L'obsession ukrainienne

Le ministre de la Défense, Jason Kenney, lors... (Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre de la Défense, Jason Kenney, lors de l'annonce d'envoi de troupes canadiennes en Ukraine.

Photo Adrian Wyld, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Où s'arrêtera l'obsession ukrainienne du gouvernement Harper? Le voici maintenant qui envoie 200 militaires pour «conseiller» Kiev dans sa «guéguerre» avec la Russie, au moment même où la fragile trêve qui devait mettre un terme aux hostilités semble compromise.

Qu'est-ce au juste que le Canada a à faire au coeur de l'Europe, dans un conflit où il n'a aucun intérêt national - conflit qui, si les choses sont menées à la hussarde, pourrait embraser le Vieux Continent?

La folie humaine, hélas, n'a pas de limite. Rappelons-nous comment la Première Guerre mondiale a commencé: un attentat individuel sans grande importance a engendré une escalade meurtrière qui a précipité le monde dans une boucherie qui a duré quatre ans.

La présence de 200 soldats canadiens à plus d'un millier de kilomètres de la zone de combat ne changera pas grand-chose, militairement parlant. Déjà, 800 Américains et 75 Britanniques sont sur le terrain. Mais cela sera vu par Moscou comme une provocation de plus, après que l'OTAN eût avancé ses bases de missiles sans motifs valables jusque dans les républiques baltes, à deux pas de la frontière russe, et que l'Union européenne eût accepté, bien trop légèrement, le principe d'un partenariat économique avec un pays qui avait toujours fait partie de l'orbite de la Russie.

C'est en réponse à ces provocations que Vladimir Poutine a récupéré la Crimée, territoire qui avait appartenu à la Russie jusqu'en 1954, alors que Krouchtchev, un jour de grande beuverie dit-on, l'avait cédé à l'Ukraine en y maintenant ses bases militaires. Depuis, la Russie encourage en sous-main les rebelles prorusses qui veulent rattacher l'est russophone de l'Ukraine à la Russie.

L'intervention intempestive du lointain Canada ne fait que jeter un peu plus d'huile sur le feu.

L'ancien ministre des Affaires étrangères, John Baird, avait ouvert le bal en décembre 2013 en participant, contre toutes les règles diplomatiques, à une manifestation hostile au gouvernement russophile alors en place à Kiev.

Au G20 de novembre dernier, fidèle à l'approche brutale et carrée qui caractérise ses rapports avec l'étranger, M. Harper a harponné le président Poutine sur le ton d'un petit bully de cour d'école en lui disant «Get out of Ukraine!»

La Maison-Blanche, la France et l'Allemagne font preuve d'une certaine retenue. L'Europe a sagement refusé d'accorder à ce pays mal géré et corrompu la carte d'entrée dans l'UE que convoitaient les autorités de Kiev. M. Harper, quant à lui, est sur la longueur d'onde des républicains américains, grands partisans d'une intervention musclée en Ukraine.

Certains hauts fonctionnaires canadiens à l'étranger se sont même fait suggérer par Ottawa de quitter toute réunion où siègerait un représentant de la Russie!

Aux premières loges, le puissant lobby canado-ukrainien applaudit. Les milliers de citoyens d'origine ukrainienne, et plus généralement ceux dont les ancêtres ont souffert dans l'ancienne URSS, forment un électorat que les conservateurs n'ont cessé de courtiser (comme d'ailleurs les libéraux avant eux).

Le racolage électoral avait commencé par ce projet absurde d'un monument aux «victimes du communisme» en plein coeur de la capitale fédérale, à deux pas de la Cour suprême.

Certes, le communisme a fait d'innombrables victimes, en Europe, en Chine ou au Viêtnam. Mais pourquoi un monument, ici et aujourd'hui, alors que les communistes sont partout en voie d'extinction? Peut-être dans le but mesquin que ce gros bâtiment écrase de son ombre massive l'édifice délicat de la Cour suprême, l'ennemi numéro un du gouvernement Harper? Mais c'est surtout, bien évidemment, pour accommoder un électorat avide d'en découdre avec la Russie.

L'électoralisme est un phénomène normal en politique. Mais l'obsession ukrainienne de Stephen Harper est un petit jeu dangereux. C'est à lui qu'on aurait envie de dire: «Get out of Ukraine, Mister Harper!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer