La bitch, le douchebag et la cochonne

Maripier Morin, Mathieu Baron et Kim Rusk.... (PHOTO FOURNIE PAR TÉLÉ-QUÉBEC)

Agrandir

Maripier Morin, Mathieu Baron et Kim Rusk.

PHOTO FOURNIE PAR TÉLÉ-QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En près de 12 ans de téléréalité au Québec, très peu d'ex-participants de Loft Story ou d'Occupation double ont réussi à transformer leur célébrité instantanée en une carrière durable - et viable - dans les médias.

Richard Martineau des Francs-tireurs, dans un épisode que Télé-Québec a relayé mercredi soir à 21h, en a réuni trois autour d'une table: Maripier Morin d'Occupation double 3, Mathieu «Big» Baron, vainqueur de Loft Story 2, et Kim Rusk, grande gagnante de Loft Story 3. Ces trois personnages de téléréalité, lucides et allumés, ont tous connu leur première heure de gloire en 2006, une époque où les réseaux sociaux ne broyaient pas les gens en 140 caractères.

La franche discussion sur comment ces trois survivants ont réussi à arracher leurs étiquettes respectives de «bitch», de «douchebag» et de «grosse cochonne» est super intéressante. Aucune question taboue n'est esquivée.

Après son éviction des McMaisons de Senneville, Maripier Morin d'Occupation double n'avait aucune idée que le «Québec au complet» la détestait. Elle a été ensevelie sous une pile de lettres de menaces de mort. Quatre filles lui ont même cassé la gueule dans un bar de Granby, un soir de party du jour de l'An. «Ma première sortie publique a été épouvantable. On a raccroché au nez d'une dizaine de stations de radio. Les gens m'insultaient et me disaient des bêtises», se souvient Maripier Morin.

Au sujet de la manipulation exercée par les producteurs manichéens de ces émissions populaires, Kim Rusk nuance: «Celle que l'on considérait comme la méchante de mon édition de Loft Story, elle était vraiment méchante. Le casting, c'est quand même qui on est.» Kim Rusk parle-t-elle de Priscilla? Je soupçonne que oui.

Quand l'animateur leur demande s'ils ont plongé dans le jacuzzi pour la gloire, les trois répondent non. «Je n'ai fait Occupation double avec aucune retenue. Si je m'étais dit: je vais y aller pour me faire connaître, je n'aurais pas sacré, je n'aurais pas bu à la télé ou frenché des gars. J'aurais beaucoup plus contrôlé mon image», souligne Maripier Morin, qui avait 20 ans à cette époque.

À Loft Story, Kim Rusk se sentait en vacances. Pour Mathieu Baron, qui bossait comme agent de sécurité dans un centre commercial, c'est son patron qui l'a aiguillé vers le loft de TQS en raison de sa «grande gueule». «La première semaine, ils m'ont détruit, le gros tata», raconte Mathieu Baron, 22 ans au moment où il exhibait ses gros muscles et son mohawk à la télé québécoise.

Mathieu Baron, qui fêtera ses 32 ans cette année, a beaucoup souffert du stéréotype de brute écervelée. Sa pire erreur? Participer à l'édition étoilée de Loft Story: La revanche, en 2009. «J'ai reculé de quatre ans», constate-t-il. Il s'est ensuite exilé chez son père, en Suisse, et en est revenu aminci, fondant de presque 50 lb. Fallait casser l'image.

Aujourd'hui, Mathieu Baron incarne l'IPL Marco Choquette, le directeur de la sécurité de Lietteville dans Unité 9. Son rôle, qu'il défend très bien, ne cesse de croître. On le voit aussi dans 30 vies.

Kim Rusk anime à CKOI et Maripier Morin est partout: à la barre de Faites comme chez vous à TVA, chez Hockey Wives sur la chaîne anglophone W, à Code F sur Vrak.TV, égérie de Revlon, alouette.

Comme quoi: oui, il y a de la vie après la téléréalité. Mais pour le 1% seulement. Et pour ceux qui sont prêts à bûcher fort.

Survivor 920

C'est dommage que Vol 920 ne décolle pas plus dans les sondages d'écoute. L'épisode de dimanche soir, tourné aux îles Fidji, était bourré d'images magnifiques. Au défi de l'équilibre en plein océan Pacifique, on se serait cru dans la téléréalité Survivor du réseau CBS.

C'était aussi réjouissant de voir le couple des mal-aimés, Raphaël et Marie-Ève, remporter les épreuves les unes après les autres. Une vraie revanche des nerds où les deux intellos-hippies ont mis au plancher les adeptes de crossfit.

Ça ne durera probablement pas, car le couple Audrey/Carl est très fort en situation de compétition. Bien déçu du départ de ma préférée, Marie-Christine. Mélanie la policière ne méritait pas non plus de débarquer aussi rapidement.

Par contre, on découvre encore plus le côté rigolo de Virginie depuis quelques émissions. Ariane partirait jeudi soir et personne ne pleurerait, à part peut-être Gabriel, mais bon. Gab connaît la routine: deux de ses coups de coeur - Mélo et Marie-Christine - ont déjà été éliminés. Et Gab sèche ses pleurs assez rapidement, merci. En route vers la prochaine conquête!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer