Une idée dépassée

Interdire la rue Sainte-Catherine Ouest aux automobiles serait,... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Interdire la rue Sainte-Catherine Ouest aux automobiles serait, pour Montréal, une démarche suicidaire dont le seul résultat serait d'accroître les problèmes des établissements qui tiennent encore le coup.

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que le débat sur la réfection de la rue Sainte-Catherine Ouest bat son plein, la Direction de santé publique de Montréal ressort la vieille idée de la piétonnisation permanente entre les rues de Bleury et Atwater.

La DSP, histoire sans doute de fabriquer un lien entre sa mission et une question qui relève non pas de la santé, mais de l'urbanisme, nous menace des pires avanies si l'on continue à tolérer des autos rue Sainte-Catherine, sous le prétexte que l'arrondissement Ville-Marie affiche le plus d'accidents routiers avec blessés à Montréal... ce qui est normal, puisque c'est de loin le plus achalandé.

Mais la rue Sainte-Catherine? Moi qui y circule à pied depuis que j'ai l'âge de marcher, j'ignorais que c'était au péril de ma vie! Les véhicules y vont à une vitesse d'escargot à cause des bouchons et de l'afflux des piétons, sans oublier les ralentissements causés par nos fidèles amis, les cônes orange. Il y a parfois des collisions, mais les blessures en résultant sont le plus souvent mineures. Un peu de sérieux, SVP.

Interdire la rue Sainte-Catherine Ouest aux automobiles serait, pour Montréal, une démarche suicidaire dont le seul résultat serait d'accroître les problèmes des établissements qui tiennent encore le coup et d'accélérer le glissement du commerce vers la banlieue, dont la grande force d'attraction est qu'on peut s'y garer facilement. Les êtres humains, en effet, ont cette mauvaise habitude de refuser de se réformer sous les diktats de l'idéologie.

Il y aura toujours des gens qui voudront faire leurs emplettes dans leur propre véhicule, parce que c'est plus facile et plus agréable, parce que cela permet d'y amener les enfants ou les vieux parents, parce que tout le monde n'a pas envie de transporter à bout de bras des kilos de marchandises dans le métro ou de poireauter dans des abribus avec ses achats, les petits qui braillent et la vieille maman qui a mal aux jambes. Car, hélas, contrairement à la ville imaginaire de la DSP, Montréal n'est pas peuplée que de cyclistes de 25 ans.

La piétonnisation priverait la rue Sainte-Catherine de 484 espaces de stationnement. C'est peu en chiffres absolus, mais c'est beaucoup, compte tenu de la pénurie de stationnements au centre-ville. Or, la rue Sainte-Catherine est depuis toujours une artère commerciale, non pas destinée aux jardins bucoliques et aux petites boutiques cool et haut de gamme, mais aux grands commerces de détail. Un endroit où, mis à part les résidants du secteur, qui y ont leurs habitudes, on va par affaires, pour magasiner.

A-t-on pensé à l'engorgement que la piétonnisation, rue Sainte-Catherine Ouest, entraînerait dans les rues Sherbrooke, de Maisonneuve ou dans le boulevard René-Lévesque? À la pollution qui en résulterait? Et aux effets pervers de la piétonnisation, qu'on a mesurés lorsque cette mesure a été expérimentée rue Crescent? La rue était devenue une taverne à ciel ouvert où campaient les marginaux et les revendeurs de drogue et les commerçants ont supplié la ville de mettre fin à l'expérience.

Pour assurer la sécurité dans un centre-ville, il faut surtout éviter la stagnation. Inciter les gens à circuler, en favorisant l'activité plutôt que la flânerie. Y attirer, enfin, le plus grand nombre de gens possible par tous les moyens de transport possibles.

La piétonnisation, avertissait l'urbaniste Jean-Claude Marsan il y a déjà plusieurs années, est une idée des années 70. Depuis, on s'est rendu compte que «l'auto fait partie de la culture de la rue».

Effectivement, la piétonnisation est une formule que les villes les plus intéressantes, de par le monde, réservent à des tronçons de rue ou à des avenues secondaires. En règle générale, on ne piétonnise pas sur un mode permanent les artères majeures des centres-ville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer