Les Y veulent de l'amour!

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les vingtenaires délaissent-ils le petit écran traditionnel parce qu'ils ne se reconnaissent plus du tout dans les émissions offertes ? Ou est-ce que ce sont les réseaux généralistes qui larguent la génération Y parce que ses membres les boudent en bloc et qu'ils se vantent souvent de ne plus posséder de téléviseur ?

C'est l'éternel débat de la poule et de l'oeuf, mais vu à travers un filtre Rise ou Amaro. Toutes les chaînes se posent cette question valant des millions en recettes publicitaires : comment séduire ce public jeune et mobile, qui consomme sa télé de façon bien différente des X ou des baby-boomers ?

Télé-Québec tentera d'hameçonner cette clientèle volage avec sa nouvelle série humoristique Like-moi !, construite spécifiquement pour les 18-34 ans, tant dans le contenant que dans le contenu. Mis en ligne mardi matin, le sketch Oh my God, extrait du premier épisode de Like-moi !, a beaucoup circulé sur Facebook, une plateforme qui achemine encore beaucoup de contenu aux enfants du millénaire, même si ces derniers jurent lui préférer Snapchat ou Instagram.

Like-moi !, idée du créateur des Bobos, Marc Brunet, c'est une référence directe au réseau social numéro un, où les photos de chats et les commentaires « trop LOL » rivalisent à grands coups de « j'aime ». Like-moi !, c'est aussi la lorgnette par laquelle le scénariste examine cette petite population : leurs relations amoureuses, leur sexualité, leurs amitiés et leurs techniques de drague.

Il ne s'agit pas ici d'une critique féroce des jeunes nés dans les années 80, loin de là. Like-moi !, c'est de la caricature basée sur un sens aiguisé de l'observation.

Comme Les bobos, chacune des émissions consiste en un collage de saynètes sans lien entre elles, saynètes qui peuvent donc connaître des carrières virales indépendantes. Le rythme de Like-moi ! est cependant plus rapide que celui des Bobos. Et sa distribution, plus volumineuse.

En plus des visages connus d'Adib Alkhalidey, Katherine Levac et Marie-Soleil Dion, Like-moi ! mise sur du talent frais, gracieuseté de Karine Gonthier-Hyndman, Guillaume Lambert, Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques et Florence Longpré.

Florence Longpré, qui joue Coralie dans Mémoires vives, est tout simplement hallucinante quand elle incarne la maquilleuse Gaby Gravel de La Prairie, une star de YouTube. C'est probablement le sketch qui m'a fait le plus rire et celui qui égratigne le plus durement un phénomène étroitement associé aux Y : la célébrité autofabriquée sur les médias sociaux. Elle reviendra dans quelques épisodes, notre Gaby, une jeune dame à la langue bien pendue.

En plus des sketches traditionnels, tous tournés dans de « vrais » décors, Like-moi ! prend la forme de parodies de téléréalité, de fausses infopubs sur les ITS ou de pastiches d'émissions féminines des années 60 à Radio-Canada.

Le meilleur ? Quand le texte de Marc Brunet se colle à des réalités typiquement millénaires comme les gens qui abusent des mots-clics. Le moins amusant ? La répétition de gags, surutilisée dans Les bobos.

Télé-Québec lancera Like-moi ! le dimanche 27 décembre à 21 h, en pleine période (achalandée) des Fêtes. Trois plages ont été prévues à l'hiver : les mardis à 22 h, les vendredis à 19 h 30 et les dimanches à 18 h. Ça recommence le 5 janvier. #TropHâte. Émoticône de joie.

Ah oui, le générique d'ouverture, inspiré du ludisme et de la naïveté des années 70, est très joli. On y voit des fusées, des licornes et des arcs-en-ciel s'animer sur une chanson yé-yé interprétée par Véronic DiCaire.

Selon l'Observateur des technologies médias (OTM), une branche du service de recherche de Radio-Canada, 19 % des téléspectateurs canadiens âgés de 18 à 34 ans ne consomment leurs émissions qu'en ligne, en comparaison de 4 % chez les 35 ans et plus.

Autres statistiques intéressantes recueillies par l'OTM : environ 30 % des Y ne souscrivent pas à un abonnement au câble, alors que 87 % des 35 ans et plus le font. Et les Y sont deux fois plus nombreux que les 35 ans et plus à avoir visionné une émission au complet sur Netflix au cours de la dernière année.

Toujours à propos de ces enfants du millénaire, je vous recommande chaleureusement une websérie imaginée par deux Y très allumées : Switch & Bitch, offerte dès maintenant sur le site web de TV5.

Pendant cinq courts épisodes, on y suit cinq amies d'enfance, maintenant dans la mi-vingtaine, qui organisent une fête intime où elles s'échangent des vêtements. L'alcool et le pot coloreront cette soirée très festive.

Si vous raffolez du ton plus cru de Broad City sur Comedy Central, vous allez bien aimer Switch & Bitch, une création de Sophia Belahmer et Juliette Gosselin.

Le discours des jeunes héroïnes de Switch & Bitch, campées par Julianne Côté, Juliette Gosselin, Camille Mongeau, Joanie Martel, Guenièvre Sandré et Catherine St-Laurent, s'éloigne de tout ce qui est politiquement correct. Elles sacrent, elles fument des clopes et n'ont pratiquement aucun filtre. J'aime.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer