La lettre des 101 artistes

« Il faudrait croire que cette lettre, publiée en... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« Il faudrait croire que cette lettre, publiée en pleine course au leadership du PQ, ne serait qu'une lettre de remerciements pour services rendus ! Nous prend-on pour des imbéciles ? », demande Lysiane Gagnon.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bizarre affaire que cette lettre d'amour de 101 artistes québécois à Pierre Karl Péladeau.

On savait les artistes émotifs et prompts à s'enflammer sans trop de réflexion. Cela fait partie de leur charme. Mais en 40 ans de journalisme politique, je n'ai jamais vu un groupe d'artistes professer ainsi leur reconnaissance envers un chef. Même René Lévesque, même Lucien Bouchard, adorés en leur temps, n'ont jamais eu droit à pareil panégyrique.

J'ai vu nombre d'artistes appuyer une cause, un parti, adhérer au camp du Oui dans les référendums de 1980 et 1995, mais jamais n'ai-je vu un groupe d'artistes appuyer un politicien avec une telle candeur inconditionnelle.

Quelques signataires se sont défendus d'avoir pris parti pour l'homme politique qu'est devenu PKP en signant la lettre qui aurait été écrite, selon Radio-Canada, par sa propre femme, Julie Snyder (ce qui explique sans doute qu'on y parle dans trois paragraphes de « Pierre Karl » en toute familiarité, contrairement aux usages les plus élémentaires).

Il faudrait croire que cette lettre, publiée en pleine course à la direction du PQ, ne serait qu'une lettre de remerciements pour services rendus ! Nous prend-on pour des imbéciles ? Comment peut-on aujourd'hui distinguer Péladeau-le-mécène de Péladeau-le-politicien ?

Au pis, c'est du cynisme caractérisé ; au mieux, c'est d'une naïveté franchement déconcertante.

Qu'est-ce qui nécessitait cet éloge subit en faveur de l'actionnaire de contrôle de Québecor ? Quelqu'un l'avait-il accusé d'ignorer les arts et de mépriser les artistes ? Pas du tout.

Le mécénat vient avec la richesse, et effectivement, M. Péladeau a encouragé des entreprises culturelles à sa façon - sélective et à l'occasion vindicative. On se rappelle ses sorties tonitruantes contre Radio-Canada, les artistes de la SRC « barrés » à TVA, etc. Mais contre qui cette lettre voulait-elle défendre PKP ? Contre un Alexandre Cloutier, peut-être populaire auprès de certains artistes, dont on sait à l'avance qu'il sera battu à plate couture ? Soyons sérieux.

Passons sur ce texte mal foutu qui ne mentionne même pas l'importance de Québecor dans le domaine du livre (comme si le livre ne faisait pas partie de la « culture » !) et qui nous apprend, entre autres choses, que « Pierre Karl est mélomane, fréquente les théâtres et les scènes musicales, assiste aux lancements de livres, vernissages, etc. », et que « pour Pierre Karl, la culture est et sera toujours une priorité » !

Parmi les signataires, on trouve une Andrée Ferretti, la passionaria des années 60 pour qui rien ni personne n'était assez à gauche... aujourd'hui accrochée aux basques d'un homme qui a maintes fois démontré son antisyndicalisme primaire, en souhaitant par exemple la disparition de la formule Rand (une mesure qui signerait l'arrêt de mort des syndicats).

On en trouve d'autres qui doivent leur gagne-pain à M. Péladeau, comme Denise Filiatrault dont le Rideau Vert a été rescapé par Québecor, ou Claude Fournier, l'animateur du projet Éléphant. Il y a Jacques Lanctôt, dont la chronique est hébergée par Canoë, propriété de Québecor Media, de même qu'une flopée de producteurs et de scénaristes de tout acabit qui ont besoin de la collaboration de Québecor, et des comédiens, des danseurs et des chanteurs qui ne détesteraient pas briller à TVA ou dans les productions de Julie Snyder.

Mais quel besoin avaient Xavier Dolan, Denys Arcand ou Claude Gauthier (l'auteur de l'inoubliable hymne Le plus beau voyage) de s'abaisser au niveau des quémandeurs de subventions ?

Au final, et c'est bien l'ironie de l'affaire, cette lettre prouve l'étendue tentaculaire de l'empire culturel de Québecor et ne fait que renforcer les craintes que suscite la perspective de voir un parti de gouvernement aux mains d'un homme dont l'empire financier exerce un quasi-monopole sur l'activité culturelle du Québec.

«Cette lettre, et c'est bien l'ironie de l'affaire, prouve l'étendue tentaculaire de l'empire culturel de Québecor.»


Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer