Simple, rapide et efficace

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas de zigonnage, de tataouinage ou de gros ratage. Pas de suspense non plus, soyons honnête. Le gala des Jutra a filé à la vitesse de l'éclair dimanche soir, couvrant Mommy de tous les prix possibles et imaginables.

«Bienvenue au gala des prix Mommy», a d'ailleurs dit à la blague Antoine Bertrand avant d'attribuer, autour de 22h, le prix du meilleur film à Mommy. Quelques minutes plus tôt, Anne Dorval, en larmes, avait offert le discours le plus touchant de cette belle soirée. Comment ne pas aimer cette actrice?

En fin de parcours, c'est un Xavier Dolan en verve qui a dénoncé le «manque de compassion» de notre société et qui s'est demandé à voix haute ce «qui vaut la peine d'être dit, ce qu'il faut avoir l'élégance ou l'intelligence de dire ou de taire».

À la coanimation, Stéphane Bellavance et Pénélope McQuade ont été discrets, mais efficaces. Leur complicité ne paraissait pas forcée et le courant passait bien entre eux. Et ils ont compris une chose fondamentale: plus un gala est compact, moins les téléspectateurs zappent. En moins de 2h10 min, c'était merci, ciao, bonne soirée et à l'année prochaine.

Les deux capitaines ont parfaitement eu raison d'affirmer que la Soirée des Jutra avait deux choses de plus que les Oscars: du rythme et Xavier Dolan. Le parterre du Monument-National paraissait beaucoup plus réceptif que l'an dernier. Et l'infâme trappe avait disparu.

Les concepteurs de cette 17e fête du cinéma ont misé sur le dépouillement et le numéro d'ouverture a rapidement donné le ton au reste du gala. Devant un mur d'écrans, une ribambelle d'acteurs ont louangé les films qui les ont marqués dans la dernière année. Pourquoi faire compliqué quand ça peut être aussi simple et joli?

Le segment qui reprenait - hors contexte - les meilleures répliques des films de l'année a été délicieux. Quel travail colossal de recherche. Malheureusement, la piètre qualité du son nous a fait rater une phrase sur deux. Et le commentaire lancé sur les critiques, cette «bande de consanguins»? Bah! On est capable d'en prendre.

Belle prouesse technique que cette séquence de quatre minutes sur la fabrication d'un film, exécutée sur une pastille tournante. Pénélope McQuade et Stéphane Bellavance ont été impressionnants, ne ratant aucune de leurs marques. Par contre, plusieurs de leurs gags visaient une clique d'initiés qui connaît bien les rouages de l'industrie du cinéma. Il aurait peut-être fallu ouvrir un peu pour les gens à la maison.

Le prix du moins bon discours revient au réalisateur du documentaire Le mystère Macpherson, Serge Giguère, qui a dit au micro: «Bon ben coudonc, on va le prendre.» Aucun enthousiasme ni fierté dans sa voix. Comme s'il acceptait le trophée par défaut. Ordinaire.

L'hommage à André Melançon, rythmé par la belle voix de Michel Rivard, a été émouvant, quoiqu'un peu longuet. Beau flash que de ramener les deux interprètes de Luc et Sophie de La guerre des tuques pour conclure les témoignages. Très humble, André Melançon a tenu à saluer le talent de ses collègues. Le tout s'est terminé en grosse bataille de balles de neige.

À 19h30, le tapis rouge (déroulé à l'intérieur, Dieu merci) a cruellement manqué de glamour, d'effervescence et de rythme. Ça faisait un brin amateur, mettons. La plupart des personnes interviewées constataient avec une seconde de décalage qu'une caméra était braquée sur eux. Pour ce style d'émission hollywoodienne, les équipes de TVA accomplissent du meilleur boulot.

Du côté des Aurore

Du jamais vu aux prix Aurore de l'émission Infoman jeudi soir, la rigolote cérémonie qui célèbre le pire de notre cinéma québécois. Trois des gagnants ont cueilli leur rond de poêle doré en personne, dont la grande Guylaine Tremblay, couronnée pour la pire réplique dans le film Qu'est-ce qu'on fait ici? de Julie Hivon: «Roxanne, crisse. Un jour là, il va falloir que tu comprennes une des grandes réalités de la vie: t'as des tetons.» De la douce poésie.

En plus de Guylaine Tremblay, Mathieu Quesnel a récupéré son trophée pour le meilleur pire accessoire (son pénis) dans le film Le vrai du faux. Et Antoine Olivier Pilon de Mommy a été sacré meilleur «kickeur». Bravo pour l'autodérision. Il en faudrait davantage dans le showbiz québécois.

Jean-René Dufort et Chantal Lamarre copilotent toujours les Aurore avec juste assez de sarcasme. Ce neuvième gala, faussement présenté en direct de New York, a été beaucoup plus divertissant que celui de l'an passé. Selon Numeris, 578 000 téléspectateurs ont vu Pierre Brassard remercier au nom des nombreux absents.

Mégo chez Salvail

Le chef d'orchestre de Céline Dion depuis 28 ans, Claude Mégo Lemay, qui a été congédié la semaine dernière, visitera le plateau d'En mode Salvail demain chez V. Le musicien québécois n'a pratiquement pas parlé publiquement de ce grand ménage qui a été effectué dans l'entourage de la diva de Charlemagne. Éric Salvail lui soutirera-t-il des confidences exclusives?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer