«Nouvelle adresse» à la CBC

Macha Grenon dans Nouvelle adresse.... (Photo: fournie par Radio-Canada)

Agrandir

Macha Grenon dans Nouvelle adresse.

Photo: fournie par Radio-Canada

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les nouvelles sont bonnes pour Nouvelle adresse cet hiver. La deuxième saison de cette télésérie de Richard Blaimert, meilleure que la première, je trouve, gagne des adeptes par milliers et chauffe parfois son rival Lance et compte à TVA dans la course aux cotes d'écoute.

Autre facteur réjouissant: fin septembre, la famille Lapointe aura son équivalent anglophone, la famille Lawson, sur les ondes de la CBC. Le tournage de New Address, produit par Jocelyn Deschênes de Sphère Média, démarrera au début de l'été, à Montréal. Pas de nouvelles, par contre, à propos du casting ou du choix des réalisateurs.

En théorie, la très bonne Macha Grenon, qui est bilingue, pourrait reprendre son rôle de chroniqueuse atteinte d'un cancer agressif. Mais l'actrice québécoise est-elle assez connue au Canada anglais pour porter une série sur ses épaules?

L'action de New Address se déroulera à Montréal, et non pas à Toronto. Jocelyn Deschênes jongle avec la possibilité de louer les mêmes maisons que l'on voit dans Nouvelle adresse, qui ont pignon sur rue dans le village Shaughnessy, au centre-ville de Montréal. Les magnifiques résidences en pierre de Danielle (Macha Limonchik) et Nathalie (Macha Grenon) sont véritablement situées à quelques mètres l'une de l'autre.

Huit des dix épisodes de New Address ont été couchés sur papier par un quatuor d'auteurs anglophones, dont Michael MacLennan, qui a collaboré à Bomb Girls et Queer As Folk. Richard Blaimert agit comme consultant au scénario.

Dans New Address, la journaliste Nathalie Lapointe s'appellera Natalie Lawson. Cette adaptation en anglais a failli voir le jour l'an passé, tant la CBC avait aimé les deux épisodes sous-titrés que le producteur Jocelyn Deschênes lui avait soumis.

Un peu comme pour 19-2 sur Bravo, le téléspectateur qui a suivi Nouvelle adresse retrouvera les mêmes intrigues dans New Address. L'auteur Richard Blaimert précise toutefois qu'un «copier-coller, ce n'est pas nécessairement une bonne idée, New Address sera plutôt une adaptation proche du produit original».

C'est la deuxième série de Richard Blaimert à traverser chez CBC, après Les hauts et les bas de Sophie Paquin, devenue Sophie. Le scénariste n'en garde pas de mauvais souvenirs, même si Sophie a été mise à la retraite après deux saisons. «Sophie Paquin, en français, était une comédie dramatique. En anglais, c'est devenu une sitcom. Ce n'était plus la même chose. Et nous l'avons quand même vendue à ABC Family», confie Richard Blaimert.

À Radio-Canada, Nouvelle adresse a le vent dans les voiles depuis son retour en janvier. En incluant les enregistrements, l'émission a même franchi la barre magique du million de téléspectateurs. «C'est mon show le plus populaire», constate Richard Blaimert, qui a aussi écrit Le monde de Charlotte et Penthouse 5-0.

On sent que l'auteur donne plus de temps de glace aux personnages gravitant autour de Nathalie Lapointe pour que la série survive à la mort de son héroïne. Ce n'est pas un secret: Nathalie ne guérira pas. «Et ce n'est pas une série qui va durer huit ans», prévient Richard Blaimert, qui a déjà pondu cinq des dix épisodes de la troisième saison de Nouvelle adresse, prévue à Radio-Canada pour 2015-2016.

L'épisode de lundi soir a parfaitement démontré à quel point tout bouge autour de Nathalie. Magalie (Monia Chokri) est enceinte et en couple, deux choses totalement inconcevables pour elle au début de la série. Laurent le parfait (Jean-François Pichette) a fait éclater sa vie de rêve pour s'installer avec sa maîtresse, qui est aussi la mère de sa fille illégitime. Olivier (Patrick Hivon) chasse ses vieux démons personnels, et Émile (Antoine Pilon) se prépare à devenir papa de jumeaux.

Richard Blaimert nous promet encore plus d'intensité dans les cinq derniers épisodes de cette deuxième année. «Il faudra attacher sa ceinture, car on ne s'ennuiera pas», glisse-t-il. «C'est une série intense. Nous sommes un peu dans une dynamique à la Brothers and Sisters», ajoute le producteur Jocelyn Deschênes.

Moins de plaisir

Radio-Canada annoncera sous peu le contenu du nouveau magazine qui remplacera Pour le plaisir à l'heure du lunch à la rentrée d'automne. 

Mardi, la SRC a officiellement annulé l'émission quotidienne chauffée depuis huit ans par France Castel et Michel Barrette. La rumeur à propos de ce retrait galopait depuis près de deux semaines. Le tandem Castel-Barrette dira au revoir à ses fans à la mi-avril.

Le producteur de Pour le plaisir, Luc Rousseau, rattaché à la boîte Zone 3, aurait été réembauché pour produire ce nouveau magazine de la grille de jour de Radio-Canada. Il n'a pas été possible de le joindre mardi.

Plus de pilule, plus de granule

En ondes depuis octobre 2004, le magazine de santé de Télé-Québec, Une pilule, une petite granule, passe à la trappe. Les animateurs Georges Lévesque et Marie-Élaine Proulx tireront leur révérence le jeudi 26 mars.

Coup de fil au producteur de l'émission, Claude Veillet, de Téléfiction. «Après 11 ans à l'antenne avec ce concept, Télé-Québec est intéressé à explorer d'autres idées pour parler de santé. C'est certain qu'il y a une petite déception, mais nous avons été privilégiés pendant 11 ans», note-t-il.

La première année de ce magazine a été pilotée par le «bon Dr Marquis Fortin», qui a longtemps collaboré à (feu) l'émission radiophonique C'est bien meilleur le matin.

Pour joindre notre chroniqueur: hdumas@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer