Fini Super Écran pour Mélissa

Mélissa Désormeaux-Poulin a rompu son contrat avec Super... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

Mélissa Désormeaux-Poulin a rompu son contrat avec Super Écran pour accepter un rôle dans la nouvelle série de Fabienne Larouche Radio-Canada.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cette nouvelle cassante a provoqué beaucoup de tumulte dans le showbiz québécois pendant le week-end, m'indiquent des taupes fouineuses. Alors voici. La comédienne Mélissa Désormeaux-Poulin, que Super Écran avait recrutée pour jouer dans sa nouveauté Marche à l'ombre avec Laurence Leboeuf, s'est retirée de cette télésérie dramatique à une semaine du début du tournage.

Bref, au lieu de marcher à l'ombre, Mélissa Désormeaux-Poulin a fait marche arrière. Selon nos informations, l'actrice de 33 ans passe à Radio-Canada, où elle héritera du rôle-titre de la télésérie Ariane, qui a été imaginée par les auteurs de Mirador et de La vie parfaite, Isabelle Pelletier et Daniel Thibault.

Une offre prestigieuse qui se refuse difficilement. C'est très rare pour une comédienne d'obtenir une série à soi, qui risque de se prolonger sur plusieurs années. Élise Guilbault a été l'Emma de TVA durant quatre saisons, tout comme Suzanne Clément a campé Sophie Paquin pendant quatre ans à la SRC. Ariane, produite par Fabienne Larouche, racontera la vie mouvementée d'une avocate spécialisée en droit de la famille, qui a été inspirée de la vraie procureure Suzanne Pringle. Cette dernière a défendu Éric dans la célèbre cause Éric contre Lola.

Du côté de Super Écran, propriété de Bell Média, c'était loin d'être la joie, hier. «Le contrat pour Marche à l'ombre a été cassé vendredi. Nous ne sommes pas contents. C'est très décevant. C'est l'agente de Mélissa qui a décidé ça. Mais bon, on fait de la télévision et on va se revirer de bord», indique la porte-parole de Super Écran, Nathalie Roy.

Jointe hier à Paris, l'agente de Mélissa Désormeaux-Poulin, Marie-Claude Goodwin, a rappelé que sa cliente a dû faire un choix déchirant. «En 27 ans de carrière, Mélissa n'avait jamais annulé un contrat», ajoute Marie-Claude Goodwin.

Les producteurs de Marche à l'ombre, Josée Desrosiers et Marc Poulin de chez Avenue Productions, qui ont également fabriqué Les rescapés pour la SRC, n'ont pas commenté mes informations, hier.

La série Marche à l'ombre, que réalisera Francis Leclerc (Les beaux malaises, Apparences), nous plonge dans le quotidien de quatre jeunes criminologues et agents de libération conditionnelle. Mélissa Désormeaux-Poulin et Laurence Leboeuf avaient été embauchées pour incarner deux d'entre elles.

Selon mes sources, le rôle de Mélissa Désormeaux-Poulin aurait été redonné à Ève Duranceau, que l'on a vue brièvement dans Au secours de Béatrice, 30 vies et En thérapie. Marche à l'ombre comptera dix épisodes d'une heure. Super Écran prévoit sa mise à feu en octobre.

Ti-Meilleur

Radio-Canada a commis une erreur en diffusant les épisodes du Ti-Mé Show dans l'ordre chronologique dans lequel ils ont été enregistrés, quelques semaines avant Noël.

La première émission du Ti-Mé Show avec Julie Snyder était donc la toute première expérience de Claude Meunier à la barre de ce faux talk-show humoristique. La deuxième émission avec Guylaine Tremblay était le deuxième tour de piste de Popa, et ainsi de suite.

Normalement, un diffuseur choisit toujours son meilleur morceau pour mettre en orbite une nouveauté où les épisodes, intemporels et interchangeables, peuvent être déplacés comme des blocs Lego. 

Par exemple, le premier épisode de Sur invitation seulement, présenté l'automne dernier à TVA, n'était pas le premier épisode piloté par Stéphane Rousseau. TVA a sélectionné un épisode - sans doute le troisième ou le quatrième - où son animateur avait pris de l'aplomb et de l'assurance.

La controverse entourant le Ti-Mé Show n'aurait jamais atteint de tels sommets d'hystérie si Radio-Canada avait ouvert la saison avec le quatrième épisode, celui que nous avons vu vendredi soir. C'était nettement mieux qu'il y a un mois. D'abord, Claude Meunier y paraissait plus à l'aise, moins coincé.

Ensuite, les interventions de Pogo (Rémy Girard) «punchaient» avec plus d'efficacité. La bande-annonce de Poppy, calquée sur celle de Mommy de Xavier Dolan, et mettant en vedette Thérèse Paré (Diane Lavallée), était rigolote. Le jeu de la pêche avec Martin Petit a également donné lieu à de bons éclats de rire.

Je m'explique encore mal pourquoi la SRC a initié ses téléspectateurs au Ti-Mé Show avec l'épisode où Claude Meunier a offert sa pire prestation. La présence de Julie Snyder au premier show, de la visite très rare à Radio-Canada, aurait fortement influencé cette décision, me dit-on. Claude Meunier se serait beaucoup moins fait rentrer dedans avec plusieurs tours de piste supplémentaires au compteur, il me semble.

Le quatrième épisode du Ti-Mé Show, le plus intéressant jusqu'à présent, a cependant glissé à 625 000 téléspectateurs. C'est presque la moitié moins que son audience de départ, évaluée à 1 248 000 personnes.

Dimanche soir, La voix (2 347 000) a eu le dessus sur Tout le monde en parle (826 000). Les Grammy ont capté l'attention de 155 000 francophones au Québec, tandis que le match du Canadien sur RDS a intéressé 728 000 fans.

***

Pour joindre notre chroniqueur: hdumas@lapresse.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer