Le retour des Chefs!, version junior

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ouille! La relève de TVA, qui s'amène dans vos téléviseurs jeudi à 20 h, bouffera beaucoup de cotes d'écoute aux Dieux de la danse à Radio-Canada. Reste à mesurer dans quelle proportion maintenant.

Car cette version junior calquée sur Les chefs!, qui aligne 20 cuistots de 10 à 14 ans, a du rythme, du punch et une bonne quantité d'émotions au millilitre. C'est comme se brancher sur (feu) Les chefs!, mais avec de jeunes candidats très allumés, qui connaissent déjà un paquet d'astuces culinaires.

Ces enfants ont clairement grandi dans des familles d'épicuriens qui trippent sur Josée di Stasio et les livres de Yotam Ottolenghi. Il le faut pour pousser des blagues de tataki ou préparer une purée de pommes de terre, façon grand-mère, à 11 ans. Au même âge, les animateurs Chuck Hughes et Hakim Chajar ne maîtrisaient aucunement les mêmes techniques que leurs apprentis.

Dans La relève, Chuck Hughes et Hakim Chajar dirigent chacun une brigade, les jaunes et les verts. À la fin des épisodes, deux membres (un dans chaque équipe) quittent la cuisine. C'est le moment le plus difficile à supporter: quand un des minis apprend qu'il raccroche son tablier. Ses yeux se remplissent d'eau. Les nôtres aussi. Gardez la boîte de mouchoirs près de la télécommande.

Comme aux Chefs!, les moins doués s'affrontent dans un défi très stressant et relevé. Du genre: confectionner et cuire des dumplings en 22 minutes. Les candidats sauvés de l'élimination les observent dans un salon adjacent et ne se gênent pas pour commenter ce qui mijote aux fourneaux.

Il ne se dit rien de mesquin ou de méchant, rassurez-vous. Même que ces futures stars de la cuisine s'entraident pas mal plus que ce que la téléréalité pour adultes nous offre habituellement.

Accentuée par le chrono, la pression est quand même intense sur ces aspirants Ricardo. Parfois, un concurrent craque et panique. Ça, c'est moins rigolo. Heureusement, Chuck et Hakim volent alors à sa rescousse et le remettent en selle.

Les critères d'évaluation des plats n'ont pas été baissés en raison de l'âge des participants: pas assez d'assaisonnement, trop de cuisson ou texture douteuse, les chefs mentors, qui évaluent leurs ouailles, exigent beaucoup d'eux.

Les 20 cuisiniers de La relève en ont dedans, vous allez voir. Ça rigole, ça fout le bordel dans la cuisine, ça désosse un poulet sans problème et ça concocte un mi-cuit sans recette sous les yeux. Vraiment, ils sont craquants et bourrés de talent.

Le succès de l'automne

Quelle a été l'émission la plus populaire, jeudi soir, tous réseaux confondus? La quotidienne District 31, qui a planté 854 000 personnes devant leur petit écran. Les enquêteurs de Radio-Canada ont ainsi expédié au tapis Le tricheur à TVA (751 000), de même que Les dieux de la danse (689 000) et Infoman (644 000).

Après trois semaines en ondes, l'intrigue tricotée par le scénariste Luc Dionne prend de la profondeur et se déploie sur plusieurs niveaux. C'est très habile. La disparition du jeune Théo, point central de la série, a été temporairement mise sur la glace pour élucider l'assassinat de l'adolescente Julie Meloche.

Coup de théâtre: les empreintes du lieutenant-détective Laurent Cloutier (Patrick Labbé) ont été relevées sur le couteau ayant servi à tuer la copine de son fils hockeyeur (Robert Naylor). L'aspect suspense de District 31 est d'une efficacité redoutable. L'auteur nous envoie sur différentes pistes, toutes aussi plausibles les unes que les autres, et nous force à collecter les indices comme les policiers Nadine (Magalie Lépine-Blondeau) et Patrick (Vincent-Guillaume Otis).

Toujours plus de Céline

C'est dommage, car l'Accès illimité à Céline Dion, qui a nécessité une quantité colossale de travail, atterrissait un peu tard dans le calendrier de promotion. Céline a été vue et entendue partout récemment: chez France Beaudoin, à Sucré, salé, chez Ellen DeGeneres, chez Jimmy Fallon et même chez Michel Drucker samedi soir. La diva avait pas mal vidé sa sacoche d'anecdotes.

L'avantage de Jean-Philippe Dion sur ses rivaux, c'est qu'il a percé la bulle d'intimité de la pop star en visitant notamment la suite du Royal Monceau, à Paris, où elle entrepose ses sacs à main, ses robes et ses chaussures. Une boutique en soi. L'animateur a longuement placoté avec Céline dans son jet privé. Elle lui a confié adorer le baloney cuit dans le beurre. Notre Céline 100 % québécoise, extra patates pilées au navet, n'a pas déçu.

C'est ce qu'on aime d'Accès illimité: les coulisses des grands arénas, les entrevues à chaud avant et après les performances, les sorties de scène, les séquences captées en studio et les voyages en limousine. Bref, tout ce que les caméras montrent rarement. Nous avons donc été gâtés par cet épisode distrayant, qui a été vu par 1 210 000 personnes.

TVA a connu un gros dimanche soir avec 2 060 000 téléphages branchés sur La voix junior et 1 206 000 autres qui ont visionné Vlog. À Radio-Canada, Tout le monde en parle a retenu l'attention de 863 000 fidèles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer