Petit ange, gros malaise

Sophia-Rose Boulanger a épaté la galerie avec sa... (Photo fournie par OSA Images et TVA)

Agrandir

Sophia-Rose Boulanger a épaté la galerie avec sa voix pure, angélique et cristalline.

Photo fournie par OSA Images et TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Enfin ! Beaucoup de bon matériel de La voix à décortiquer avec vous, dont quatre performances épatantes, qui ont galvanisé les téléspectateurs hier soir.

Mais tout d'abord, réglons le cas du malaise de la soirée. Il faut absolument se parler du passage de Jessy Bazinet, 22 ans, le petit frère des popstars Bobby Bazini et Kevin Bazinet, grand gagnant de la téléréalité de TVA l'an passé.

Comment dire : pourquoi les producteurs l'ont-ils poussé sur la scène au lieu de le protéger ? Manifestement, Jessy Bazinet, ultranerveux et timide, n'a pas hérité du même talent vocal que ses deux frangins. Et s'il n'avait pas porté le patronyme Bazinet, le jeune homme de Mont-Laurier n'aurait probablement jamais progressé jusqu'aux auditions à l'aveugle.

Dès que Jessy Bazinet a entonné (péniblement) les premières notes de Me voilà de Bryan Adams, nous nous sommes tous sentis mal collectivement, surtout que ses supporteurs oscillaient entre l'hystérie et l'apoplexie. C'était cruel de le jeter dans la fosse aux lions, comme ça, pour un coup de publicité. Il aurait été plus sage de lui laisser accumuler de l'expérience avant de le catapulter devant les caméras.

Côté positif, Sophia-Rose Boulanger, 15 ans, de Saint-Bruno, au Lac-Saint-Jean, a épaté la galerie avec sa voix pure, angélique et cristalline. Que de maturité et de contrôle pour un si jeune âge. En plus, elle est adorable et belle comme un coeur.

Belle acquisition pour l'équipe de Marc Dupré. Il sera intéressant de suivre Sophia-Rose, une pro du chant lyrique, dans son exploration d'autres styles musicaux.Ariane Moffatt a mis le grappin sur deux des quatre meilleurs artistes de la soirée d'hier : Tim Brink, 40 ans, de Lennoxville, et Amélie Nault, 34 ans, de Québec.

C'est Amélie Nault, la comique tatouée sur les deux bras, qui a fermé le bal en offrant une très jolie version de Skinny Love de Bon Iver. Le duo qu'Amélie a ensuite improvisé avec sa coach Ariane était tout aussi touchant. Tendre moment de télévision.

Quant à Tim Brink, c'est une bête de scène, super à l'aise et plus décontracté qu'un jean baggy. Un vrai rockeur dans l'âme, qui partage sûrement plus d'atomes crochus avec Éric Lapointe (il avait d'ailleurs enfoncé le bouton rouge avec son front !), mais qui bataillera aux côtés d'Ariane Moffatt dans les semaines à venir.

Éric Lapointe coachera la quatrième concurrente qui a été la plus impressionnante hier, soit Stéphanie St-Jean, 25 ans, la fille aux dreadlocks de Gatineau.

Une vraie bombe atomique d'énergie, celle-là. Et une voix puissante aux accents soul qui rappelle celles de Taylor Dayne et Anastacia, qui ont connu du succès dans les années 80 et 90.

On sentait qu'elle revenait de loin, cette Stéphanie. En entrevue avec Charles Lafortune, elle n'a rien caché : son trouble de personnalité limite l'a même conduite à l'hôpital psychiatrique.

Beaucoup d'autres drames dans le passé des candidats hier : père mort d'une crise cardiaque, père maniaco-dépressif qui s'est suicidé, violence conjugale, meilleur ami mort noyé. C'était beaucoup d'informations, déballées très rapidement.

En compagnie des familles, Charles Lafortune a été parfait. Il est très à l'aise avec les enfants et ne leur parle pas en bébé. Ça paraît que l'animateur a longtemps été aux commandes de L'école des fans. Charles Lafortune sait aussi faire preuve d'empathie sincère - notamment envers la participante Marjolaine Morasse, qui a interprété Sensualité - sans que ça paraisse forcé ou artificiel.

Après cette troisième ronde des auditions à l'aveugle, la formation de Pierre Lapointe m'apparaît toujours la plus faible des quatre. Pierre a ajouté deux membres à son équipe qui n'ont pas cassé la baraque : le chanteur folk nonchalant David Rozon, 37 ans, de Montréal, ainsi que la très (trop ?) théâtrale Ania El Maachir, 35 ans, qui a refait Belleville rendez-vous.

La multi-instrumentiste Léa Sanacore, complice professionnelle de Mario Pelchat, ne m'a pas jeté par terre avec sa relecture de Jolene de Dolly Parton. Même chose pour Jason Neil Tremblay (Pour Some Sugar On Me) et Sophia Bel (On va s'aimer encore), ils ont été corrects, sans générer d'intenses émotions.

Et qu'adviendra-t-il de Rebecca Fiset-Côté, 17 ans, qui a participé à la téléréalité The Next Star de la chaîne YTV en 2012 ? L'adolescente de Dollard-des-Ormeaux, qui a fait pivoter trois fauteuils, suivra-t-elle les traces d'Alica Moffet, la demi-finaliste de La voix de la saison dernière qui avait gagné The Next Star en 2013 ? Rien n'est impossible, comme l'ont chanté Maritza et Marie-Élaine à Star Académie en 2003.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer