Interprètes demandés!

Partager

Sur le même thème

Oui, Pauline Marois a fait des progrès en anglais. Mais comme elle partait de très loin, elle n'a pas le niveau de compétence requis pour s'exprimer en anglais dans des représentations officielles.

Chez nous, les anglos sont habitués à la voir bredouiller leur langue lors des occasions rarissimes où elle se résout à parler anglais, et ils ne s'en formalisent pas. Il n'en va pas de même à l'étranger, où l'on s'attend à ce qu'un chef de gouvernement puisse s'exprimer correctement - ou alors à ce qu'il soit accompagné d'un interprète.

Lors de sa fameuse entrevue à la BBC, Mme Marois était souriante et sûre d'elle (bien trop sûre d'elle, compte tenu de ses capacités), et comme c'est une «verbomotrice», elle avait un bon débit.

Hélas, une bonne partie de ce qu'elle disait était incompréhensible pour des gens non entraînés à déceler les gallicismes.

Elle parlait de la «strange identity» des Écossais (au lieu de «strong»), elle disait «split» pour «share», «competence» pour «jurisdiction», «deception» pour «disappointment», «made» pour «did», «give lesson» pour «lecture», «interesting» pour «interested», «do a choice» pour «make a choice», «heard» pour «hear», ainsi de suite... Tantôt, elle faisait suivre un «when» d'un verbe au futur, tantôt elle désignait un gouvernement comme «he» au lieu de «it».

Les «h» aspirés étaient inexistants, mais c'était le moindre des problèmes. Le plus grave, c'est que ses limitations linguistiques rendaient ses explications confuses et incohérentes.

Elle aurait été une directrice de troupe de danse en visite à Édimbourg, ce jargon aurait passé, à la rigueur. Mais de la part d'un chef de gouvernement, à plus forte raison d'un chef de gouvernement nord-américain, franchement, ça faisait plouc.

On a malheureusement l'impression que Mme Marois connaît si mal l'anglais qu'elle s'imagine que son anglais est passable.

Mme Marois aime parler de fierté, alors qu'elle préserve celle des Québécois, qui ont le droit d'être représentés dignement à l'étranger.

Il n'y a pas de honte à utiliser un interprète. C'est ce que font les politiciens français, notoirement unilingues, quand ils sont en visite officielle dans des pays anglophones. Ici comme ailleurs, on ne compte plus les personnalités qui ont été interviewées via un interprète.

En fait, l'une des règles de la diplomatie internationale est qu'un dignitaire politique, même quand il peut se débrouiller dans la langue du pays hôte, devrait toujours parler sa langue maternelle dans ses représentations officielles, histoire d'éviter les impairs linguistiques et les gaffes diplomatiques.

Mme Marois ne doit pas se fier aux ministres et fonctionnaires qui l'accompagnent dans ses tournées pour lui faire des traductions à la bonne franquette. Elle doit recourir aux services d'un interprète professionnel.

À la BBC, elle projetait une image de femme charmante et résolue. La médiation d'un interprète, loin de la desservir, lui aurait permis d'ajouter du contenu à l'image et de se faire comprendre de l'auditoire.

C'est avant d'arriver au pouvoir que Mme Marois aurait dû apprendre l'anglais. Il est trop tard maintenant, car elle n'en aura plus le temps, ses responsabilités étant trop écrasantes.

Il reste que cette carence, de la part d'une femme ambitieuse qui rêvait depuis longtemps d'être première ministre, est aussi inexplicable qu'inacceptable. Tous les chefs péquistes parlaient très bien anglais... Pourquoi pas elle, qui avait en plus les moyens de suivre des cours privés à domicile?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer