Avantage Marc Dupré

Après avoir repris Straight Up de Paula Abdul, Patricia Bernier... (PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA)

Agrandir

Après avoir repris Straight Up de Paula Abdul, Patricia Bernier a jeté son dévolu sur Marc Dupré.

PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ariane Moffatt a été la première à compléter son équipe, dimanche soir. Marc Dupré a suivi. Puis, le bouton rouge de Pierre Lapointe a été désactivé. Et Éric Lapointe, le mal-aimé de la téléréalité de TVA, a ainsi pu repêcher la perle Lou-Adriane Cassidy, 18 ans, dont la relecture de La voix humaine de Catherine Major a été magnifique.

Beaucoup de maturité, de talent et d'assurance chez cette Lou-Adriane, fille de la chanteuse Paule-Andrée Cassidy. C'est évident qu'elle progressera au moins jusqu'aux chants de bataille de La voix.

Après cinq rondes d'auditions à l'aveugle, la compétition décollera (enfin) dimanche pour les premiers duels. En analysant les alignements des quatre coachs, un point saute aux yeux: sur papier, Marc Dupré a assemblé la formation la plus solide.

Sur le ring, il enverra des pros de la comédie musicale comme Geneviève Leclerc et Yvan Pedneault, des étoiles montantes à la Sophia-Rose Boulanger (15 ans) et Rebecca Fiset-Côté (17 ans) ainsi qu'une star du country, Mélanie Cormier. Difficile d'être plus diversifié.

Dimanche soir, Marc Dupré, le coach préféré des candidats, a été choisi par la mannequin énergique Patricia Bernier, 24 ans, qui a repris avec fougue Straight Up de Paula Abdul. Super look, jolie voix et personnalité pétillante, Patricia a tous les éléments pour devenir une popstar, un peu comme Liana Bureau l'an dernier.

Marc Dupré a aussi réussi à attraper la Janis Joplin québécoise, soit Pastel Soucy-Gagné, 31 ans, pourtant une bonne connaissance d'Éric Lapointe. Le lien amical entre Pastel et l'interprète de Marie-Stone a débouché sur la question la moins délicate - et la moins pertinente - de l'histoire de La voix, gracieuseté de Pierre Lapointe: as-tu couché avec? La question était destinée à Éric Lapointe, mais la pauvre Pastel a senti l'obligation de répondre: non, jamais. Malaise.

Autre beau malaise quand Pastel, fille de hippies, a lancé à Charles Lafortune qu'elle avait fait, comme ça, «un p'tit séjour à l'hôpital psychiatrique». Ce n'était pas nécessaire. On imaginait aisément, à travers la voix rocailleuse et éraillée de Pastel, les épreuves qu'elle a dû traverser.

Malgré son statut de coach éconduit, Éric Lapointe aligne d'excellents pointeurs comme l'intense Stéphanie St-Jean, la coqueluche Travis Cormier de même que le jeune crooner Markos Gonzalez Clemente. Le rockeur au regard intense compte deux membres du groupe vocal The Rainbows, soit Geneviève Paré, 30 ans, et David Latulippe, 25 ans, qui a interprété dimanche du Ben l'Oncle Soul en suant à grosses gouttes.

Dans mon livre à moi, Pierre Lapointe a le moins de chances de voir un de ses protégés se sauver avec les grands honneurs. 

Son équipe renferme des artistes au potentiel commercial, disons, plus limité. Je pense à Anna-Kim Léveillé (qui a fait Le petit papillon), à l'étrange Rafaëlle Lafrance et à la très théâtrale Ania El Maachir.

Pierre Lapointe a tout de même recruté dimanche la flamboyante Sabrina Bellemare, 31 ans, mieux connue sous son nom de scène de Sabrina Sabotage, la moitié du défunt duo Orange Orange.

Sans le savoir, Pierre Lapointe a également réuni les deux demi-frères David Rozon, 37 ans, et Simon Patenaude, 27 ans, qui baignent dans le même univers folk. Les opposera-t-il en duel dans les prochaines semaines?

Pour marquer des points, Ariane Moffatt se fiera assurément à Amélie Neault de Québec, Mary-Pier Guilbault de Drummondville et Élie Haroun de Montréal. La récolte de la coach au veston doré n'a toutefois pas été fameuse dimanche avec l'ajout de Stefanie Parnell, 25 ans, de Montréal, et Nicolas Muraton, 21 ans, d'Henryville, qu'Ariane était même prête à céder à son collègue Éric Lapointe.

Maintenant, avant de miser votre chèque de paie sur un Tim Brink ou une Anick Gagnon, pensez aux éléments suivants. Les gagnants de La voix sont toujours issus des régions, jamais de Montréal ou de sa banlieue. De Sainte-Anne-de-la-Pérade (Valérie Carpentier) à Ferme-Neuve (Yoan Garneau) en passant par Mont-Laurier (Kevin Bazinet), le vote des zones à l'extérieur du 514 et du 450 pèse très lourd dans le choix final.

Ensuite, sachez que La voix propulse des participants très, très jeunes au sommet. À 23 ans, Kevin Bazinet est le plus «vieux» des champions du concours télévisuel. Valérie Carpentier et Yoan Garneau n'avaient que 19 ans quand ils ont triomphé.

Finalement, sans vouloir souffler sur les braises du débat racial post-Bye bye 2015, les trois plus belles voix du Québec étaient, eh oui, trois «pure laine». Verra-t-on, un jour, un concurrent d'origine haïtienne ou un anglo du West Island repartir avec le chèque et le contrat de disque? Parce qu'on est en 2016, après tout.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • <em>La voix</em>: Tim et Mary-Pier passent aux directs

    Arts

    La voix: Tim et Mary-Pier passent aux directs

    Tim Brink et Mary-Pier Guilbault, les deux derniers représentants de la région toujours en lice à La voix, sont passés aux directs hier soir, mais le... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer