Olivier Primeau visait Occupation double

Olivier Primeau espérait animer Occupation double, selon notre chroniqueur.... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Olivier Primeau espérait animer Occupation double, selon notre chroniqueur.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Olivier Primeau, le visage médiatique du Beachclub, espérait fort, fort, fort devenir le prochain animateur d'Occupation double, à l'ombre des palmiers balinais.

Ce qu'Olivier Primeau vend aux dizaines de milliers de jeunes qui convergent vers son immense bar à ciel ouvert de Pointe-Calumet, c'est la culture hédoniste que véhicule aussi cette téléréalité ressuscitée par V.

Et autant à Occupation double qu'au Beachclub, on trouve le même prototype de l'enfant du millénaire bronzé, musclé, épilé, tatoué, bien peigné, bien roulé et siliconé.

Âgé de 31 ans, Olivier Primeau aime les caméras. Il se filme constamment pour nourrir ses populaires comptes Snapchat, Facebook et Instagram, sans compter les innombrables selfies qu'il prend à la chaîne avec ses admirateurs. Depuis la mise en ondes de l'émission Beachclub, il y a deux ans, l'entrepreneur originaire de Sainte-Martine a pris goût à la célébrité. Un peu trop, même, selon certains membres de son entourage.

Bref, Olivier Primeau - Oli Prime pour les intimes - s'est organisé pour que les patrons de V soient clairement mis au parfum de ses ambitions télévisuelles, me dit-on. 

«Olivier Primeau voulait être l'animateur d'Occupation double. Il se voyait vraiment animer ce show-là. Il était galvanisé par l'idée. Tout le monde a essayé de le raisonner, mais Olivier rêve d'être famous à la puissance 1000», avance une source impliquée dans cette saga, qui a requis l'anonymat pour parler.

Le problème, c'est que V n'a jamais considéré la candidature d'Olivier Primeau, qui ne possède aucune expérience pertinente dans le showbiz. Réflexe logique. Un utilisateur frénétique de Snapchat ne se transforme pas nécessairement en animateur chevronné. Et un réseau comme V ne confie pas non plus les commandes de l'émission la plus dispendieuse de son antenne à un débutant qui risque de torpiller le projet.

Par contre, V a offert à Olivier Primeau de passer les auditions pour devenir collaborateur occasionnel au talk-show OD+ en direct, qui décortiquera, sur les ondes de MusiquePlus, tous les rebondissements et rapprochements entre les candidats d'Occupation double.

Par «manque de temps», Olivier Primeau ne s'est jamais pointé aux tests de caméra. Pas grave. V était quand même prêt à lui accorder une chance et avait ajouté Olivier Primeau à la liste des commentateurs d'OD+ en direct aux côtés de Marie-Lyne Joncas, Laurie Doucet, Ève Côté, Fred Bastien, Valérie Daure ou Guillaume Pineault.

Puis, les relations entre V et Primeau se sont détériorées plus rapidement qu'une amourette entre Kaled et Cintia. Le jour de la conférence de presse du grand dévoilement d'Occupation double, V a appris qu'Olivier Primeau négociait, dans son dos, avec Québecor. Son nom a immédiatement été rayé du communiqué de presse, me rapportent des sources.

Olivier Primeau a-t-il déguerpi de chez V, sur un coup de tête, parce que son ego a été amoché de ne pas avoir été choisi pour s'envoler à Bali? Ou croyait-il sincèrement que ses affaires décupleraient en s'associant avec Québecor?

Joint la semaine dernière, Olivier Primeau a nié avoir voulu piloter Occupation double : «Il n'en a jamais été question. Il n'y a aucun froid entre V et moi, et je dois respecter mon contrat qui finit dans environ 10 mois. D'ici là, je me concentre au Beachclub, et tout est beau.»

Pourtant, V a envoyé des mises en demeure à son ancienne vedette, ce qui indique la présence d'un petit vortex polaire entre les deux clans, non? Passons.

Il était minuit moins une quand Olivier Primeau a débranché la troisième saison de la docusérie Beachclub, prévue à MusiquePlus l'automne prochain. Le calendrier des tournages avait été planifié en fonction des DJ qui se visseraient derrière les platines. Tout a été stoppé en catastrophe après la défection de Primeau chez Québecor.

Selon mes espions, la deuxième saison de Beachclub, diffusée à MusiquePlus cet automne, a été plus compliquée à orchestrer que la première. Comme Olivier Primeau s'impliquait de moins en moins dans la gestion quotidienne du bar, les producteurs de chez Datsit ont braqué leurs caméras sur d'autres personnages, dont le directeur général du Beachclub Jean-Louis Labrecque, qui a été très payant pour l'émission en raison de son franc-parler.

«Mais Olivier se plaignait de ne pas être assez présent dans son propre show. C'est amusant, faire des selfies, mais ça ne fait pas de bonnes émissions de télévision», observe une taupe.

C'est évident qu'Olivier Primeau lorgne un partenariat avec Gestev, division spectacle de Québecor qui gère notamment le Centre Vidéotron et la Baie de Beauport. Deux endroits parfaits pour organiser des fêtes alcoolisées et des prestations de DJ internationaux.

Aux dernières nouvelles, tout ça est sur la glace. De «beach day, every day», on est officiellement passé à «beach day, not today».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer