Macha Limonchik: la femme qui fuit

L'auteur Stéphane Bourguignon pose avec une partie de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

L'auteur Stéphane Bourguignon pose avec une partie de l'impressionnante distribution de Fatale-Station: Macha Limonchik, Micheline Lanctôt et Denis Bernard.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y a pas encore une seule scène de tournée que déjà la télésérie Fatale-Station de l'écrivain Stéphane Bourguignon suscite frissons et excitation dans notre merveilleux monde de la télévision.

En se basant uniquement sur les textes, la chaîne publique européenne Arte a acheté les droits de diffusion de ce thriller radio-canadien produit par Attraction Images et le doublera en allemand pour sa clientèle germanophone.

La distribution de Fatale-Station, le nom du village perdu où l'intrigue a été plantée, en jette avec Macha Limonchik, Claude Legault, Denis Bernard et Micheline Lanctôt dans les rôles principaux. Et l'histoire, tricotée par le talentueux Stéphane Bourguignon, créateur de La vie la vie et de Tout sur moi, s'annonce haletante.

Avant de plonger dans le récit, les détails techniques: Fatale-Station jouera sur l'Extra de Tou.TV en 2017. Pas question, pour l'instant, d'une diffusion sur l'antenne principale. Pas de date plus précise, non plus, pour la mise à feu. Une chose a cependant été coulée dans le béton mercredi: les 10 épisodes d'une heure de ce suspense nous seront livrés d'une traite, comme sur Netflix.

Alors, qu'est-ce qui pousse Sarah Dembski (Macha Limonchik), dont la vie est en danger, à fuir et à se réfugier à Fatale-Station, le dernier bled perdu au bout de la route? Nous découvrirons au fil des épisodes quel homme menace Sarah et pourquoi.

Cette femme séduisante, avenante et mystérieuse cache évidemment des éléments de son passé. Mais quoi, au juste?

«Sarah a un plan. Elle n'a pas choisi le village de Fatale-Station pour rien. C'est un personnage très fort, qui prend des risques et qui est en état de survie. Elle n'a plus rien à perdre. Elle est peut-être manipulatrice, mais au fond, c'est une bonne personne», révèle l'auteur Stéphane Bourguignon, qui a imaginé Sarah avec sa conjointe Macha Limonchik en tête.

À l'image du Survenant, l'arrivée de l'étrangère bousculera la vie quotidienne de cette petite communauté tranquille, qui ne dispose même pas d'un service de police. Sarah se liera rapidement d'amitié avec Eddy (Claude Legault), le gérant de la seule taverne du coin, et en découdra avec la puissante matriarche O'Gallagher (Micheline Lanctôt), qui possède 75 % des bâtiments et installations de Fatale-Station.

Denis Bernard incarnera le maire de l'endroit. Sa femme Johanne, catatonique depuis un an, renaîtra même au passage de Sarah Dembski. Parmi les autres personnages de Fatale-Station, il y aura Corbeau, un Blanc qui se fait passer pour un autochtone, et la coiffeuse Carolanne, dont le mari handicapé a été reconnu coupable de fraude.

Selon Stéphane Bourguignon, les sujets abordés dans Fatale-Station «viendront du ventre»: désir, jalousie, vengeance. Il s'agira d'une série moderne, mais qui se déroule à la campagne.

Récemment, Stéphane Bourguignon a consommé The Leftovers, Rectify et Breaking Bad. «J'essaie de tout regarder. J'ai bien aimé la courbe du personnage principal de Breaking Bad. Il nous a amenés dans des zones inconfortables et il a mis en danger le lien d'affection qu'il avait avec les téléspectateurs», note le scénariste.

Et que Fatale-Station loge sur un service numérique ne le dérange aucunement. «Les séries que je consomme, je les consomme sur ces plateformes-là. J'essaie juste de faire un estie de bon show», explique Stéphane Bourguignon.

Après Nouvelle adresse, Rafaël Ouellet s'installera derrière la caméra de Fatale-Station, qui s'enregistrera de la fin mai à la fin août. Pour le style visuel, Rafaël Ouellet évoque Broadchurch.

On décèle aussi dans cette nouvelle production des touches de Twin Peaks, de Fargo et des Revenants, sans les éléments fantastiques. Stéphane Bourguignon souhaite que «le paysage mette une sorte de pression sur les gens».

Vraiment hâte de dévorer tout ça.

L'échappée à TVA

C'est connu, Yamaska s'éteindra le lundi 28 mars à TVA. Il ne reste donc que deux épisodes. La série qui remplacera ce téléroman d'Anne Boyer et Michel d'Astous à l'automne a été confiée à la scénariste Michelle Allen (Pour Sarah). Son titre? L'échappée. On y suivra une femme qui retourne vivre dans sa Gaspésie natale, me dit-on. TVA dévoilera toute la distribution de L'échappée bientôt.

Autre petite nouvelle: la prochaine série d'Isabelle Langlois (Mauvais karma), destinée à Radio-Canada, s'appelle Lâcher prise. Du moins, pour l'instant. Le nom ne ferait pas l'unanimité à l'interne. Encore Télévision (Les beaux malaises, Boomerang) en assurera la production.

Et ça raconte quoi, Lâcher prise? Ce n'est pas clair. Chères taupes adorées, pourriez-vous m'aider à creuser ce dossier?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer