Détenue fortunée, IPL endoctrinée

Élise Guilbault se joindra à la distribution déjà... (Photo: Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Élise Guilbault se joindra à la distribution déjà très talentueuse du téléroman Unité 9 la saison prochaine.

Photo: Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La distribution d'Unité 9, déjà touffue et talentueuse, accueillera deux autres bonnes pointures du showbiz québécois à l'automne, m'ont chuchoté des espions bien informés. Il s'agit des comédiennes Élise Guilbault et Marie-Chantal Perron.

La première incarnera une brillante avocate de la haute société qui aboutira derrière les barreaux pour un crime dont on ne peut dévoiler la nature, tandis que la seconde revêtira l'uniforme d'une IPL très stricte, qui patrouillera Lietteville avec sa fille, elle aussi gardienne de prison, a confirmé l'auteure d'Unité 9, Danielle Trottier, jointe hier.

Le personnage joué par Élise Guilbault s'appellera Véronique Côté. Criminaliste hyper connue et respectée, elle provient d'une famille bourgeoise très friquée. Son père a été juge. Son grand-père aussi. Véronique Côté n'a jamais été mariée, n'a pas d'enfants, et a voyagé partout dans le monde.

«C'est une femme qui va se retrouver dans des conditions de vie aux antipodes de ce qu'elle a toujours connu. Véronique n'a jamais été restreinte dans rien. Elle n'a jamais eu de restrictions par rapport à ce qu'elle pouvait porter, ce qu'elle pouvait manger et où elle pouvait circuler», affirme l'auteure.

Vous comprendrez qu'avec un maigre budget bouffe de 4$ par jour, la nouvelle détenue s'adaptera très difficilement à ce mode de vie spartiate. Et n'oubliez pas que la valeur totale des 35 articles qu'une prisonnière peut apporter «en dedans», dans les fameux sacs en papier brun, ne doit pas dépasser 1500$. Donc, pas de place pour les tailleurs griffés de notre chic avocate.

«Véronique a une personnalité forte et dominante. Elle se spécialise dans les poursuites contre les policiers, les abus de force et la brutalité. Elle aime les causes difficiles et compliquées. Elle prend beaucoup de place. Et comme elle a une grande connaissance des lois, ce n'est pas quelqu'un que la direction de la prison va apprécier», explique Danielle Trottier.

Marie-Chantal Perron, pour sa part, sera Madeleine Tessier, une IPL totalement investie dans son métier. «Elle est mariée à un employé du service correctionnel. Elle est très préoccupée par la sécurité et a déjà enseigné dans des programmes d'intervention en milieu carcéral. Elle est faite du même bois que Nancy Prévost (Debbie Lynch-White). C'est quelqu'un qui est impossible à corrompre», explique l'auteure.

La direction de Lietteville embauchera également comme IPL la fille de Madeleine, la jeune Josée Tessier. Mère et fille feront ainsi régner la loi dans les unités. «Madeleine impose ses valeurs très rigides. Elle a tout pour plaire à Despins (François Papineau)», remarque Dnielle Trottier.

L'avocate Véronique Côté (Élise Guilbault) apparaîtra dans la populaire série un peu avant les Fêtes. Gagez un 5$ qu'elle partagera l'unité 9 avec Marie (Guylaine Tremblay), Jeanne (Ève Landry) et Suzanne (Céline Bonnier).

Madeleine Tessier (Marie-Chantal Perron) franchira les portes de l'établissement carcéral au quatrième épisode de la saison, qui débutera en septembre.

Bon début de McQuade et Mongrain

Première émission plutôt bien ficelée, dimanche soir, pour le duo estival formé par Jean-Luc Mongrain et Pénélope McQuade à Radio-Canada.

L'art de la coanimation est très délicat. Il faut savoir prendre sa place tout en évitant d'écraser l'autre. Il faut surtout s'adapter au rythme de son complice et s'éclipser humblement quand l'autre exploite un bon filon de conversation. Ce n'est pas toujours évident et le petit monde la télévision regorge d'histoires d'horreur de copilotes incapables de se blairer.

Sur le plan compatibilité, Pénélope McQuade et Jean-Luc Mongrain ne se sont pas trop écrasé les orteils dimanche. Leurs premiers invités, les maires Denis Coderre et Régis Labeaume, très généreux, leur ont permis de bien huiler les mécaniques.

Par la suite, Jean-Luc Mongrain a presque totalement dirigé l'entrevue avec Gregory Charles, écartant Pénélope McQuade du décor légèrement retouché de son talk-show de semaine. La portion suivante, très délicate, a été abordée avec empathie par une Pénélope bien en contrôle. Il était question de Rémy Nolet, ce jeune homme de 19 ans qui s'est noyé dans le bassin de Chambly en sauvant sa meilleure amie Catherine Desautels, qui était présente sur le plateau.

Le père, Bobby Nolet, était à fleur de peau. Il ne fallait pas le brusquer. En posant une question (légitime) sur le sentiment de culpabilité du survivant, Mongrain a involontairement provoqué un malaise - et une pause publicitaire abrupte. Ce fut assez inconfortable comme moment de télé dans nos salons.

Ceci dit, le message de prévention de Bobby Nolet a été diffusé à une audience de 580 000 téléspectateurs: portez toujours votre veste de sauvetage.

Le mariage entre Pénélope et Jean-Luc fonctionne bien. Il y a eu quelques faux pas, mais rien qui ne se corrige pas avec quelques épisodes supplémentaires pour peaufiner ce tango télévisuel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer