Lietteville se renouvelle!

L'aumônier de Lietteville, Georges Ste-Marie (Paul Doucet), a... (Photo Véro Boncompagni, fournie par ICI Radio-Canada)

Agrandir

L'aumônier de Lietteville, Georges Ste-Marie (Paul Doucet), a quitté la prison mardi. Ce n'est pas le seul départ auquel les téléspectateurs d'Unité 9 ont assisté dernièrement. Sur la photo, l'aumônier est au chevet de la détenue Marie Lamontagne (Guylaine Tremblay).

Photo Véro Boncompagni, fournie par ICI Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bye-bye l'aumônier Georges Ste-Marie (Paul Doucet), qui a quitté la prison mardi avec sa boîte de carton sous le bras. Adieu l'IPL Caroline Laplante (Salomé Corbo), partie rejoindre son fils à Sherbrooke. Et ciao l'infirmière transgenre Gwendoline Bachand (Patricia Larivière), qui a été virée comme une crêpe dans un restaurant Cora.

L'arrivée de la directrice par intérim de Lietteville, Marie-France Caron (Sophie Prégent), bouscule l'ordre établi, mettons. Georges, Caroline et Gwendoline ont bel et bien bouclé leur arc dramatique dans Unité 9. Ils ne reviendront plus. Et la purge n'est pas terminée, avertit l'auteure de la populaire série, Danielle Trottier.

Pourtant, la remplaçante de Despins (François Papineau) n'a pas été greffée à l'histoire pour provoquer un exode de personnages principaux à la Walking Dead (aïe!) ou Game of Thrones (ouille!).

«L'objectif de Marie-France Caron n'était pas de faire le ménage. C'est surtout pour montrer comment la direction d'une prison peut changer la philosophie à l'intérieur des murs. Marie-France a un rapport plus affectif avec les femmes. Elle espère sincèrement aider les détenues», explique Danielle Trottier, scénariste d'Unité 9.

Les employés de Lietteville qui contestent ses méthodes de travail ont intérêt à rafraîchir leur CV. N'est-ce pas, Martin Lavallée (Normand Daneau)? Dites-vous cependant que Normand Despins n'abandonnera pas aussi facilement sa garde rapprochée. Il a sacré pour la première fois cette semaine, signe qu'il a atteint sa limite de tolérance personnelle.

Honnêtement, ce coup de balai dans Unité 9 était nécessaire, je trouve, après presque cinq saisons en ondes. Il permettra de fermer des dossiers qui stagnaient et d'en rouvrir de nouveaux encore plus étonnants. Toutes les grandes séries expérimentent ce type de renouvellement.

Au sujet de l'aumônier Georges, la créatrice de la série, Danielle Trottier, note: «Il ne pouvait pas retomber en amour avec une autre détenue. Ce personnage a vécu des choses très intenses avec Marie Lamontagne [Guylaine Tremblay]. C'est un cycle naturel qu'il parte.» Mini-scoop: une aumônière se pointera après Noël.

Même constat pour l'IPL Caroline Laplante: «Elle a vécu beaucoup de choses avec Jeanne et avec la détenue Sizzla [Ayisha Issa]. À l'exception de Marie, il y a des limites à ce qu'un personnage peut traverser.»

Quant à l'infirmière Gwendoline, qui a connu un départ abrupt cet automne, Danielle Trottier ne pensait pas qu'elle résonnerait aussi fort auprès des fans d'Unité 9. «L'erreur que j'ai faite, c'est de donner à Gwendoline une dimension humaine trop intéressante.

Normalement, l'infirmière de la prison sert à mettre en valeur les détenues. Mon but n'était pas d'en faire un personnage principal. Mais la comédienne [Patricia Larivière] a tellement été wow! que les gens l'ont aimée tout de suite», détaille Danielle Trottier.

Une saison complète d'Unité 9, qui joue de septembre à avril à Radio-Canada, équivaut à environ six mois dans la vie des détenues. Ça ne fait donc pas cinq ans que Marie Lamontagne est incarcérée, mais environ deux ans et demi.

Danielle Trottier admet que le défi de durer s'avère de plus en plus difficile. «Il faut que mes nouveaux personnages soient aussi complexes et qu'ils aient un potentiel d'attachement aussi grand. Avec Unité 9, je travaille avec une productrice [Fabienne Larouche] qui n'a pas froid aux yeux. Quand j'écrivais La promesse à TVA, j'ai maintenu en vie des personnages artificiellement. Parce que ça fonctionnait comme ça à l'époque: tu avais une distribution et tu la conservais jusqu'à la fin. C'est plus naturel que les personnages entrent et sortent, plutôt qu'ils restent trop longtemps», explique Danielle Trottier.

La sortie de la détenue Michèle Paquette (Catherine Proulx-Lemay), une des plus appréciées de l'émission, a quasiment choqué les fans en décembre. Pourquoi rayer du récit une femme aussi «payante»? «Sa sentence était terminée. Je ne peux pas garder indéfiniment un personnage en prison», glisse Danielle Trottier.

C'est un sort similaire qui guette Suzanne Beauchemin (Céline Bonnier), dont la libération approche. Préparez-vous à lui dire au revoir.

Mardi soir, Unité 9 a renoué devant 1 704 000 téléspectateurs avec son côté érotique. La scène de lit entre Jeanne (Ève Landry) et Cameron (Karelle Tremblay) était particulièrement osée. Le brouillard s'est également dissipé à propos du passé olé olé de l'avocate Kim Vanier (Élise Guilbault).

Toujours mardi, la fiche de la détenue en cavale Annie Surprenant (Anne Casabonne) a fait une apparition remarquée dans le bureau du responsable de la sécurité, Marco Choquette (Mathieu Baron). Ne sautez pas aux conclusions tout de suite: Annie ne rentrera pas au bercail, pas plus que monsieur Musique (Jean Marchand) et Laurence (Sarah-Jeanne Labrosse). Ils ont passé go, réclamé leurs 200 $, et pas question de se poser sur la case prison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer