôlera les 3 millions d'audimat puis après ça diminuera jusqu'au printemps. Il faut voir aussi les produits dérivés, oh là là, jetez-y un oeil lors de votre prochain supermarché, juste à côté des caisses.

    • Il devrait rebaptiser ce concept La Croix, car vous devez absolument avoir porté et traîné une croix pour y participer. Je suis d'accord avec tous les autres commentaires émis mettant en doute que le talent soit mis de l'avant et que les moins beaux et belles n'aient pas passés l'étape de l'audition...La voix, mon clin d'oeil...assez pathétique merci, de mettre à l'avant-plan des drames humains!!

    • N'importe quoi, sur les quelques 2 000 participants en audition je pari que ceux qui ont été retenus ont passé au filtre de l'apparence. Dommage, dommage.

    • Cher (ou chère) mysbe,
      Permettez-moi d'abord de vous dire combien il est rafraîchissant de lire un texte d'opinion bien écrit et bien structuré... Votre petite leçon de grammaire est intéressante et instructive.
      Toutefois, je dois vous faire remarquer que la conjonction «bien que», équivalant à «quoique» (en un seul mot), commande le subjonctif: il eut donc fallu écrire: «bien que j'eusse préféré...»
      Sans rancune aucune! C'est juste pour s'amuser un peu!

    • @Man1HacK: J'abonde en ce sens.
      Si une personne dit qu'elle a été défigurée par un pit bull, automatiquement même si c'est la plus belle vois, vous savez que ce n'est surement pas la plus télégénique.

    • C'est précisément pour cette raison que je n'ai PAS de télévision ! Je ne supporte pas les pubs pendant mes séries, alors vous pensez bien que ÇA, ce genre d'émission débile, ne m'accroche pas ! On prend les téléspectateurs pour des demeurés, et c'est un phénomène mondial !

    • Vous avez tellement raison!

    • J'ai regardé l'émission puisque "Tout le monde en parle" n'était pas télédiffusé. Je ne connaissais pas le concept et voici qu'au début je l'ai trouvé parfait même si j'avais des doutes suite à l'article publié samedi dans "La Presse" avec Charles Lafortune qui parlait déjà de "larmes et d'émotions". Il ne faut pas oublier que cette émission est une production du "gang" de Julie Shneider....Tout le monde connait les tendances démagogiques de ce groupe....Tout pour la "fortune", aucune retenue pour le "kétaine".
      C'est à espérer que le groupe se ravise sinon il aura à porter l'odieux de la chose et la désapprobation d'une bonne partie du public. Ce déballage indigne... très peu pour moi!
      Claude Bienvenue
      Montréal

    • Tout a fait d'accord sauf sur un point, les exemples que vous donnez (Piaf et compagnie). Leur histoire/vie privé sont devenu connu parce qu'ils étaient devenu des vedettes/célébrité et non pas utilisé pour devenir des vedettes comme ont le voit présentement. Un certain puplique peut etre interressé par la vie des gens connu ( c'est d'ailleurs pourquoi on écrit des biographies) mais quand on pousse des histoires ''triste'' pour mousser les cotes d'écoutes, c'est plutot dégueulasse.

    • C'est faux qu'il n'y a que la voix qui compte. Les "moches" vraiment pas beaux ont déjà été tassés lors des auditions...

    • @akpatok Il est vrai que la formulation n'est pas très jolie, "même si j'aurais aimé", toutefois elle est correcte puisqu'il existe quelques exceptions au non-emploi du conditionnel à la suite du "si". En fait ici, la locution est "même si" et non pas seulement le "si" et elle marque la concession plutôt que la condition, il est donc permis d'utiliser le conditionnel à sa suite, comme l'a fait monsieur Cassivi. C'est une formulation, indique-t-on dans les sources, qui ne s'utilise habituellement que dans un langage soutenu, qui, vous en conviendrez, est la marque de commerce de monsieur Cassivi (!) Je crois toutefois que pour éviter tout "malaise" il eut été plus adéquat d'utiliser une autre locution comme "bien que" qui aurait très bien fait l'affaire ici: "bien que j'aurais préféré ne pas le savoir" ou "bien que j'aurais préféré continuer à l'ignorer".

    • Une autre cochonnerie de Québécor.C'est triste mais j'ai presqu'envie que Québec n'obtienne jamais de franchise dans la LNH.La belle gang de Québécor avec en tête Péladeau,Synder,Laporte et Réjean Tremblay vont transformer une équipe de hockey en un freak show.

    • grosso modo , allez vous voter pour l'anorexique , le dépendant , le dpj ou les agressées , c est un peu chien mais c est pas mal ça

    • Donnez leur du pain et des jeux.
      Dommage, mais c'est l'auditoire qui encourage ce phénomène, il en redemande malgré le ridicule consommé et le manque flagrant d'humanité de la chose.
      TVA et Stéphane Laporte ne sont que les petits Césars qui alimentent la plèbe et en tire un profit malsain mais légal.

    • @akpatok:
      Le "si" dans "même si j'aurais préféré l'ignorer" n'est pas un si conditionnel. Il veut plutôt dire "bien que j'aurais préféré l'ignorer". C'est un fait (il aurait vraiment préféré l'ignorer), et non une proposition conditionnelle du genre "si tu avais préféré l'ignorer, tu ne le saurais pas".
      Donc, le "aurais" est correct. Je crois qu'il y a quelque chose sur le "même si" dans le Grévisse (je n'en ai pas de disponible ici, et ma recherche google n'a rien donné.)
      C'est en tout cas ce que je comprends.
      Stéphane Picher

    • Voilà pourquoi je n'arrive pas à écouter jusqu'à la fin - Trop de détails inutiles - Je souhaite entendre des voix, trop bruyant pendant et autour aussi et les juges qui en rajoutent - Le tout devient ridicule - La simplicité a bien meilleur goût - Le tout est très très mal copier ... Merci de le dire M. Cassivi - Finalement c'est grotesque - pauvres participants -

    • C'est pour cela que je n'ai pas regardé la première et que je m'abstiendrai pour les autres émissions. TVA en beurre trop épais, c'est trrp lourd pour mon foie.

    • @akpatok Il n'y a pas d'erreur dans l'utilisation du "si" dans cette phrase car son verbe "avoir" est la condition. On dit "si j'avais" quand la condition suit le verbe avoir. Ex. Si j'avais une pelle, JE RAMASSERAIS la neige.

    • J'ai beaucoup aimé l'émission mais comme vous cela m'a agacé d'entendre toutes les descriptions de la vie personnelle des partipants, il me semble que cela aurait pu se faire un peu plus tard. Je sais que la majorité des émissions ont déjà été enregistrées, j'ose croire qu'on pourra rectifier le cour et modifier certaines interventions personnelles des concurents.

    • Même clientèle qu'Occupation Double.......
      Aucun intérêt pour moi.......

    • Je m'indigne avec vous que M. Laporte oblige ces gens à un striptease psychologique pour mieux s'assurer d'enliser l'auditeur dans le marais de sentiments gluants et le tenir haletant dans l'attente du dévoilement d'une autre intimité. Toutefois ce qui est le plus irresponsable dans un tel dévoilement ce sont les conséquences sur la vie de ces gens. Le regard de ceux qui les croiseront ne sera plus jamais le même et quelque part, ils en souffriront comme l'enfant qui garde les marques indélébiles d'un adulte ayant abusé de son pouvoir sur lui.
      Ce qui me désole, c'est que malgré la pertinence de votre propos, cela ne changera rien à cette intrusion malsaine dans l'intimité et encore des millions de spectateurs se précipiteront pour vampiriser le malheur des autres et se donner l'impression d'être en vie quelques instants. Et les producteurs n'auront que louange pour M. Laporte parce que l'argent va rentrer qu'importe la santé de ceux qui seront sur le stage, ils auront un malheur de plus à rajouter à leur CV pour alimenter la gourmandise des voyeurs.

    • J'ai eu un sérieux malaise quand ils ont parlé de l'agression sexuelle des jumelles, j'ai eu l'impression que l'on banalisait ce sujet délicat et que l'on ne tenait aucunement compte des effets à long terme que ça pourrait avoir sur les deux chanteuses. Le BBM à tout prix!

    • Vous avez raison. Et vous soulignez quelque chose dont on ne parle pas. On choisit des candidats pour des raisons misérabilistes plutôt que pour le talent dont ils font preuve. On sait alors que Stéphane Laporte a refusé des gens plus talentueux parce qu'il n'avait rien d'anormal à dire sur eux. C'est ce qui est pathétique.

    • Toutes ces révélations personnelles ne serviront qu'à nourrir à machine Québécor Média. Tout cela est pensé et planidié pour vendre de la copie: *Pour plus de détails sur les côtés sombres des participants, veuillez vous procurer le Lundi, la Semaine, 7 jours etc et lisez tous les détails croustillants sur ces pauvres participants.* Ils doivent se prêter à ce jeux car c'est certainement dans leur contrat. Productions J n'en manque pas une.

    • Marcel Cerdan est mort en avion, le génocide rwandais a décimé des familles entières, René-Charles avait un frère jumeau-éprouvette congelé dans une clinique de fertilité. Cela est de notoriété publique (même si j'aurais préféré l'ignorer).
      Est-ce que cet accord du "si" avec "aurais" était voulu?

    • Je n'ai pas écouté la voix parce que juste à voir les pubs dont on nous a gavé depuis un mois, il était évident que TVA ferait de cette émission la même chose qu'avec les banquiers et autres on connait la chanson de ce monde: un freak show. D'ailleurs, la seule possibilité d'être sélectionné pour ces "beaux programmes", c'est d'être complètement marginal, genre lesbienne handicapée physiquement; et vos chances augmentent de beaucoup si en plus vous avez la malchance de souffrir du syndrome de La Tourette... Non merci, très peu pour moi.

    • Je suis 100% d'accord avec votre propos Monsieur Cassivi... Dommage que le simple talent doive être enrobé de détails personnels pour passer à l'écran. Il faut croire que la plupart des gens pensent leur vie vraiment banale pour avoir besoin de savoir la vie intime des autres...

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer