La malédiction brésilienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il existe clairement une malédiction brésilienne qui freine l'ascension des Québécois dans différentes compétitions mondiales. Souvenez-vous: en 1992, Sylvie Fréchette a été victime d'une juge brésilienne qui avait appuyé sur le mauvais bouton aux Jeux olympiques de Barcelone. Et l'an dernier, c'est une telenovela brésilienne qui a battu la série 30 vies de Fabienne Larouche au gala des International Emmy Awards.

Lundi soir, dans une salle de bal d'un grand hôtel de New York, 30 vies tentera de conjurer le mauvais sort brésilien en concourant, pour la deuxième fois d'affilée, pour le trophée de la meilleure telenovela à la 42e cérémonie des prix Emmys internationaux. L'actrice Karine Vanasse débarquera directement de Los Angeles, où elle tourne dans le feuilleton Vengeance, pour assister à cette fête de la télévision. Ce sont les épisodes où elle incarnait la prof Maxim Bouchard qui ont été soumis au jury du concours.

Une autre délégation québécoise sifflera dans la grande pièce, car Claude Legault a aussi été remarqué par les Emmys internationaux pour son interprétation du policier Ben Chartier dans la télésérie policière 19-2. Deux finalistes de chez nous dans un gala qui ne compte que dix catégories, c'est une excellente moyenne.

Aux États-Unis, les Emmys sont l'équivalent des prix Gémeaux. Quant au volet international des Emmys, qui n'est pas retransmis à la télévision, il permet à toutes les émissions tournées dans une autre langue que l'anglais de s'affronter dans les catégories meilleure comédie, meilleure série dramatique ou meilleur documentaire. Il suffit que le producteur les inscrive.

Chez les telenovelas, 30 vies se mesurera à My Husband's Lover des Philippines, Belmonte du Portugal et Precious Pearl du Brésil. J'ai visionné tous les extraits des finalistes. Verdict? La production des Philippines, où une femme découvre que son mari est gai, a l'air franchement cheapo, dans le style du Coeur a ses raisons. Belmonte du Portugal, qui raconte une saga familiale à la Dallas, dispose d'un budget plus considérable, tandis que Precious Pearl du Brésil, une telenovela à grand déploiement à propos d'une jeune femme qui pourrait être la réincarnation d'un chef spirituel bouddhiste, semble être le concurrent le plus redoutable pour 30 vies.

«C'est notre deuxième fois au gala. C'est peut-être parce qu'on fait quelque chose de bien. Cela dit, cette catégorie-là appartient aux Brésiliens. Ils la gagnent presque toujours. L'an passé, il y avait deux productions du Brésil parmi les quatre finalistes des telenovelas», constate Fabienne Larouche.

Michel Trudeau, coproducteur de 30 vies chez Aetios, ajoute: «En télé, le Brésil est fort. Leurs telenovelas font des cotes d'écoute de 20 à 25 millions. C'est un genre très populaire en Amérique du Sud. Dans l'Académie des Emmys, il s'agit d'un joueur important, comme Radio-Canada peut l'être aux Gémeaux», dit-il.

Claude Legault de 19-2 affrontera Pablo Rago (Televisión por la Justicia), Stephen Dillane (The Tunnel) et Xiubo Wu (The Orphan of Zhao). M'est avis que l'adversaire le plus coriace de l'acteur québécois sera Stephen Dillane, de la production franco-britannique The Tunnel, qui dérive de la même série suédo-danoise que The Bridge aux États-Unis. Gros avantage de Stephen Dillane: il est connu partout sur la planète pour son rôle de Stannis Baratheon dans Le trône de fer.

Jocelyn Deschênes, producteur de 19-2 chez Sphère Média, avoue qu'il ne connaissait pas les International Emmy Awards avant que 30 vies ne s'y démarque l'automne dernier. L'épisode de 19-2 qui a été remarqué par l'Académie est celui de la fusillade filmée en plan-séquence de 13 minutes par Podz.

«Claude Legault est très bon et l'épisode est impressionnant. Est-ce qu'on va gagner? Je n'en ai aucune espèce d'idée», glisse Jocelyn Deschênes.

Autre bonne raison de célébrer: ce 42e gala des prix Emmys internationaux se tiendra le jour même du 31e anniversaire de naissance de Karine Vanasse. Est-ce un signe annonciateur de son triomphe? «Les gens nous remarquent, c'est une vitrine pour nous à travers le monde. C'est formidable pour Karine et Claude. Le Québec fait de la bonne télévision et mérite d'être reconnu. Il ne faut pas simplement importer des concepts d'émissions, il faut aussi en exporter», constate Fabienne Larouche.

Difficile de la contredire là-dessus.

Je lévite

Avec Mommy de Xavier Dolan

Bien oui, gros retard de ma part. Si vous ne l'avez pas encore vu, précipitez-vous dans une salle. Anne Dorval, Antoine Olivier Pilon et Suzanne Clément vous renverseront. Les dialogues, truculents, sonnent plus vrai que vrai, particulièrement les répliques d'Anne Dorval. La musique, les décors, les vêtements, tout a été choisi minutieusement dans cette production, qui a même été remarquée par Lena Dunham (Girls) la semaine dernière.

Je l'évite

Laurent O'Hara dans O'

Tout au début, c'était Gloria O'Hara (Geneviève Boivin-Roussy) qui énervait sérieusement dans la série O' de TVA. Depuis septembre, c'est le vilain et détestable Laurent O'Hara (Benoit Drouin-Germain), le cousin de Gloria, qui nous tape sur le gros nerf. Honnêtement, Samuel (Guy Nadon) et Solange (Micheline Lanctôt) pourraient-ils arrêter de le sortir du trouble afin qu'il apprenne véritablement sa leçon?

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer