Adieu Bruce, allô Caitlyn

Pour sa première sortie médiatique, Caitlyn Jenner s'est... (Photo Annie Leibovitz/Vanity Fair, AP)

Agrandir

Pour sa première sortie médiatique, Caitlyn Jenner s'est fait photographier par la célèbre artiste Annie Leibovitz.

Photo Annie Leibovitz/Vanity Fair, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ne l'appelez plus Bruce Jenner. L'ex-athlète a fini de cacher ses seins sous des chandails amples ou informes. Voici Caitlyn Jenner, une femme de 65 ans qui ressemble beaucoup à l'actrice Jessica Lange, qui porte ses longs cheveux bruns détachés et qui ne se gêne pas pour montrer son décolleté.

La transformation physique est plutôt bien réussie. Il faut dire que Bruce Jenner, champion du décathlon aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, a choisi la méthode parfaite pour mettre au monde - médiatiquement parlant - Caitlyn Jenner. Il a été croqué par la talentueuse Annie Leibovitz, la reine du portrait glamour chez les stars de Hollywood. Il a été coiffé, maquillé et vêtu par les meilleurs. Et les clichés, parfaitement éclairés et retouchés, paraîtront dans le numéro de juillet du prestigieux magazine Vanity Fair, distribué dans tous les présentoirs de la planète.

Difficile d'orchestrer une première sortie publique aussi fracassante, aussi spectaculaire. Car personne, à part le cercle intime de Jenner, n'avait vu à quoi ressemblerait l'ancien olympien en femme. Fin avril, c'est un Bruce Jenner habillé en homme qui avait révélé à la speakerine Diane Sawyer ses démarches de transition, sans toutefois révéler le nouveau prénom féminin qu'il comptait employer.

Cette première apparition de Caitlyn l'a sans doute libérée d'une pression énorme. À partir de maintenant, elle peut vivre sous sa vraie identité, sans se cacher ou avoir honte. Fini le freak show qui entourait Jenner à propos de ses ongles colorés, de sa poitrine pigeonnante et de ses mèches blondes. Ce corps en changement, que les paparazzi ont mitraillé sans relâche, est celui d'une sexagénaire enfin libérée des tourments de son passé.

Reprenant possession de sa vie, la star de téléréalité a court-circuité tous les tabloïds en employant la technique infaillible de la famille Kardashian: qui de mieux que soi-même pour contrôler le message?

Pour emprunter des termes chéris à Vanity Fair, la débutante Caitlyn Jenner a officiellement fait son entrée en société, comme au chic bal de l'hôtel de Crillon à Paris, mais à 65 ans au lieu de 20.

Plusieurs photos de Caitlyn, dont celle en corset de satin blanc qui ornera la page couverture du magazine, ont été diffusées hier et les réseaux sociaux ont explosé. Caitlyn Jenner, qui a aussi des airs de Lana Del Rey et Janice Dickinson, s'est également ouvert un compte Twitter, qui a accumulé plus d'un million d'abonnés en quatre heures à peine. Un record Guinness de rapidité, qui a éclipsé celui établi par le président Barack Obama.

Ce qui se passe présentement n'a absolument rien de banal. D'abord, c'est un geste fort courageux que vient de faire Caitlyn Jenner. Bien sûr, ce coup d'éclat lui sert d'abord de tremplin personnel, à quelque semaines du début de sa propre docusérie sur la chaîne E!, ne soyons pas dupes.

Mais en partageant publiquement son histoire, Caitlyn Jenner aide des milliers d'autres transgenres, jeunes ou vieux, à s'accepter, à cheminer et à se sentir moins seuls. Mettons qu'il n'y a pas abondance de modèles dans la petite communauté trans.

Et Caitlyn Jenner, une immense vedette aux États-Unis, n'a pas fait les choses à moitié. Sa sortie du placard a été flamboyante et fougueuse. Son nouveau corps, elle l'a moulé dans de la lingerie fine ou des robes sexy. Cela vous rend mal à l'aise? Regardez ailleurs, je m'en sacre, semble-t-elle nous dire en fixant l'objectif.

Dans ce numéro de Vanity Fair, en vente le 9 juin, on apprendra également que non, Caitlyn Jenner n'a pas encore subi la grande opération.

Dernier détail à ne pas négliger: Caitlyn s'écrit sans K, ce qui rompt avec une longue tradition familiale qui a vu naître Kylie et Kendall Jenner, de même que les belles-filles Kim, Khloé et Kourtney Kardashian.

Ce n'est déjà pas évident pour Caitlyn de se forger sa propre identité. Elle n'a vraiment pas besoin de porter celle de toute la tribu Kardashian.

Le missionnaire à TVA

Jean-Pier Gravel, ex-animateur de Salut, bonjour, effectuera son retour à la télévision par la grande porte. Son concept de webémission Le missionnaire sautera chez TVA dans la grille 2015-2016. Et qui produira cette nouveauté? Nulle autre que Productions J de Julie Snyder, pour qui Jean-Pier Gravel a travaillé pendant quatre ans, notamment sur Star Académie.

Un peu comme Donnez au suivant de Chantal Lacroix, Le missionnaire construit des chaînes de bonheur, mais à plus petite échelle. «On ne change pas des vies. On change plutôt des minutes et des heures», explique Jean-Pier Gravel, 34 ans, qui sèmera la joie partout au Québec à la façon d'Amélie Poulain.

L'animateur sillonnera bientôt plusieurs régions du Québec au volant de son beau camion du bonheur. Il sera difficile de le rater, ajoute Jean-Pier Gravel. Si vous croyez que l'un de vos proches profiterait d'un peu de soleil dans sa journée, inscrivez-le dès maintenant à lemissionnaire.tv. Qui sait, peut-être que Jean-Pier Gravel lui offrira un fragment de rêve.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Patrick Lagacé | L'Homme était une femme

    Patrick Lagacé

    L'Homme était une femme

    J'ai grandi à une époque où il était encore socialement acceptable de faire des jokes de tapettes. C'est le mot qu'on pouvait encore... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer