Wauthier et Salvail aux Gémeaux?

Jean-Philippe Wauthier... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jean-Philippe Wauthier

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après avoir copiloté la cérémonie de l'an passé avec Véronique Cloutier, Éric Salvail partagerait la scène avec Jean-Philippe Wauthier pour l'animation du 31e gala des Gémeaux, que Radio-Canada relaiera le dimanche 18 septembre.

Cette rumeur grondait très fort, mercredi, dans les corridors de la grande tour. Aucune confirmation n'a toutefois été émise. La SRC officialiserait la formation de ce nouveau duo (professionnel) en conférence téléphonique jeudi, me dit-on.

Et pourquoi Véro ne retourne-t-elle pas distribuer des trophées avec Éric Salvail? Parce qu'elle concentre ses énergies sur la confection de l'émission qui marquera son retour au petit écran en 2016-2017. En entrevue dans divers médias, elle a souvent répété qu'elle ne reprendrait pas son poste de maîtresse de cérémonie.

L'arrivée de Jean-Philippe Wauthier signalera-t-elle un virage plus mordant dans les textes? S'il conserve son style baveux de La soirée est (encore) jeune, ça risque d'être joliment grinçant. D'autant plus qu'Éric Salvail ne renie pas ce style d'humour plus caustique.

Éric Salvail et Jean-Philippe Wauthier ont un autre point commun. Non, il ne s'agit pas de leur amour des vêtements trop petits, mais bien de leur horaire de travail de premier ministre.

Éric Salvail gère sa propre boîte de production, Salvail & Co, qui chapeautera ce printemps les talk-shows de Pénélope McQuade, Jean-Luc Mongrain et Marie-Soleil Michon à la SRC. Éric tient les guides de deux quotidiennes (En mode Salvail à V et Éric et les fantastiques sur Énergie), en plus d'enregistrer Les recettes pompettes et le jeu Ce soir tout est permis.

Même si la confirmation n'a pas encore été étampée par Radio-Canada, Jean-Philippe Wauthier reviendra assurément aux Dieux de la danse, en plus de tenir les rênes de La soirée est (encore) jeune à ARTV et au 95,1 FM, sans oublier le magazine Deux hommes en or, que Télé-Québec a renouvelé pour le calendrier d'automne-hiver.

Rajoutez à la pile la 31e fête de la télévision québécoise et vous obtenez quasiment une nouvelle émission: Deux hommes en burnout.

Fini, Les jeunes loups et Signé M

Juste quand on commençait à digérer la mort tragique de Paula (France Castel), voilà qu'une autre tuile s'abat sur Les jeunes loups. Le journal Le Matin fermera pour de bon le lundi 14 mars après la diffusion du dixième et dernier épisode de la deuxième saison.

Les comédiens de la série de Réjean Tremblay ont en effet été avisés que TVA n'embarquait pas dans une troisième année. On ne tuera donc plus la une. Les cotes d'écoute sous la barre du million, conséquence directe de la présence des Pays d'en haut à Radio-Canada, ont certainement joué dans la retraite forcée des reporters dirigés par Maripier Renaud (Catherine Bérubé) et Claudie St-Laurent (Julie Perreault).

C'est également la fin pour la quotidienne culinaire Signé M de Louis-François Marcotte à TVA. La quatrième saison, qui se terminera le 24 mars, mettra un terme aux recettes concoctées par le chef-vedette. Signé M joue du lundi au jeudi à 10 h 30. Le Groupe TVA avait annoncé, à la mi-novembre, qu'il cessait d'imprimer la version papier de Signé M, ce qui n'augurait rien de bon pour la version télévisuelle.

Offensive musicale à Télé-Québec

Joli changement prévu à l'automne. Les génériques d'ouverture d'une trentaine d'émissions de Télé-Québec intégreront une chanson francophone dans un effort groupé de promotion de la musique fabriquée ici. Un peu à l'image d'Un chef à la cabane, qui utilise la pièce Y fait chaud de Lisa LeBlanc. Cette initiative durera pendant toute la saison 2016-2017.

Dans la semaine précédant le gala de l'ADISQ, Télé-Québec présentera aussi le documentaire d'une heure La musique à tout prix, qui fera le point sur la crise qui ébranle l'industrie du disque au Québec. Louis-Jean Cormier et Ariane Moffatt mèneront cette enquête, qui les touche directement.

D'album en album, Ariane Moffatt a vu ses ventes chuter dramatiquement.

«Je regarde les enfants et mes enfants, et ça me serre le coeur. Ils ne savent pas ce que c'est que de payer un disque ou d'acheter un album», se désole Louis-Jean Cormier.

Le but de l'opération n'est pas de faire la morale aux consommateurs qui achètent de la musique en anglais. L'iPhone de Louis-Jean Cormier contient d'ailleurs 80 % de titres anglos. Il s'agit plutôt de fouetter leur curiosité pour les produits québécois et de les sensibiliser aux difficultés que vivent les artistes de chez nous.

Pas question de jouer la carte de la pitié non plus. Les chanteurs québécois veulent qu'on les écoute parce qu'ils sont bons, et non par compassion. Car, comme l'a remarqué avec justesse Louis-Jean Cormier: «Le ratio de mauvaise musique est le même dans toutes les langues.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer