À quoi donc sert le Bloc?

Daniel Paillé à démissionner de son poste de... (Photo Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Daniel Paillé à démissionner de son poste de chef du Bloc québécois cette semaine, pour des raisons de santé.

Photo Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au départ, le Bloc québécois était un non-sens, puisque la souveraineté ne peut se faire qu'au Québec. Son existence est aujourd'hui encore moins justifiée qu'auparavant.

La preuve en est que personne, parmi les politiciens de quelque envergure susceptibles de succéder à Daniel Paillé, n'est intéressé: ni Duceppe, ni Curzi, ni Pierre Paquette. Même Bernard Landry, le fidèle entre tous qui a, contre l'opinion de René Lévesque, porté ce parti sur les fonts baptismaux et ne détesterait pas retrouver un rôle de premier plan, ne se lancera pas dans pareille aventure.

Avec quatre députés et une visibilité nulle, la côte à remonter serait énorme.

Il y a plus. Le Bloc, après avoir été longtemps la vache à lait du Parti québécois, est devenu un parasite pour le mouvement souverainiste.

À l'époque lointaine où il raflait la majorité des sièges au Québec, le Bloc roulait sur l'or. Les subventions fédérales correspondant au nombre de votes reçus lui assuraient une caisse électorale d'autant mieux garnie que le parti, ne faisant campagne qu'au Québec, encourait beaucoup moins de dépenses électorales que les partis pancanadiens.

Alors que les « vrais » chefs fédéraux devaient sillonner le pays en avion, M. Duceppe pouvait se contenter d'un autobus pour visiter la grande majorité des comtés québécois.

La manne fédérale se déversait indirectement sur les péquistes. Les députés bloquistes, très bien rémunérés, le personnel politique attaché à l'aile parlementaire et aux bureaux de comtés du Bloc constituaient autant de travailleurs bénévoles dont le PQ pouvait bénéficier lors d'élections provinciales.

Cet âge d'or est révolu. Avec seulement quatre députés élus en 2011, le Bloc reçoit peu de subventions, et ces subventions sont à la veille d'être éliminées.

À son départ, l'ancien premier ministre Chrétien avait resserré les règles du financement privé sur le modèle du Québec. Le gouvernement Harper allait ensuite diminuer les subventions aux partis politiques, qui passeront en 2014 de 2$ à 1,50$ par vote. Et à partir de 2015, le robinet fédéral sera complètement tari, en vertu du principe cher aux conservateurs que ce sont les militants, et non les contribuables, qui doivent financer les partis politiques.

Jusqu'à la débâcle de 2011, le Bloc pouvait vivre des subventions fédérales sans se soucier d'avoir à organiser des campagnes de financement. Il devra maintenant aller quémander sa pitance auprès de ses membres, et se trouvera donc à concurrencer le PQ, qui s'alimente à peu près au même bassin de souverainistes.

Si encore le Bloc, malgré ses problèmes financiers, servait à quelque chose, sa survie aurait un sens. Mais sur le fond, le bilan du Bloc, après 23 ans d'existence, est d'une stérilité totale.

Ce parti a-t-il fait avancer la cause de la souveraineté? Pas du tout.

A-t-il servi les intérêts des Québécois? Pas davantage. En entraînant les électeurs sur une voie de garage, il a écarté le Québec du centre du pouvoir en l'enfermant dans un statut d'opposition perpétuelle.

Le Bloc n'a même pas réussi à faire sortir de ses gonds le reste du Canada et à provoquer, dans le reste du pays, du ressentiment contre le Québec (ce qui, dans une perspective militante, aurait pu en retour réactiver le sentiment souverainiste).

Pour le Canada anglais, le Bloc était un irritant, surtout à l'époque où il formait l'Opposition officielle. Mais ce n'est pas le Bloc qui a semé le ressentiment envers le Québec. Ce sont les décisions et les attitudes du gouvernement québécois, de la clause nonobstant de Bourassa à la charte du gouvernement Marois cette année.

Le Bloc, plus que jamais, est une incongruité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer