| Commenter Commentaires (2)

La couleur du vin fait scandale!

Selon une analyse publiée dans The New York... (Photo: fournie par ABC)

Agrandir

Selon une analyse publiée dans The New York Times mardi, le personnage fort d'Olivia Pope boit du vin rouge puisque le vin blanc trahirait une faiblesse de caractère.

Photo: fournie par ABC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il se boit beaucoup de vin dans les émissions de fiction au Québec, une consommation particulièrement associée aux personnages féminins. La belle Danielle (Macha Limonchik) de Nouvelle adresse a toujours une bonne bouteille à portée de main, les cinq amies de Mémoires vives entrechoquent régulièrement leurs coupes lors de soupers de filles et Jacqueline O'Hara (Marie Tifo) a la pris la décision de quitter son mari en sirotant un verre de blanc avec son amie (Monique Miller).

Plus qu'un simple accessoire, le vin fait maintenant partie du scénario des téléséries comme dans (feu) Mauvais karma, où les trois copines picolaient joyeusement, souvenez-vous. Nathalie, Kim et Sarah ont fait vivre l'Espace Cellier pendant trois saisons.

Chez nous, personne ne s'en scandalise, à juste raison. Depuis quand c'est interdit de prendre un verre avec des amis ou après une dure journée au boulot? Tant que ce n'est pas trois bouteilles au complet qui y passent, il n'y a rien de bien choquant, je trouve.

Aux États-Unis, la consommation de vin rouge d'Olivia Pope (Kerry Washington) dans le feuilleton Scandal a fait l'objet d'une longue - et très incisive - analyse dans le New York Times de mardi.

Si vous suivez Scandal (c'est excellent), vous savez que la redoutable Olivia, ceinture noire de la gestion de crise à Washington, ne trempe pas ses lèvres dans du Candidato ou du Vivolo. Oh que non. Elle adore les très grands crus et, le soir venu, elle les déguste dans d'immenses ballons, qu'elle accompagne d'un gros bol de popcorn.

Or, selon le critique de vin du grand quotidien new-yorkais, Olivia est une parfaite inculte en oenologie, même si elle prétend le contraire dans l'émission. Première gaffe: elle agrippe toujours son verre par le calice et non par la tige. Deuxième bourde: elle n'aère jamais son précieux nectar et ne le hume pas non plus. Troisième faute fatale: elle cale le liquide au lieu de le déguster par petites gorgées.

Bref, notre chère Olivia, femme élégante, brillante et sophistiquée, traite le vin comme s'il s'agissait d'une vulgaire canette de bière.

Ah oui, et ce n'est pas un hasard si Olivia ne savoure que du rouge et jamais de blanc, poursuit le critique. Le vin rouge représente l'assurance, l'autorité, tandis que le blanc, «c'est pour les mauviettes, à l'exception de l'agente Carrie Mathison dans Homeland».

«En tant que femmes travaillant dans des milieux masculins, les personnages d'Olivia Pope et d'Alicia Florrick dans The Good Wife doivent boire du rouge, même en privé. Le vin blanc les montrerait comme étant faibles aux yeux des téléspectateurs», écrit le New York Times.

Vraiment? Quelques observations, ici. D'abord, si Olivia Pope n'oxygène pas son Châteauneuf-du-Pape ou si elle ne gaspille pas quatre minutes à admirer sa robe (celle du vin, pas la sienne), c'est tout simplement parce que ça ne ferait pas de la bonne télévision. Dix secondes, dans Scandal, c'est une éternité. Dix secondes, c'est le temps qu'il faut à Huck pour pirater un ordinateur, torturer un ennemi et orchestrer une attaque informatique contre les serveurs de la CIA. Qui a le temps, dans cet univers ultra caféiné, de décanter son vin? Certainement pas Olivia.

Ensuite, qu'Olivia préfère le blanc ou le rouge, c'est sans doute une question d'esthétique. Le personnage porte toujours des vêtements très pâles et le verre de rouge ressort mieux à l'écran sur une tenue blanche que sur un tailleur bleu marine.

Et depuis quand le vin blanc, dans la culture populaire, est-il réservé aux gens faibles? Quel commentaire bizarre. Cela ne pourrait-il pas n'être qu'une simple question de goût?

Olivia Pope, toujours prête à défendre des grands principes de liberté, n'approuverait certainement pas cette discrimination basée sur la couleur. Moi non plus. Rouge ou blanc, peu importe, pourvu que ce ne soit pas du rosé.

Laurie, Linda, même combat

La théorie de Nostradumas voulant que la petite Laurie de Mémoires vives à la SRC soit en fait Linda Trottier a séduit plusieurs fidèles du téléroman de Chantal Cadieux. Vous avez été nombreux à m'écrire que vous pensiez exactement la même chose au sujet de cette fillette blonde disparue depuis 30 ans.

L'épisode de mardi n'a pas contredit nos lubies. Linda Trottier aurait étouffé son mari cancéreux après qu'il lui eut chuchoté à l'oreille: «Laurie, c'est toi.» Linda, qui n'a pas vraiment de famille, aurait ensuite menti aux policiers pour protéger son secret. Et pourquoi Linda ne se souvient-elle pas d'avoir été kidnappée en bas âge? Parce que sa chute dans l'escalier du sous-sol lui a fait perdre la mémoire, voyons! Son ravisseur, le vilain Jérôme Fortier, a donc pu la garder près de lui sans avoir peur qu'elle ne se sauve. Il a aussi pu lui fabriquer un passé. Tout ça se tient, non?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer