Guylaine, Gino et Julie!

Julie Le Breton (Toute la vérité) fait partie... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Julie Le Breton (Toute la vérité) fait partie des finalistes dans la catégorie des meilleures interprètes féminines dans une télésérie.

Photo: André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Méchant pow-wow à la Cinquième Salle de la Place des Arts lundi après-midi. De la vedette, en voulez-vous, il en pullulait. Tiens, voilà Julie Snyder qui salue la foule à la manière du Banquier. Bonjour, les beautés! Un egoportrait?

Pendant que Véronique Cloutier pilotait son émission radiophonique coincée dans le hall extérieur, Charles Lafortune déroulait, devant un public survolté, la liste des finalistes du 30e gala Artis, que TVA relaiera en direct de la grande salle Wilfrid-Pelletier le dimanche 26 avril à 20h. Fini le petit espace Denise-Pelletier dans l'est de Montréal. On se paie la totale pour le 30e anniversaire de cette fête de la télé où le public propulse ses chouchous sur la scène.

Pensez à un artiste connu, et c'est à peu près certain qu'il a décroché une nomination lundi: Guy A. Lepage, Julie Snyder, Pierre Bruneau, Anne Dorval, Claude Legault, Sophie Thibault, Éric Salvail, Guylaine Tremblay, Charles Lafortune ou Gino Chouinard, pour n'énumérer que ceux-là.

Parmi les vedettes qui ont obtenu leur toute première sélection à vie, notons Gabriel Arcand (téléroman), Jean-François Baril (jeux), Luc Guérin (téléroman), Sarah-Jeanne Labrosse (jeunesse), Julie Bélanger (talk-show), Stéphane Langdeau (sports), Ève Landry (téléroman) et Sugar Sammy (comédie).

La catégorie des meilleures interprètes féminines en téléroman est particulièrement relevée cette année avec Sophie Lorain (Au secours de Béatrice), Marie-Thérèse Fortin (Mémoires vives), Guylaine Tremblay (Unité 9), Ève Landry (Unité 9) et Macha Grenon (Nouvelle adresse). Étrange, cependant, que Nouvelle adresse ait été classé avec les téléromans et non avec les téléséries. Guylaine Tremblay devrait (encore) l'emporter.

Chez les hommes, trois acteurs d'Unité 9 (Paul Doucet, Luc Guérin et François Papineau) affronteront Guy Nadon (O') et Gabriel Arcand (Au secours de Béatrice). Là aussi, on parle de gros calibre. Mon vote va à Guy Nadon, le patriarche des O'Hara.

Au rayon des téléséries, Nick Berrof et Ben Chartier de 19-2 (Réal Bossé et Claude Legault) mesureront leur popularité à celle de Marc Gagnon de Lance et compte (Marc Messier) de même qu'à celle des procureurs Sylvain Régimbald et Marc Hamelin de Toute la vérité (Éric Bruneau et Denis Bouchard). Prédiction: Claude Legault.

Chez les femmes, Julie Le Breton et Hélène Florent, de Toute la vérité, se frotteront à Céline Bonnier (Un sur deux), Marina Orsini (Lance et compte) et Julie Perreault (19-2). Marina, peut-être?

Dans la catégorie des talk-shows, Claude Meunier (Ti-Mé Show) a reçu une tape dans le dos de la part des 8000 personnes sondées par Léger aux côtés d'Éric Salvail (En mode Salvail), Guy A. Lepage (Tout le monde en parle), André Robitaille (Les enfants de la télé) et Julie Bélanger (Ça finit bien la semaine). Avantage Salvail.

À l'animation, Charles Lafortune, qui a chauffé les éditions du gala Artis de 2011 et 2012, nous concocte un gala glamour avec beaucoup de prestance, sans trop de nostalgie. Juste une petite dose d'archives, c'est tout.

Par ailleurs, Charles Lafortune regrette d'avoir qualifié de «pas bonne» l'émission Un air de famille de Patrice L'Ecuyer lors de son récent passage aux Francs-tireurs à Télé-Québec. «Je n'aurais pas dû faire ça, comparer ces deux émissions-là La voix et Un air de famille]. Honnêtement, j'ai eu l'air du gars en haut de la montagne. Je n'ai pas trouvé ça très galant de ma part», admet Charles Lafortune avec beaucoup d'humilité. Respect.

La guerre du direct!

Rapide survol des quatre équipes de La voix à une semaine de la présentation des émissions en direct, où le public à la maison déterminera qui reste dans la compétition et qui part.

Éric Lapointe se pointe aux quarts de finale avec le groupe le plus éclectique: l'expérimentée Johanne Lefebvre, le rockeur Simon Morin, l'écorchée Rosa Laricchiuta, la soulwoman Shaharah Sinclair, le jeune bluesman Pierre-Luc Belval ainsi que Céleste Lévis, qui a gagné sa place avec la belle chanson I Can't Make You Love Me d'Adele.

Isabelle Boulay compte sur une formation pratiquement 100% féminine et très jeune: la timide Émie Champagne, la théâtrale Cintia Baroud, l'éraillée Catherine Avoine, la bombe Lili-Ann De Francesco et la battante Angélike Falbo. Louis-Philip Champagne, fan de la première heure d'Isabelle Boulay, complète la troupe.

Dans le camp de Pierre Lapointe, deux chanteurs ont à peu près le même profil et le même timbre de voix très particulier, soit Mathieu Holubowski et Jacob Watson. Lequel partira le premier? L'énergique Liana Bureau risque de se rendre loin. Gaya Michel Élie a explosé dimanche soir sur Uptown Funk et a conquis le public. Le discret Philippe Clément et la pétillante Dominique Fils-Aimé devront tout donner pour franchir l'étape suivante.

Finalement, Marc Dupré aligne le musclé Kevin Bazinet (frère de Bobby Bazini), la fragile Élisabeth Léger, l'Acadienne Annabelle Doucet, le guitariste professionnel Sule Heitner, la rescapée Karine Ste-Marie et l'étoile montante Alicia Moffet, qui devrait passer à la ronde suivante facilement.

Dimanche soir, les «chants de bataille» de La voix (2 574 000) ont écrasé la 17e remise des prix Jutra (670 000) à Radio-Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer