Plaidoyer pour nos beaux dimanches

Ricardo Trogi, Kim Lévesque Lizotte et Anne-Élisabeth Bossé... (Photo Karine Dufour, fournie par ICI Radio-Canada)

Agrandir

Ricardo Trogi, Kim Lévesque Lizotte et Anne-Élisabeth Bossé à Tout le monde en parle.

Photo Karine Dufour, fournie par ICI Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Rares sont les émissions québécoises qui durent depuis 13 saisons et qui restent pertinentes.

Le retour de Tout le monde en parle dimanche soir, avec sa tablée variée et allumée, a prouvé que cette formule ne perd pas de vitesse, malgré les années qui s'accumulent au compteur. En fait, tant qu'il existera des invités captivants et de l'actualité foisonnante, l'émission pilotée par Guy A. Lepage pourra garder l'antenne encore très longtemps.

Et avec la disparition du 125, Marie-Anne de Christiane Charette et de Bazzo.TV de Marie-France Bazzo, c'est essentiel que notre télévision présente encore ces grands plateaux en heure de grande écoute, où il se brasse des idées et où éclatent des controverses.

C'est une belle spécificité, qui nous distingue de la télé américaine ou canadienne-anglaise, dont les dimanches soirs ne carburent qu'aux téléséries de fiction et au football.

Même si on l'avait aperçue à En mode Salvail et au gala des Gémeaux, l'animatrice Josée Boudreault, accompagnée de son conjoint, le scénariste Louis-Philippe Rivard, a été inspirante et touchante.

Ça démarrait très bien cet épisode, où les convives se sont glissés de façon intelligente dans les segments des autres. Bien aimé aussi la présence d'une partie de l'équipe des Simone, dont Anne-Élisabeth Bossé et Kim Lévesque Lizotte, qui ont posé des questions fort à propos à Jean-Marc Léger et à Mitch Garber.

D'ailleurs, je préfère cette Kim Lévesque Lizotte plus posée et au discours structuré à celle qui tirait maladroitement sur tout ce qui bougeait dans ses monologues d'humour relayés à Selon l'opinion comique de MAtv.

Pendant cette soirée de grand-messe dominicale, le directeur des programmes de Télé-Québec, Denis Dubois, a envoyé un gazouillis controversé déplorant la métamorphose de Tout le monde en parle en «show de plogues», parce que Guy A. Lepage consacrait deux entrevues à des émissions émanant de la tour: Les Simone et Mes petits malheurs.

C'est très rare qu'un patron d'une chaîne rivale écorche publiquement une production d'un compétiteur. Normalement, les dirigeants se gardent une petite gêne. Cette sortie, qui provenait de nulle part, était déplacée. Guy A. Lepage l'a qualifiée de cheap shot. Le tweet litigieux a été effacé et Denis Dubois s'est excusé de sa maladresse lundi après-midi.

Il est vrai que Tout le monde en parle accueille régulièrement des artisans de la maison, ce qui peut devenir agaçant. En même temps, l'équipe de Guy A. Lepage ne boude pas les vedettes de Télé-Québec, au contraire.

Uniquement l'an dernier, Tout le monde en parle a reçu des têtes d'affiche de la série réalité De garde 24/7, des participants au documentaire L'amour au temps du numérique de Sophie Lambert, Rafaële Germain du club de lecture de Bazzo.TV, Marie Soleil Dion de Like-moi! et Subito texto, Lili Boisvert pour la websérie Les brutes ainsi que Stéphane Bellavance de Génial!, sans oublier les visages réguliers Jean-Philippe Wauthier et Patrick Lagacé de Deux hommes en or, de même que Richard Martineau et Benoît Dutrizac des Francs-tireurs, de passage chez Guy A. au printemps 2014.

Comme l'a admis Denis Dubois dans un message rempli de contrition lundi, parfois, il faut tourner ses pouces sept fois avant de tweeter. Leçon apprise et comprise.

Nos séries s'illustrent

La version anglophone de 19-2 et la quotidienne 30 vies de la SRC ont toutes deux été repêchées en prévision du gala des International Emmy Awards, qui attribuera ses récompenses le lundi 21 novembre à New York.

Dans la catégorie «telenovela», la saison de 30 vies mettant en vedette Émile Proulx-Cloutier dans le rôle du prof de musique affrontera deux titres brésiliens (Rules of the Game et Hidden Truths) et une production des Philippines, Bridges of Love.

Du côté des séries dramatiques, 19-2 de la chaîne Bravo se battra contre La Casa Del Mar de l'Argentine, Deutschland de l'Allemagne et Waiting for Jasmin des Émirats arabes unis.

Il s'agit de la troisième sélection de 30 vies à ce concours international. La série de Fabienne Larouche n'y a pas encore triomphé. À l'automne 2014, le travail de Claude Legault dans le 19-2 francophone y avait également été remarqué, sans toutefois être accompagné d'un trophée.

Le chiffrier de la télé

Quatre émissions millionnaires à la télé dimanche soir, dont trois à TVA: Le banquier (1 426 000), Messmer fascine les stars (1 161 000), Tout le monde en parle (1 133 000) et Vlog (1 089 000). Samedi soir, TVA Sports a cartonné avec la retransmission de la demi-finale Canada-Russie (1 190 000), tandis qu'En direct de l'univers a été visionné par 798 000 personnes. Vendredi soir, la première d'Info, sexe et mensonges a rejoint 137 000 fans de Marc Labrèche. Paparagilles s'est maintenu à 120 000 téléspectateurs et 80 000 ont traversé à C'est juste de la TV.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer