Les week-ends de Fabienne

Fabienne Larouche aura accouché de 660 épisodes de... (PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Fabienne Larouche aura accouché de 660 épisodes de 30 vies et de 1740 demi-heures de Virginie depuis 1996.

PHOTO NINON PEDNAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après 20 ans à arpenter les corridors de l'école Sainte-Jeanne-d'Arc et ceux du Vieux-Havre, la prolifique auteure Fabienne Larouche a terminé jeudi soir son examen télévisuel du milieu de l'enseignement avec la diffusion du tout dernier épisode de 30 vies à Radio-Canada.

L'écriture d'une série quotidienne, qui exige une discipline de fer et une imagination de feu, c'est terminé pour Fabienne, qui aura accouché de 660 épisodes de 30 vies et de 1740 demi-heures de Virginie depuis 1996. «J'ai tout donné. Je n'ai jamais raté un deadline en 20 ans», raconte Fabienne Larouche, 57 ans, jointe mercredi en Floride.

Pendant cette période de création quasi monastique, la scénariste et productrice a toujours bossé les week-ends. Mais depuis qu'elle a remis à la SRC la dernière de ses 96 000 pages de texte, à la mi-mars, Fabienne Larouche goûte au plaisir de passer ses samedis soir, bien relax, à regarder des films avec son mari et partenaire d'affaires, Michel Trudeau.

«C'est nouveau pour moi. C'est comme si je retrouvais ma liberté. Depuis 20 ans, j'ai juste des histoires d'enseignement dans la tête. Je suis toujours à l'affût.»

L'auteure promet une finale de 30 vies percutante et émouvante pour la prof Isabelle (Julie Perreault) et son turbulent groupe 57. «C'est une belle fin, ce n'est pas une fin boboche. Ceux qui suivent mes histoires vont être touchés. C'est certain qu'il y aura un drame, mais aussi de la lumière au bout du tunnel. Je boucle la boucle complètement», résume l'auteure.

Avec sa compagnie Aetios, Fabienne Larouche chapeaute la fabrication des émissions Unité 9, Blue Moon, Ruptures, Sur-Vie, en plus des films Les Bougon, le thriller La loi martiale de Claude Robinson et l'adaptation du roman La promesse de la collègue Michèle Ouimet.

C'est également la boîte Aetios qui manufacturera la quotidienne policière District 31 du scénariste Luc Dionne (Blue Moon), qui jouera cet automne, du lundi au jeudi, dans l'ancienne case de 30 vies. On y suivra deux enquêteurs d'un poste de quartier montréalais qui devront résoudre une ribambelle de crimes variés.

Sur la route du retour de la Floride - elle a toujours une peur bleue de l'avion -, Fabienne Larouche s'offrira trois jours de vacances à Disney World, à Orlando, son premier temps d'arrêt depuis des lunes.

Et même si elle ne pondra plus d'émissions au quotidien, Super Fab n'entend pas ralentir sa cadence de travail, oh que non. «Je marche cinq kilomètres par jour, je mange super bien. Attention, j'arrive», prévient-elle.

Lire ferme les livres

La mauvaise nouvelle a été récemment communiquée à l'équipe: la chaîne ARTV ne reconduira pas le magazine Lire pour une cinquième saison, ai-je appris. Le salon mauve de l'animatrice Claudia Larochelle ne rouvrira donc pas ses portes à la rentrée.

La raison du débranchement? «Il y avait des choix difficiles à faire. Nous pensons que la meilleure façon de communiquer des recommandations de livres passe maintenant par le numérique, notamment avec le club de lecture», soutient la porte-parole d'ARTV, Hélène Beauséjour.

Il ne reste plus beaucoup d'espace où il est possible de jaser de bouquins au petit écran québécois. Bazzo.TV avait son cercle littéraire, mais l'émission a été retirée de la grille de Télé-Québec. Esprit critique en fait un peu. Et MAtv, la chaîne des abonnés de Vidéotron, a suspendu, au printemps 2015, la présentation du magazine Tout le monde tout lu de Jean Barbe en raison d'une application plus stricte des règles du CRTC.

Des épisodes de Tout le monde tout lu, enregistrés il y a 18 mois, seront toutefois écoulés à l'été.

Nouvelle équipe au Bye Bye

Ça serait fort étonnant qu'Hélène Bourgeois Leclerc, Laurent Paquin, Véronique Claveau et Pierre Brassard renfilent costumes et perruques au Bye Bye 2016. Radio-Canada a en effet annoncé mercredi un remaniement à la tête de sa populaire revue de fin d'année, qui a été confiée à l'auteur et réalisateur Simon Olivier Fecteau (Ces gars-là), ainsi qu'au producteur Guillaume Lespérance (Tout le monde en parle, Un souper presque parfait, Qui êtes-vous?).

«C'est certain qu'il va y avoir des changements importants. On ne va pas refaire la même chose», note le producteur Guillaume Lespérance, de la compagnie A Média.

La boîte de production de Louis Morissette, KOTV, restera au générique du Bye Bye 2016 à titre de coproducteur. «J'ai fait sept Bye Bye dans les huit dernières années. J'avais envie que quelqu'un d'autre reprenne la conception. Je reste comme producteur, mais uniquement pour appuyer Simon Olivier et Guillaume, pour les conseiller et leur éviter des pièges. Mettons qu'on a appris beaucoup de choses avec nos bons et nos mauvais coups au Bye Bye», détaille Louis Morissette.

C'est Louis Morissette qui a d'ailleurs pris contact avec Simon Olivier Fecteau et Guillaume Lespérance pour leur passer officiellement le flambeau. «On prend officiellement le contrôle du Bye Bye», glisse Guillaume Lespérance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer